Passer au contenu principal

Augustin Maillefer rame en direction de ses troisièmes JO

Le Vaudois a déjà qualifié son bateau pour Tokyo 2020. Il ne lui reste plus qu’à mériter sa place…

Augustin Maillefer est un perfectionniste. Lui et ses coéquipiers du quatre de pointe sans barreur veulent exploiter les mois qui viennent pour monter en puissance en vue des JO.
Augustin Maillefer est un perfectionniste. Lui et ses coéquipiers du quatre de pointe sans barreur veulent exploiter les mois qui viennent pour monter en puissance en vue des JO.
JEAN-MICHEL PHOTOGRAPHIE

À force de ramer, le travail a fini par payer. Mais que ce fut compliqué! «Là, c’est sûr, on savoure!» Au bout du fil, on devine un large sourire et un énorme soulagement. Augustin Maillefer a connu une saison difficile où tout est allé de travers.

Lui et ses jeunes coéquipiers (Markus Kessler, Paul Jacquot et Joel Schürch) avaient le sentiment, sur leur quatre de pointe sans barreur, d’être menés en bateau, de ne pas avancer, «de ne pas être à la hauteur». Et, surtout, que Tokyo s’éloignait de plus en plus, dans leur galère. C’était un mauvais pressentiment qui s’est envolé début juin, comme par enchantement, lors des Européens du Rotsee, après un bon 8e rang qui a eu l’effet d’une «lueur d’espoir au milieu de toutes ces misères». Le Vaudois de 26 ans a enfin jubilé avec ses camarades il y a trois semaines sur le plan d’eau d’Ottensheim, lors des Mondiaux en Autriche, puisque, en terminant encore une fois huitième, le quatuor helvétique a qualifié l’embarcation pour les Jeux de 2020.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.