L’ascension du LS récompense une saison magnifique

FootballLe Lausanne-Sport est de retour en Super League. Wil, qui n’avait pas obtenu de licence, n’a pas fait usage de son droit de recours.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«On ira tous en LNA, on ira…» Sur un air de Polnareff, le vestiaire lausannois a bruyamment célébré la nouvelle la plus inattendue de cette journée… de l’Ascension. Jeudi, lorsque les joueurs sont arrivés au stade pour l’entraînement, ils ne savaient pas encore qu’ils venaient d’être officiellement promus en Super League. En effet, le FC Wil n’a pas fait recours dans le délai de cinq jours qui lui était imparti. On se souvient que, en proie notamment à des difficultés avec l’organisation de leurs équipes espoirs, les Saint-Gallois n’avaient pas obtenu de licence pour la Super League en première instance. Ainsi, même s’il peut mathématiquement être encore rejoint, le Lausanne-Sport n’a plus de rival. En lieu et place du tableau noir et du matériel habituel, l’entraîneur a donc amené le champagne et quelques caisses de bières pour cette matinée ensoleillée et plutôt festive.

«La promotion est devenue au fil des semaines un objectif qui coïncidait avec l’esprit et le contenu du travail au quotidien. Lausanne possède la meilleure attaque et la meilleure défense; nous sommes aussi en tête du Trophée M21; l’équipe a dans ses rangs le plus jeune buteur et aussi le plus âgé; nous sommes devant sur tous les tableaux. Sportivement, cette équipe n’a plus rien à démontrer ce printemps. Que ce soit encore au niveau régional, administratif, sportif, tout le monde a fait un magnifique boulot, c’est la victoire de tout le club.» Fabio Celestini savourait évidemment un succès auquel il a largement contribué.

«Un immense travail a été accompli depuis mars 2015 (ndlr: Celestini avait pris le relais de Marco Simone alors que le LS se trouvait en situation délicate en Challenge League) .» La transition a effectivement été menée de main de maître. Mais que représente concrètement ce titre pour le jeune coach qu’est encore Celestini (40 ans)? «Il s’agit de ma deuxième saison en tant qu’entraîneur principal, si je considère mon passage à Terracina (4e division italienne) où, malgré les difficultés rencontrées, j’ai aussi beaucoup appris. Cette équipe du LS m’a fait progresser. Avec elle, j’ai eu droit à un master de foot durant toute une année. Nous avons passé ensemble des moments fantastiques. Quoi qu’il arrive, je n’oublierai jamais tout ce qui s’est passé.»

Dans les quinze jours

Si pas mal de joueurs ont vu leur cote grimper, celle du coach a elle aussi pris l’ascenseur, en Suisse et sans doute un peu au-delà des frontières. L’aventure lausannoise de Fabio Celestini est-elle pour autant terminée? La réponse à cette question sera évidemment importante, pour ne pas dire essentielle, car on imagine mal un nouveau développement avec un changement d’entraîneur.

Pour l’heure, le Renanais – sous contrat jusqu’au 30 juin – n’a pris aucune décision. «On va s’asseoir avec le président et préparer l’avenir de cette équipe, indépendamment du nom de l’entraîneur. Il y a pas mal de choses à discuter, assure-t-il. Aujourd’hui, ma priorité est au LS. Les dirigeants m’ont déjà fait une proposition dans ce sens. Mais il faut voir comment le club va évoluer et ce qu’on espère faire plus haut. La Super League, c’est autre chose. Pour tenir la route, il faudra sensiblement retoucher l’équipe, amener quelques joueurs d’expérience, surtout si nous voulons continuer à être ambitieux dans le jeu.»

Fabio Celestini poursuit: «Rester à Lausanne serait une solution de confort. Et je n’ai pas souvent choisi le confort dans ma carrière. Je vais donc y réfléchir, étudier les différentes pistes possibles, sachant que, lorsque je m’engage dans un projet, c’est à 300%».

Après le match de lundi à Aarau, le coach passera deux jours en Italie, pour l’obtention de sa licence UEFA Pro. Lausanne jouera ensuite le vendredi 13 mai (face à Schaffhouse). «Je donnerai probablement ma réponse la semaine suivante», précise-t-il.

Champion de Challenge League à 23 jours et 5 matches du terme officiel de la compétition, ce qui n’est tout de même pas rien, le LS aura donc un peu de temps pour savourer la performance. Quant au trophée proprement dit, il lui sera remis le samedi 21 mai à la Pontaise, à l’occasion du dernier match à domicile (19 h). Jeudi, arrivés vers 9 h au stade, les joueurs ont affiché une très belle forme tout au long de la matinée, pour la séance la plus récréative de la saison. Ils l’avaient bien méritée.

«On ira tous en LNA, on ira…» Champagne, Messieurs!


Le LS en dates

Fondation du club: 1896.

Faillite (relégation en 2e ligue inter) et renaissance sous le nom de FC Lausanne-Sport : 2003.

Ascension en Super League: 2011.

Relégation en Challenge League: 2014.

Retour en Super League: mai 2016

Palmarès

7 fois championDans son histoire, le LS a remporté 7 titres de cham­pion de Suisse, en 1912, 1932, 1935, 1936, 1944, 1951, 1965.

9 fois lauréat de la Coupe de Suisse Lau­sanne a soulevé à 9 reprises le trophée de la Coupe de Suisse, ces suc­cès ont eu lieu en 1935, 1939, 1944, 1950, 1962, 1964, 1981, 1998, 1999.

