Passer au contenu principal

«Cette crise va nous obliger à repenser le monde»

Alors que le Kosovo doit jouer les play-off de la Ligue des nations, Bernard Challandes ne sait pas de quoi il retourne. Il préfère relativiser.

La crise du coronavirus rend Bernard Challandes philosophe.
La crise du coronavirus rend Bernard Challandes philosophe.
Yvain Genevay

Là, ces jours-ci, il est encore chez lui, dans son Jura neuchâtelois, au milieu des sapins et des siens. En pleine nature, Bernard Challandes (68 ans) ne s’empêche nullement de vivre. «Je ne peux pas dire que j’ai refusé de serrer des mains. On profite de notre vie à la campagne, loin de la folie du monde. Et si l’on a prévu de manger chez des amis, on y va.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.