Passer au contenu principal

Aligner Rapp et Margiotta n’est pas une idée vaine

De cette collaboration pourrait dépendre le maintien du LS en Super League. C’est l’un des thèmes de travail à Evian.

Buteur dimanche au Stade de Suisse, de la tête, Simone Rapp aurait pu tromper une seconde fois le gardien bernois Wölfli.
Buteur dimanche au Stade de Suisse, de la tête, Simone Rapp aurait pu tromper une seconde fois le gardien bernois Wölfli.
Keystone

Quel pourrait être le facteur susceptible d’assurer le maintien du Lausanne-Sport en Super League? Un gardien héroïque, une défense plus musclée, plus forte et plus attentive, un milieu de terrain plus rayonnant, ou alors des attaquants enfin performants? C’est pour travailler tous ces différents domaines du jeu que l’équipe s’est mise au vert, durant deux jours, à Évian. Elle reviendra mercredi soir à Lausanne, en principe avec les idées plus claires et un appétit aiguisé.

En attendant, penchons-nous quelques instants sur l’hypothétique paire d’attaque composée de Francesco Margiotta et de Simone Rapp. Si le premier a fait ses preuves, surtout la saison passée, on attendait beaucoup du second. Arrivé fin janvier, le longiligne buteur du FC Thoune (25 ans) a surtout montré jusque-là sa difficulté à s’intégrer dans le jeu du LS, du moins dans l’approche voulue par Fabio Celestini. De fait, les deux hommes n’ont pas beaucoup évolué ensemble. En douze matches, ils n’ont été titularisés simultanément qu’à deux reprises, soit pour le LS - YB du 11 février (1-4) et pour le YB - LS de dimanche dernier (4-1), cette fois-ci sous la direction du nouvel entraîneur.

Du mieux à Berne

«Mon intention est effectivement de les aligner les deux, a confirmé Ilija Borenovic après la défaite au Stade de Suisse. C’est d’ailleurs l’un des thèmes de travail de la semaine.» À Berne, dans un jeu lausannois qui cherche désormais à aller plus vite vers l’avant, les deux joueurs offensifs se sont parfois entendus, mais pas toujours. Certains appels n’ont pas été compris ou ont été mal interprétés. Mais il est arrivé aussi que Margiotta trouve Rapp sur une passe courte et verticale, comme sur l’action de la 67e minute qui aurait dû permettre au LS de revenir à 3-2. Concrètement, le but de la tête a au moins permis à Simone Rapp d’engranger un peu de confiance.

La complémentarité entre les deux attaquants n’est pas une idée vaine. Mais elle se travaille. Or, le Lausanne-Sport vit désormais dans l’urgence. Qui coïncide avec la venue, samedi, de Grasshopper, rencontre qu’il s’agit impérativement de gagner. Il faudra donc marquer. Rapp, Margiotta, ou peut-être les deux. Ce serait vraiment bien.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.