Passer au contenu principal

Bavois se saborde après la pause et prend l’eau

A la Charrière, les Vaudois menaient 2-0 avant de laisser La Chaux-de-Fonds revenir. Les cadres du vestiaire ont pris la parole après le match.

JB Sport Consulting

Arnaud Bühler rappelle les derniers retardataires puis ferme la porte du vestiaire. Pendant de longues minutes, le défenseur prend la parole devant le groupe après la cuisante défaite concédée par Bavois à la Charrière (3-2). Les Vaudois menaient de deux longueurs à la pause, avant de laisser inexorablement les Neuchâtelois revenir dans le match. Si le ton reste posé, la frustration est légitime.

Les joueurs sont ensuite sortis au compte-gouttes, dans le silence. Sébastien Le Neün a alors trouvé les mots pour analyser avec lucidité une telle contre-performance. «A 2-0, au lieu de rester dans la simplicité, on a voulu en faire trop, regrettait le capitaine. On s’est peut-être pris pour une autre équipe. Il faut rester nous-mêmes pour être performant. On aurait dû tuer le match plus tôt.»

Bavois avait effectivement fait tout juste en première période face à un adversaire en déroute. Sur un magnifique rush solitaire, Gauthier Da Silva avait ouvert la marque de la plus belle des manières (8e) avant qu’Alvarez ne double le score (23e). Les Vaudois ont manqué plusieurs occasions de clore les débats, tantôt par manque de réussite, tantôt par maladresse.

«J’ai averti les joueurs que notre adversaire allait revenir avec beaucoup d’envie, regrettait après le match Renatus Njohole, assistant bavoisan- promu entraîneur principal en l’absence de Bekim Uka qui était retenu par des cours UEFA. J’ai tiré la sonnette d’alarme à la mi-temps. On avait fait le plus gros du travail mais il fallait rester dans le match, être concentré. On a fait tout le contraire. Ce match nous laisse beaucoup de regrets.»

Bien que menés de deux longueurs, les Chaux-de-Fonniers sont revenus des vestiaires complètement métamorphosés. Leur première mi-temps catastrophique n’était plus qu’un mauvais souvenir. La réduction logique du score, signée Wüthrich (60e), n’a fait qu’accéléré le déclin vaudois. Bavois s’est alors liquéfié. Luther King est allé au bout de son rêve pour égaliser sur corner (78e) avant que Parapar ne parachève la «remontada» neuchâteloise d’une subtile reprise au point de penalty (87e).

Dans une Promotion League plus homogène que jamais, neuf petits points séparent Zürich II (5e) de la lanterne rouge, United Zürich (14e). En laissant filer un succès qui leur tendait les bras, les Bavoisans manquent une occasion en or de prendre leurs distances avec la barre. «On avait la possibilité de passer dans la première partie du tableau, regrettait Le Neün. Il faudra aller chercher ces points ailleurs.» Dans cette optique, la réception du Stade-Lausanne-Ouchy, samedi prochain, s’annonce d’ores et déjà palpitante.

La Chaux-de-Fonds - Bavois 3-2 (0-2)Stade de la Charrière, 310 spect.Buts: 8e Da Silva (0-1), 23e Alvarez (0-2), 60e Wüthrich (1-2), 78e Luther King (2-2), 87e Parapar (3-2).Chaux-de-Fonds: Martinovic; Erard (46e Diakiese), Dzeljadini, Indino, Challandes; Luther King, Ndzomo, Lo Vacco (89e Grossenbacher), Hayoz (73e Parapar); Wüthrich; Kasaï.Bavois: Enrico; Kurtic, Le Neün, Bühler, Cuénoud; Bovay, Beynié, Zeneli; Alvarez, Ouattara, Da Silva.Avertissements: Lo Vacco (16e), Zeneli (34e), Martinovic (80e), Diakiese (90e+2)Note: Bavois sans Khelifi, Demiri, Monteiro ni Pimenta (blessés). L’entraîneur Bekim Uka était absent (cours UEFA).

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.