Passer au contenu principal

DopageLes athlètes de l'AMA veulent exclure la Russie

Les conclusions du rapport McLaren sur le dopage en Russie choquent l'Agence mondiale antidopage qui souhaite exclure les athlètes russes.

Le Comité international olympique continue le combat. Il va faire appel devant le Tribunal fédéral à Lausanne de décisions du Tribunal arbitral du sport ayant partiellement blanchi des athlètes russes impliqués dans le scandale de dopage des JO de Sotchi 2014. (Jeudi 3 mai 2018)
Le Comité international olympique continue le combat. Il va faire appel devant le Tribunal fédéral à Lausanne de décisions du Tribunal arbitral du sport ayant partiellement blanchi des athlètes russes impliqués dans le scandale de dopage des JO de Sotchi 2014. (Jeudi 3 mai 2018)
Keystone
Médaillé d'argent aux Mondiaux de Paris, le lutteur russe Alexander Chekhirkin a été contrôlé positif à un glucocorticoïde. (Mercredi 28 février 2018)
Médaillé d'argent aux Mondiaux de Paris, le lutteur russe Alexander Chekhirkin a été contrôlé positif à un glucocorticoïde. (Mercredi 28 février 2018)
AFP
Interpol va coordonner une enquête mondiale pilotée par la France. (Lundi 09 novembre 2015)
Interpol va coordonner une enquête mondiale pilotée par la France. (Lundi 09 novembre 2015)
Wallace Woon, Keystone
1 / 94

La commission des athlètes de l'Agence mondiale antidopage (AMA) s'est dite choquée par les conclusions du rapport McLaren sur le dopage d'Etat en Russie et souhaite que la Russie soit exclue de toutes les compétitions internationale, y compris des JO-2016 de Rio.

«Les conclusions du rapport McLaren sont vraiment choquantes, nous sommes particulièrement bouleversés de voir les niveaux sans précédent de dopage et de subversion atteints par la Russie», a indiqué dans un communiqué la commission des athlètes présidée par la Canadienne Beckie Scott, championne olympique 2002 de ski de fond.

«La Russie doit être exclue des jeux Olympiques et Paralympiques de Rio, ainsi que des autres événements internationaux», a-t-elle poursuivi.

Pour une «politique de tolérance zéro»

«Les Fédérations internationales doivent imposer des sanctions afin de garantir la propreté de leur sport», poursuit le texte.

«Tous le athlètes ont le droit d'évoluer dans un sport propre, en étant propre. Le temps est venu pour les organisations sportives de prendre position contre le dopage et d'affirmer de la façon la plus forte possible leur engagement à protéger les athlètes propres et la politique de tolérance zéro», a poursuivi cette commission.

«Cela ne peut être qu'atteint à travers la sanction collective des athlètes, dirigeants et fédérations qui a été recommandée par l'AMA», conclut le texte.

Rapport accablant

Dans son rapport d'enquête commandé par l'AMA, le juriste canadien Richard McLaren a mis en évidence que les laboratoires antidopage de Moscou et Sotchi avaient protégé les sportifs russes dopés, dans le cadre d'un «système de dopage d'Etat sécurisé», durant les JO d'hiver de Sotchi en 2014.

Il a également indiqué que des échantillons issus des contrôles antidopage réalisés lors des Mondiaux-2013 d'athlétisme à Moscou avaient été échangés.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.