C’est dans un mois que la Suisse devra faire corps

FootballVictoire sans surprise sur Gibraltar. Nul du Danemark en Géorgie. De bonnes nouvelles avant les échéances capitales d’octobre.

L’équipe de Suisse a fait le travail en dominant Gibraltar. Une formalité qui n’a cependant pas permis de lever les doutes.

L’équipe de Suisse a fait le travail en dominant Gibraltar. Une formalité qui n’a cependant pas permis de lever les doutes. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec, en bruit de fond, le tumulte lointain d’une crise incertaine, sur fond d’une absence inaudible – Shaqiri –, d’une communication désastreuse – Petkovic –, de querelles de cours d’école – le brassard de capitaine –, l’équipe de Suisse a joué un match inutile qui comptait tout de même. Inutile parce que battre Gibraltar ne change rien à ces doutes qui ont enveloppé, à tort ou à raison, la sélection depuis ce rassemblement de septembre. Yann Sommer, dans un curieux élan qu’on ne lui connaissait pas, avait appelé à l’union sacrée autour la sélection avant d’affronter les amateurs gibraltariens. Pourquoi pas… C’est le mois prochain au Danemark et à Genève contre l’Irlande que corps et cœurs doivent effacer le trouble entretenu çà et là.

S’armer de patience

Puisque cette rencontre éliminatoire pour l’Euro 2020 relevait de la formalité, la Suisse de Petkovic ne se sera donc même pas rassurée. Mais elle a fait le boulot, comme on dit. Tout juste lui aura-t-il fallu un peu de temps pour convertir sa domination logique par des buts. Le dernier quart d’heure de la première période aura été ce moment-là, sans surprise, avec des réussites de Zakaria, Mehmedi et Rodriguez. Dans une sorte de 3-4-1-2, les Suisses n’avaient aucune peine à monopoliser la balle et à se créer des occasions. Avec un peu plus de précision, ils auraient pu soigner la réalisation. Mais avec un Embolo désespérant de maladresse ou un Benito à la fois malchanceux et imprécis, il aura fallu un peu s’armer de patience. Et ruminer un peu cette deuxième période durant laquelle les Suisses auraient dû soigner leur différence de buts en inscrivant plus que la seule réussite de Gavranovic.

Au rayon des bonnes nouvelles, il faut souligner la belle performance de Denis Zakaria. Le Genevois, percutant, était dans tous les bons coups. Mehmedi aura aussi retrouvé du service avec bonheur. Mais en réalité la meilleure nouvelle de cette soirée sans suspense est venue de beaucoup plus loin: de Tbilissi, où le Danemark a été tenu en échec (0-0). Le malheur des uns…

La semaine avait commencé dans la tourmente, elle s’est donc achevée à Sion avec un succès, doublé du faux pas danois. Mieux: touché à la cheville à Tourbillon (rien de grave), Xhaka a laissé le brassard de capitaine à Sommer en quittant la pelouse. De quoi ravir ceux qui cherchaient des poux dans les têtes suisses. De quoi relativiser aussi le nul de Dublin. La Suisse est peut-être encore troisième au classement, mais avec seulement un point de moins que le Danemark, qui vient de perdre des plumes, et trois de moins dés­ormais que l’Irlande. Mais, surtout, la Suisse a un match de moins au compteur que ces deux adversaires-là. «À mi-parcours des qualifications pour l’Euro, nous sommes sur le bon chemin et nous pouvons nous concentrer sur les deux échéances d’octobre», a lancé Petkovic. Sur le reste également, en amont.

Mettre les choses à plat

La Suisse a maintenant un petit mois pour mettre certaines choses à plat. S’il y a un problème avec Shaqiri autre que le coup de déprime mis en avant pour rester à Liverpool – et c’est bien possible au vu des circonstances et de certains non-dits –, alors il faut le régler rapidement. C’est le rôle de Vladimir Petkovic de veiller à avoir un groupe homogène, même s’il est décidément gêné aux entournures quand il s’agit de s’expliquer. Face à la presse ou face aux leaders de sa sélection. Et puis, du côté des joueurs, ranger les ego de côté ne serait pas une mauvaise idée. Parce que, si le port du brassard de capitaine prend les proportions fantasmées par certains, l’équipe de Suisse a du souci à se faire.

On n’en est pas là. Cette Suisse a toujours un potentiel qui parle pour elle. Si elle s’impose deux fois au mois d’octobre, elle fera taire bien du monde. Petkovic le sait, les joueurs aussi, Shaqiri le premier, s’il répond présent.


«On ira trouver Shaqiri»

Dominique Blanc, le nouveau président de l’ASF présent à Tourbillon, était heureux de ce succès helvétique en terre romande. Un peu moins du climat parfois pesant qui s’est installé autour de l’équipe de Suisse. Il n’a pas éludé. «J’ai surtout l’impression que l’agitation que je retrouve dans les médias ne se retrouve pas au sein de l’équipe nationale, assure-t-il. Toutes les informations que j’ai font plutôt état d’une forme de sérénité du groupe. Des médias spéculent, c’est leur droit, mais cela ne correspond pas à la réalité.»

Il y a tout de même un problème avec Shaqiri, resté à Liverpool sans être blessé. Sinon moralement? Ou dans son ego? «On ira trouver Shaqiri à Liverpool, lance Blanc. Mais je rappelle qu’il n’y a là rien d’exceptionnel, nous visitons souvent des joueurs à l’étranger, même si nous ne communiquons pas sur le sujet.»

Petkovic ira-t-il lui-même fumer le calumet de la paix, si besoin est? Le sélectionneur n’a pas voulu répondre à cette question. Il a botté en touche, toujours aussi malhabile dans l’exercice de communication. «J’ai toujours dit que l’important c’était la sélection et que Shaqiri a toujours été pour moi une partie de cette équipe.» Point à la ligne. «Petko» se déplacera-t-il à Liverpool? Cela relève sans doute davantage du cahier des charges de Tami, le nouveau directeur des équipes nationales. Le Tessinois a l’avantage de bien connaître Shaqiri. Dans tous les cas, il faut cette visite, rapidement. Afin que la Suisse sache sur quel pied danser avant les échéances capitales d’octobre. D.V.

Créé: 08.09.2019, 22h51

Suisse - Gibraltar 4-0 (3-0)

Stade de Tourbillon,
8312 spectateurs.
Arbitre:
M. Orel (Tch).
Buts:
37e Zakaria 1-0; 43e Mehmedi 2-0, 45e (+4’) Rodriguez 3-0;
87e Gavranovic 4-0.
Suisse:
Sommer; Elvedi, Schär, Rodriguez; Mehmedi, Zakaria, Xhaka (74e Vargas), Benito (65e Steffen); Edimilson; Embolo (55e Gavranovic), Ajeti.
Gibraltar:
Coleing (25e Goldwin); Sergeant, R. Chipolina, J. Chipolina, Olivero; Annesley; Ant. Hernandez, Walker, And. Hernandez (58e Coombes), Britto (67e Pons); De Barr.
Avertissements:
69e J. Chipolina
(jeu dur).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...