Passer au contenu principal

Certains terrains de foot synthétiques seraient cancérigènes

Un granulé à base de pneus broyés, utilisé pour le remplissage, regorge de billes noires potentiellement nocives. Il est peu à peu remplacé.

À la Tuilière, où la Ville de Lausanne vient de créer neuf terrains, cinq – dont celui-ci – sont remplis avec du liège, un produit 100% naturel.
À la Tuilière, où la Ville de Lausanne vient de créer neuf terrains, cinq – dont celui-ci – sont remplis avec du liège, un produit 100% naturel.
FLORIAN CELLA

Les terrains synthétiques présentent beaucoup d’avantages. Ils permettent par exemple une utilisation quasi illimitée, tout en offrant de bonnes conditions de jeu quelle que soit la météo. Si, au départ, leur coût est supérieur à une surface naturelle, l’acquéreur s’y retrouve largement sur la longueur, en termes de frais d’entretien. Pas étonnant, dès lors, que le nombre de «synthés» ait fortement augmenté depuis quelques années. On en comptera bientôt 100'000 dans toute l’Europe. Et la Suisse s’inscrit tout à fait dans cette tendance, alors même que la polémique vient d’être relancée: certains granulés utilisés pour le remplissage de ces terrains seraient dangereux pour la santé. Les utilisateurs doivent-ils s’inquiéter? Faut-il craindre pour des jeunes qui, parfois, passent beaucoup d’heures chaque semaine sur ces surfaces?

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.