Caroline Ulrich, un talent coulé dans le bronze

Ski-alpinisme Lors de ses premiers Mondiaux, la Boélande de 15 ans a ramené trois médailles.

Caroline Ulrich est fière de ses trois médailles de bronze obtenue, lors des championnats du monde, en Italie.

Caroline Ulrich est fière de ses trois médailles de bronze obtenue, lors des championnats du monde, en Italie. Image: CHANTAL DERVEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Caroline Ulrich a fêté son 15e anniversaire, il y a une semaine. Mais si vous entrez dans sa chambre, vous constaterez que le succès n’a pas attendu le nombre des années. L’athlète de La Tour-de-Peilz est une véritable collectionneuse de récompenses. Les médailles qui décorent l’un de ses murs sont si nombreuses qu’il serait fastidieux d’en faire le compte. Un peu plus loin, une étagère, bien trop étroite, croule sous les trophées multiples qu’elle a remportés. On y distingue plusieurs coupes des 20 km de Lausanne. «J’ai gagné l’épreuve des 4 km à cinq reprises», commente la longiligne adolescente. Et de préciser: «J’ai aussi été championne de Suisse en cross.» Lors de la dernière édition de Sierre-Zinal, elle s’est également classée 3e de la catégorie juniors qui part de Chandolin, en 1 h 55.

L'honneur d'allumer la vasque

Cette élève de 11VP, qui a choisi l’option latin, n’est pas la seule de sa famille à récolter des lauriers. Si son frère Mathias (19 ans) a un très bon niveau en alpinisme, Florian (17 ans) a été sacré à deux reprises champion d’Europe de ski-alpinisme et 3e aux Mondiaux. Une voie vers le succès que Caroline a logiquement suivie. Lors de ses premiers championnats du monde de ski-alpinisme, la sociétaire du CA Riviera et du Centre régional ouest est revenue d’Alpago-Piancavallo (Italie) avec trois médailles de bronze autour du cou. «Je pensais qu’une place parmi les cinq premières serait envisageable. Mais comme j’étais la plus jeune des cadettes (ndlr: une catégorie ouverte aux 15-17 ans), je ne me faisais pas trop d’illusions.»

Caroline était même la plus jeune athlète présente aux Mondiaux, ce qui lui a offert le privilège d’allumer la vasque, lors de la cérémonie d’ouverture. «J’ai vécu des moments uniques durant cet événement, admet-elle. L’ambiance était formidable. J’ai pu côtoyer les meilleurs athlètes du monde.»

Cette première expérience à un tel niveau a été ponctuée par des résultats épatants. Lors de l’épreuve initiale (course individuelle), la Boélande a avalé les 900 m de dénivelé avec une certaine assurance. Après la montée, le portage (course avec les skis sur le sac) et la descente, elle n’a été devancée que par des filles âgées de 2 ans et 1 an de plus qu’elle. Idem pour le sprint et la catégorie «verticale». «J’apprécie les trois épreuves, raconte-t-elle. Même si l’individuelle est la plus belle à mes yeux, car il s’agit de la plus dure. Pour moi, ces trois médailles de bronze symbolisent tout le travail accompli à l’entraînement. J’en suis fière.»

Et maintenant, la Pierra Menta!

Caroline Ulrich a de quoi être fière de sa moisson numismatique. A Alpago-Piancavallo, elle a contribué à belle performance d’ensemble de la Suisse, qui a brillé avec ses 19 podiums (dont 8 titres) dans les différentes catégories présentes. L’équipe helvétique s’est retrouvée en 2e position du tableau des médailles, derrière l’Italie (28 récompenses) et devant la France (15). L’avenir de la skieuse vaudoise s’annonce radieux, elle qui espère réussir les tests pour rejoindre l’équipe nationale. Elle garde dans le viseur les Européens de 2018. Avant de briller aux JOJ en 2020, où le ski-alpinisme fera son apparition? «Je n’y ai même pas songé. C’est dans 3 ans, c’est encore loin!» dit-elle.

Caroline a eu à peine le temps de fêter ses podiums des Mondiaux qu’elle a déjà mis le cap sur Arêches-Beaufort. Dans la station savoyarde, elle dispute vendredi et samedi la prestigieuse Pierra Menta. Avec une nouvelle performance en point de mire?

Créé: 10.03.2017, 07h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.