Passer au contenu principal

Chocolat, Benjamin Steffen est tombé avec les honneurs

Meilleur Suisse, le Bâlois ne pouvait pas faire des miracles. Il s’est incliné contre le futur lauréat et le No 1 mondial!

C’était, sur les tapis vert émeraude de l’Arena Cariocas, un remake des Dix petits nègres. Seule entorse au roman policier d’Agatha Christie, les mousquetaires suisses n’étaient que trois! La trame d’un tournoi d’escrime repose sur les mêmes ressorts narratifs, sur le même art de l’escamotage et du suspense. Les épéistes se donnent la réplique, ils croisent le fer et disparaissent du décor à tour de rôle, selon une scénographie souvent déroutante.

Hier, les personnages de ce drame en cinq actes n’ont pas tous disparu selon le scénario attendu. Certains, comme Benjamin Steffen, se sont accrochés à la rampe. Habile à déjouer les chausse-trappes, le Bâlois est même resté longtemps au cœur de l’action. Il a fallu qu’il tombe en demi-finale sur le Coréen Park - le futur champion olympique, un vrai moustique-tigre celui-là! -, puis sur le No 1 mondial, le chevronné Français Gauthier Grumier, pour qu’il soit chassé en coulisses et se retrouve chocolat au pied du podium.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.