Passer au contenu principal

«Alinghi» s’envole à une semaine du Bol

Impressionnant de maîtrise, le bateau d’Ernesto Bertarelli gagne une Genève-Rolle-Genève riche en nombreux enseignements.

«Alinghi» a beaucoup impressionné une semaine avant le Bol d’Or.
«Alinghi» a beaucoup impressionné une semaine avant le Bol d’Or.
JEAN-GUY PYTHON

À voir les sourires des régatiers à une demi-heure du départ, il paraissait évident que cette Genève-Rolle 2018 allait réserver des conditions de rêve. Un ciel bleu, un séchard de 8-10 nœuds, une température clémente sans être assommante. Pas de doute, pas mal de monde serait de retour pour le souper. Mais ça, c’était avant. Avant que le Léman n’écrive une page de plus à sa légende et n’en fasse qu’à sa tête. Après trois belles premières heures de course, le séchard s’est asséché. Le terrain de jeu est alors devenu miné pour les plus rapides et minant pour la majorité des engagés. Pour eux, le souper est devenu petit déjeuner! Avec lever de soleil magique sur la rade pour estomper la fatigue d’une longue nuit sans vent.

«La magie opère à chaque fois»

Que l’on soit tout devant ou tout derrière, le lac réserve à chacun son lot d’émotions. «Les années passent et pour moi la magie opère encore à chaque fois que je reviens dans ce décor magique avec le jet d’eau au fond, témoigne Ernesto Bertarelli. Et je dois bien admettre que c’est encore plus beau lorsque l’on est en tête avec une belle avance sur nos concurrents les plus proches.» Dans ces conditions typiquement lémaniques, c’est sans doute tout sauf un hasard si c’est «Alinghi» qui s’est imposé après avoir longtemps bataillé. Son festival final ne dit pas toute la difficulté qu’il a eue pour se défaire de ses adversaires. Il y a un an l’ogre du lac avait dû s’avouer vaincu pour une seconde après un final d’anthologie avec «Swisscom». La revanche, 12 mois plus tard, est forcément belle.

«La différence s’est faite à l’entrée dans le Petit-Lac, raconte-t-il. Il y a eu ce que l’on appelle un passage à niveau que nous avons pu franchir sans vraiment l’avoir prémédité et qui s’est refermé immédiatement derrière nous.» Effet spectaculaire garanti. Avec un bateau qui s’échappe, filant à 6-8 nœuds le long de la côte française, tandis que les autres D35 et «Safram» restent englués dans une bulle sans vent. Au final, l’addition est corsée avec une demi-heure de retard pour «Zen Too», revenu de nulle part après une première moitié de course cafouillée (11e à la bouée de Rolle), et heureux dauphin d’«Alinghi». Juste derrière, «Realteam» a lui aussi profité de ces rebondissements à l’entrée du Petit-Lac pour compléter le podium.

On dit volontiers que la Genève-Rolle sert de répétition générale au Bol d’Or. Les équipes avancent leurs pions à une semaine du grand rendez-vous de la saison. Elle est au moins là pour rappeler que rien ou presque n’est jamais acquis. Au passage de la bouée de Rolle, c’est «Swisscom», le vainqueur sortant, qui est passé en tête. Juste devant «Alinghi» et «Ladycat», de retour sur le lac par l’odeur du Bol alléché. On était en réalité bien loin du podium final puisque «Swisscom» termine 12e, deux rangs derrière «Ladycat».

«Safram» dans le coup

La réalité lémanique est telle que quand les cumulus jaillissent sur les crêtes du Jura, le vent thermique s’éteint. Pour les régatiers, le jeu s’ouvre soudain. Une règle d’or doit être alors appliquée. «Il faut rester calme», souligne Ernesto Bertarelli. Tacticien à bord d’«Alinghi», Nicolas Charbonnier donne sa recette. «Ne jamais être trop pessimiste sur les conditions, car au final nous avons eu pas mal de chance avec le vent.»

À une semaine du Bol, les jalons sont posés dans la classe reine des M1. On a même vu «Safram», le principal concurrent des D35, s’immiscer à une belle 7e place. «C’était une bonne répétition générale avant le Bol d’Or Mirabaud, lâche le skipper, Rodolphe Gautier. C’est la première fois que nous nous sommes autant battus avec les D35. L’équipage est rodé, on a bien progressé aujourd’hui.» De quoi lui faire retrouver le même sourire qu’avant le départ.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.