Un Challensois brille au Monte-Carlo historique

AutomobilismePour sa 3e participation à la course de régularité réservée aux voitures anciennes, Raphaël Favaro a joué les premiers rôles.

Raphaël Favaro et son copilote Jordi en pleine action.

Raphaël Favaro et son copilote Jordi en pleine action. Image: Stefano Fasi IT

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Garagiste à Echallens, Raphaël Favaro a décroché, mercredi aux premières lueurs du jour, la 4e place ex aequo du 20e Rallye Monte-Carlo historique et la 1re de sa classe. «Je suis très heureux d’avoir réussi à devancer des pilotes expérimentés comme Jean Ragnotti ou Daniel Elena (ndlr: le coéquipier de Sébastien Loeb), mais aussi déçu d’être passé très prêt de beaucoup mieux…», explique-t-il de retour à son bureau.

Pour le pilote challensois, la course a pourtant failli ne jamais débuter. «Mon ami et copilote, qui est aussi le propriétaire de la voiture, s’est senti mal juste avant le départ. Du coup, on a dû trouver un copilote de secours dans l’urgence.» Par le canal de «l’ami d’un ami», Raphaël Favaro s’est finalement retrouvé au départ aux côtés d’un certain Jordi, organisateur espagnol de courses, mais qui n’avait jamais officié dans ce rôle. «Mais à part son accent qui me faisait comprendre «à droite» quand il me disait «tou droite», on s’en est plutôt bien sortis», rigole le pilote challensois.

«On a dû trouver un copilote de secours dans l’urgence»

En effet, après 3000 kilomètres de parcours entre Barcelone et Monaco, le duo a amené son Alfa Romeo Giulia Sprint de 1965 à la 4e place finale, devançant ainsi plus de 320 concurrents. De quoi ravir le propriétaire de la voiture, qui avait retrouvé suffisamment de forme pour venir voir sa protégée franchir la ligne d’arrivée.

Les regrets du pilote viennent du fait que, contrairement aux rallyes traditionnels, les rallyes historiques se jouent sur la régularité. En plus du pilotage sur des petites routes très sinueuses, les équipages doivent gérer en permanence leur position sur le parcours. Participant pour la 3e fois à cette épreuve, Raphaël Favaro comptait bien dompter ces difficultés; mais un automobiliste – la course se déroule sur routes ouvertes et en respectant le Code de la route – en a décidé autrement. Il a en effet volontairement ralenti leur voiture pendant quelques centaines de mètres. «Cela nous a valu 300 points de pénalité temporelle. Or, le vainqueur termine avec 310 points de moins que nous…». De quoi faire naître l’envie d’une revanche l’an prochain. (24 heures)

Créé: 03.02.2017, 21h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...