La vidéo au Mondial en Russie, c'est pas fait

FootballLa mise en place de l'assistance vidéo à l'arbitrage pourrait être repoussée afin de mener des tests supplémentaires.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Gianni Infantino, président de la FIFA, veut à tout prix utiliser l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) au Mondial 2018 en Russie, mais face aux critiques et aux dysfonctionnements, le Board, garant des lois du jeu, pourrait demander plus de temps.

«Il y a la possibilité que si les résultats des tests menés actuellement dans les championnats ne sont pas satisfaisants, l'expérimentation soit prolongée pour une nouvelle période», a expliqué jeudi un porte-parole de l'International Board (Ifab). «Il n'y a aucune urgence à prendre une décision aussi importante», à savoir la mise en place de l'assistance vidéo à l'arbitrage lors du Mondial 2018, a ajouté le porte-parole d'une institution née avec la codification du football à la fin du 19e siècle et qui s'est toujours montrée frileuse face aux changements.

En test dans de nombreux pays (Australie, Brésil, France, Italie, Pays-Bas...), la VAR, qui ne concerne qu'un nombre limité d'actions (but marqué, carton rouge, penalty, erreur sur une identité) ne fait pas l'unanimité.

Si Infantino a déjà marqué de son empreinte la planète football en faisant passer le format du Mondial de 32 équipes actuellement à 48 à partir de 2026, il veut aussi effacer ce qui fait, pour certains, le charme de ce sport. A savoir l'incertitude liée à «l'erreur humaine», sur des actions non sanctionnées ou des buts qui n'auraient pas dû être validés, comme la «divine» main de Maradona au Mondial mexicain.

«Ça va devenir comme le baseball»

En ayant recours à l'assistance vidéo pour suppléer l'arbitre central, la VAR permet en effet d'arrêter le jeu pour revenir sur des actions litigieuses. En Italie, la VAR, entrée en vigueur cette saison, donne pour l'instant des résultats contrastés et n'a pas mis fin aux polémiques, loin de là.

«Ca va devenir comme le baseball aux Etats-Unis, on reste 10 heures au stade, on mange des cacahuètes», a ainsi ironisé dimanche soir l'entraîneur de la Juventus Turin, Massimiliano Allegri, craignant un football de plus en plus haché en raison des interruptions de jeu répétées.

Il faut dire que lors de Genoa-Juventus, deux penalties ont été accordés après intervention de l'assistant-vidéo. Sur le premier, la faute du défenseur turinois Rugani était manifeste mais les arbitres n'avaient pas repéré le hors-jeu génois au début de l'action.

Pour Jonathan Ford, directeur de la Fédération galloise de football (l'un des quatre membres britanniques du Board), «avoir la VAR lors du prochain Mondial est vraiment une chose dangereuse». «C'est une stratégie à haut risque si tout se passe mal et qu'après cela il faut y renoncer», a-t-il mis en garde cette semaine dans la presse anglaise.

Préparation hétérogène

Même s'il semble peu vraisemblable que le Board puisse l'emporter face à la volonté de Gianni Infantino, certains s'inquiètent non pas tant des problèmes techniques mais du degré de préparation et d'expertise des arbitres présents à la Coupe du monde. «La préparation du corps arbitral est très hétérogène d'un continent à l'autre», confie ainsi une source proche des instances.

Le Board et la FIFA, qui en est membre au côté des quatre fédérations britanniques, vont analyser les résultats des tests menés dans différents pays lors d'une réunion commune le 16 décembre à Abou Dhabi, en marge de la Coupe du monde des clubs.

«Jusqu'à maintenant, l'expérience montre que le projet va dans la bonne direction même si certains détails doivent encore être affinés, ajoute le porte-parole de l'Ifab. Il faut bien réaliser que nous sommes encore en phase de test et que tout ne peut pas être parfait en un jour.»

Au-delà, l'utilisation de la VAR lors du Mondial-2018 est une décision qui sera prise «par la FIFA seule, et non par le Board, à la condition que la VAR soit approuvée par le Board lors de son assemblée générale en mars ou que l'expérimentation continue pour une nouvelle période», précise encore cette source.

Une Coupe du monde est un tournoi qui voit souvent l'introduction de nouvelles règles ou mesures désormais si évidentes qu'on a du mal à imaginer qu'on ait pu s'en passer un jour, comme les cartons jaune et rouge apparus au Mondial 1970 au Mexique. La technologie sur la ligne de but (GLT) avait elle été introduite avec succès au Mondial 2014 au Brésil.

(afp/nxp)

Créé: 05.10.2017, 17h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.