Augustin Maillefer rame en direction de ses troisièmes JO

AvironLe Vaudois a déjà qualifié son bateau pour Tokyo 2020. Il ne lui reste plus qu’à mériter sa place…

Augustin Maillefer est un perfectionniste. Lui et ses coéquipiers du quatre de pointe sans barreur veulent exploiter les mois qui viennent pour monter en puissance 
en vue des JO.

Augustin Maillefer est un perfectionniste. Lui et ses coéquipiers du quatre de pointe sans barreur veulent exploiter les mois qui viennent pour monter en puissance en vue des JO. Image: JEAN-MICHEL PHOTOGRAPHIE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À force de ramer, le travail a fini par payer. Mais que ce fut compliqué! «Là, c’est sûr, on savoure!» Au bout du fil, on devine un large sourire et un énorme soulagement. Augustin Maillefer a connu une saison difficile où tout est allé de travers.

Lui et ses jeunes coéquipiers (Markus Kessler, Paul Jacquot et Joel Schürch) avaient le sentiment, sur leur quatre de pointe sans barreur, d’être menés en bateau, de ne pas avancer, «de ne pas être à la hauteur». Et, surtout, que Tokyo s’éloignait de plus en plus, dans leur galère. C’était un mauvais pressentiment qui s’est envolé début juin, comme par enchantement, lors des Européens du Rotsee, après un bon 8e rang qui a eu l’effet d’une «lueur d’espoir au milieu de toutes ces misères». Le Vaudois de 26 ans a enfin jubilé avec ses camarades il y a trois semaines sur le plan d’eau d’Ottensheim, lors des Mondiaux en Autriche, puisque, en terminant encore une fois huitième, le quatuor helvétique a qualifié l’embarcation pour les Jeux de 2020.

Trouver la bonne harmonie

«Maintenant, on peut se relâcher…» Augustin Maillefer, qui était déjà de l’aventure aux Jeux à Londres en 2012 et à Rio de Janeiro il y a trois ans, est donc bien parti pour disputer au Japon ses troisièmes JO. Une délivrance «après en avoir tellement bavé», même si lui et ses copains ne sont pas encore certain d’être du voyage. «En effet, lorsque tu qualifies un bateau, cela te donne une éligibilité pour y rester, explique le Vaudois. Mais il peut très bien y avoir une blessure ou quelqu’un qui a de solides arguments, nettement meilleur que toi, qui te pique ta place.» L’athlète du Lausanne Sports se souvient d’ailleurs avoir suppléé au dernier moment son frère Jérémy lors des JO de Londres, en délicatesse avec une hanche.

Le Renanais et ses potes savent évidemment que tout peut arriver, mais ils préfèrent ne pas y penser. L’équipage, jeune et plein d’espoirs, devrait arriver à maturité dans un an. «Il y a eu de bonnes choses aux Mondiaux, où l’on a sorti de belles courses au bon moment, poursuit le grand Augustin. Mais il y a beaucoup d’aspects où l’on peut faire beaucoup mieux. On manque encore de constance et de confiance.»

«Une belle marge de progression»

Autant dire qu’il y a dans leur coque «une belle marge de progression». «Dans d’autres pays comme l’Angleterre, précise le frère de Jérémy, il n’y a jamais les quatre rameurs qui changent en même temps, et l’expérience se transmet.» Autrement dit, après le départ à la retraite du quatre sans barreur poids léger de Lukas Tramer et ses camarades champions olympiques de Rio, ils savent que la place est libre et l’exploit possible. Mais pour cela ils vont devoir encore ramer et ramer pour trouver la bonne harmonie sur leur «bête de course».

À dix mois de l’événement, ces quatre garçons dans le vent savent qu’ils ont encore le temps de trouver la bonne carburation. «J’espère qu’on va bien pouvoir utiliser ce temps à disposition, sachant tout ce qu’il y a encore à corriger pour être encore plus performants. On va devoir en parler avec les responsables de la Fédération pour gérer au mieux cette période de préparation. Comme je l’ai dit, si le premier objectif a été atteint, il y a moyen de faire encore beaucoup mieux.»

Trois entraînements par jour

Après trois semaines de vacances, ce perfectionniste et ses trois autres moussaillons vont se mettre à table pour mettre en place ce nouveau projet. «Sans vouloir tout révolutionner, on doit effectuer quelques ajustements qui correspondent mieux à nos envies. À coup de trois entraînements par jour, on ne va pas voir le temps passer, mais on va souffrir.» Avec la cool attitude qui règne dans cette équipe, le quatuor de Sarnen peut aborder l’hiver sereinement en direction du Japon. «Même s’il y a toujours des doutes, il s’agira d’être suffisamment bon en mai pour confirmer la qualification sur notre bateau, l’esprit tranquille.»

C’est en effet à ce moment-là qu’auront lieu les sélections internes avant que Swiss Olympic ne délivre officiellement les noms des lauréats.

D’ici là, Augustin Maillefer et ses amis auront des critères à remplir. «Pour cela, sourit-il, on doit se qualifier pour les Mondiaux en février à Paris, mais il ne devrait pas y avoir de problème.» C’est encore loin Tokyo? Tais-toi et rame!

Créé: 24.09.2019, 08h23

Articles en relation

Le Vaudois Maillefer et les siens qualifiés pour Tokyo

Aviron Le quatre sans barreur suisse est parvenu samedi à satisfaire les critères pour un voyage aux Jeux olympiques l'été prochain. Plus...

Les rameurs vaudois ratent les finales aux Mondiaux

Aviron Frédérique Rol (deux de couple léger) et Augustin Maillefer (quatre sans barreur) n'ont pas réussi à terminer dans les trois premiers de leur demi-finale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.