Présence en Coupes d’Europe 23

Coupe des clubs champions: 1965.

Coupe des vainqueurs de Coupe:1962, 1964, 1967, 1981, 1998, 1999.

Coupe UEFA: 1957, 1958 (demi-finaliste), 1961, 1963, 1966, 1968, 1969, 1970, 1972, 1978, 1990, 1991, 2000.

Coupe Intertoto: 1997, 2001.

Europa League: 2010.

(24 heures)

Créé: 06.05.2016, 06h54

Galerie photo

«Garder la même philosophie»

Alain Joseph, vous êtes le président du Lausanne-Sport, que pouvez-vous annoncer pour la prochaine saison en Super League?

Notre objectif est clairement de garder la même philosophie. Elle nous a permis de terminer ce championnat loin devant les autres équipes avec la meilleure attaque et la meilleure défense. Nous continuerons donc à faire confiance aux talents prometteurs en les entourant de gens d’expérience et de niveau adapté à ce nouveau défi.

Le budget sera-t-il augmenté?

Nous serons certainement un des deux plus petits budgets de Super League, même si nous passons de 4,5 millions actuellement à 7,5 millions environ. Mais nous ne serons pas parmi les deux plus petites équipes, grâce à la qualité du jeu, aux options prises et aux renforts que nous trouverons.

Etes-vous déjà en quête de joueurs, précisément?

Oui, nous avons mandaté quelqu’un qui est déjà au travail dans divers pays dont l’Espagne et l’Italie. Nous cherchons, et notre coach sait ce qu’il veut.

Mais Fabio Celestini va-t-il rester?

Nous ne sommes pas mariés, pour répondre avec une métaphore, mais nous travaillons ensemble, en professionnels. Il a fait un magnifique travail avec tout le staff technique. Alors, dans cette maison en construction, je souhaite évidemment qu’il reste. Pour la prochaine saison et d’autres encore. Même si ce n’est pas encore signé.

On parle toujours terrain, résultats, mais un club qui va bien le doit aussi à ses structures administratives…

Oui, je rends ici hommage à notre responsable administratif, Yannick Fankhauser, et aux personnes qui sont au comité et dans les groupes de soutien. Nous n’étions pas le club le plus riche, je crois, mais nous avons réussi sur plusieurs plans, à l’instar des joueurs sur le terrain. Nous vivons vraiment de beaux moments. Et il y aura fête à la Pontaise, le 21 mai, lors du dernier match, LS - Winterthour. PH.D

«Une dynamique positive pour les grands projets»

Futur syndic de Lausanne – il entrera en fonctions cet été –, Grégoire Junod est, comme ses collègues de l’Exécutif lausannois, ravi de la promotion du FC Lausanne-Sport: «Nous sommes fiers de retrouver deux clubs de la ville dans l’élite des sports les plus populaires (ndlr: foot et hockey – le LUC compte parmi les meilleurs clubs de Suisse en LNA de volleyball). Ce retour du LS en Super League est d’autant plus méritoire qu’on n’attendait pas cette réussite arriver si vite au vu de la saison dernière. Elle couronne par ailleurs une belle histoire, qui allie la proximité, la mise en valeur des jeunes du cru et le beau jeu.»

Mais le conseiller municipal socialiste voit aussi dans ce succès une aubaine pour le projet de nouveau stade à la Tuilière, sur les hauts de la capitale: «On a beaucoup parlé ces derniers temps du centre sportif de Malley, qui alliera patinoire et piscine; cette promotion du LS remet la focale sur un autre grand projet d’infrastructure sportive.»

Si la réalisation des terrains d’entraînement appelés à remplacer ceux des Plaines-du-Loup vient de démarrer, le crédit d’ouvrage pour le stade lui-même sera déposé à la rentrée automnale. Pour rappel, l’enceinte, d’une capacité de quelque 12'000 places, devrait coûter 80 millions de francs.

Des oppositions sont toujours possibles, et pourraient provenir notamment des mouvements patrimoniaux qui veulent préserver le stade de la Pontaise, promis à la démolition parce que trop vétuste. Grégoire Junod estime que le projet de nouveau stade est «bien emmanché» et veut voir dans la large approbation de la première phase des mille logements des Plaines-du-Loup (une seule opposition et quatre observations) un contexte favorable à la politique globale d’infrastructure au nord de la ville.

De manière générale, le syndic élu estime qu’«avoir des clubs qui marchent bien est un atout lorsqu’on porte des grands projets d’infrastructures sportives. C’est une dynamique très positive.» Il tire aussi un parallèle entre le LS et le LHC: «Ce sont deux clubs bien gérés, aux budgets équilibrés et raisonnables; qui plus est, l’actionnariat du LS est local, il a les pieds sur terre. Même si l’on sait qu’en sport rien n’est définitivement acquis, c’est rassurant.» T.M.

Articles en relation

Le Lausanne-Sport rejoint la Super League avant l'heure

Football Deux ans après sa relégation en Challenge League, le LS retrouve l’élite, suite à la décision du FC Wil de ne pas recourir contre le refus de l'octroi de licence pour la Super League. Plus...

Articles en relation

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

La caisse maladie demande aux thérapeutes de revoir leurs tarifs à la baisse «pour correspondre aux conditions du marché». Si tel n'est pas le cas, leurs prestations ne seront pas remboursées. Paru le 23 août.
Plus...