Buemi s’offre un podium à Berne devant 100'000 spectateurs

Formule ELa capitale a reçu ce qui sera sans doute le premier et dernier E-Prix de son histoire. Le Français Jean-Eric Vergne s’impose.

Jules, 3 ans, a sauté dans les bras de son père, Sébastien Buemi, qui a célébré cette troisième place obtenue devant plus de 100'000 spectateurs.

Jules, 3 ans, a sauté dans les bras de son père, Sébastien Buemi, qui a célébré cette troisième place obtenue devant plus de 100'000 spectateurs. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tout avait commencé par la colère – une manifestation qui a dégénéré en actes de vandalisme, jeudi –, tout s’est terminé sur de belles images et de riches mots. À Berne, comme tous les samedis, on faisait ses courses. Pour les 22 pilotes engagés dans le championnat du monde de Formule E, on faisait «sa» course. Une course forcément particulière – ne le sont-elles pas un peu toutes? – pour le Français Jean-Éric Vergne, qui vise un second titre dans la spécialité. Et pour son ancien équipier en F1 Sébastien Buemi, plus que le régional de l’étape, celui que tout le monde – plus de 100'000 personnes recensées – voulait voir, avec qui cette Suisse multigénérationnelle désirait poser pour un selfie.

Le plus beau de ces selfies, c’est la première image forte de ce samedi 22 juin. On y voit sur le podium le Français Jean-Éric Vergne, vainqueur, dominateur; à ses côtés, le Néo-Zélandais Mitch Evans, qui aura tout essayé dans son rôle de chasseur, mais la proie Vergne a résisté.

Buemi papa pilote

L’autre belle image de la journée met en scène Buemi. Sébastien, le père, le pilote désormais double vainqueur des 24 Heures du Mans et double champion du monde d’endurance (plus un titre mondial dans cette fameuse catégorie ouverte aux véhicules électriques) en compagnie de Jules, son aîné, 3 ans et déjà très élégant, qui a sauté dans les bras de son père quelques minutes plus tôt. Qui a pris la belle coupe entre ses bras. Qui n’a rien perdu de cette course que «Séb» ne voulait pas manquer. Et qu’il a maîtrisée avec une certaine sagesse: «Une journée de folie. Il y a longtemps que je n’avais plus considéré une troisième place comme une victoire. Cette foule, ce public qui scandait mon nom, c’était incroyable.»

«Il y a longtemps que je n’avais plus considéré une troisième place comme une victoire»

Une semaine plus tôt, à la même heure, il était dans le cockpit de sa Toyota TS050 Hybrid, direction une nouvelle victoire au Mans. Et le voilà chez lui, en famille. Mais toujours en course, car tel est son métier, si beau, si exigeant. «Et ce circuit l’était, très exigeant, reprend-il. Peut-être un peu étroit, ce qui n’offrait pas beaucoup de possibilités de déplacements, mais intéressant.» Un tracé qui aura fait l’unanimité, grâce à ses déclivités. «J’avais un bon rythme, mais je n’ai pas pris tous les risques pour essayer de gagner encore une place dans les derniers tours, au moment où la pluie est arrivée. J’ai préféré assurer mon troisième rang, même si je savais qu’André (ndlr: Lotterer, un autre marathonien de la compétition automobile qui, comme Vergne et Buemi, était au Mans une semaine plus tôt) était très proche et disposait d’un peu plus de réserve d’énergie que moi, je savais aussi que, dans ces conditions, chaque tentative pouvait tourner à la touchette. À New York, pour la double finale du championnat, le circuit sera plus large. Là, les adeptes des dépassements pourront s’en donner à cœur joie.»

Vergne reconnaissant

Alors que le deuxième Suisse de l’épreuve, le Genevois Edoardo Mortara, avait abandonné depuis un bout de temps – «J’ai connu toute la journée des problèmes avec les freins. Et en course, sans que je n’y puisse rien, j’ai harponné la voiture de Sims. Nous devons absolument comprendre ce qui s’est passé, techniquement parlant» –, le grand vainqueur du jour, Jean-Éric Vergne, logiquement fatigué par cette semaine de folie entre Le Mans et l’E-Prix de Berne, a voulu dire merci aux organisateurs. «Avec ce qui s’est passé jeudi (ndlr: la manifestation), vous avez réussi quelque chose d’exceptionnel.»

Samedi, jour où Berne fait ses courses, il y avait beaucoup plus de sourires ravis que de grincheux!

Créé: 23.06.2019, 16h29

Articles en relation

La polémique rattrape les grands prix de Formule E

Automobile Après le refus de Zurich, c’est Berne qui accueillera la course ce samedi. Un événement d’ores et déjà terni par les critiques. Plus...

Tout change cette saison pour Buemi en Formule E

Automobilisme Le 5e championnat de monoplaces 100% électriques, qui débute samedi à Riyad, est placé sous le signe du renouveau. Plus...

Favori des 24 Heures du Mans, Buemi devra éviter tous les pièges

Automobilisme Cinq ans après sa première couronne mondiale en endurance, l’Aiglon peut faire coup double ce week-end. Plus...

Buemi espère voir le bout du tunnel dans la Ville Lumière

Automobilisme Le Vaudois va tenter de remporter l’E-Prix de Paris pour la deuxième fois. Jusqu’ici, sa saison 2018-2019 n’a pas été facile. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.