Huber s’offre un sixième Grand Raid «au sprint»

VTTL'Argovien s'est imposé avec une avance de... 6 secondes sur l'Autrichien Lakata. Chez les dames, Ilona Chavaillaz était en démonstration.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Urs Huber est décidément le grand bonhomme du Grand Raid. Recordman du parcours, l’Argovien a remporté pour la sixième fois la mythique et terrifiante épreuve de VTT qui lessive ses concurrents entre Verbier et Grimentz (125 km, 5000 m de dénivelé).

Après ses misères des deux éditions précédentes – clavicule cassée en 2017, abandon après une autre clavicule pas assez remise en 2018 – le triple champion du monde de marathon a donc retrouvé Grimentz avec le sourire au bout d’un «mano a mano» palpitant avec l’Autrichien Alban Lakata.

«D'une brutalité incroyable» Pour bien saisir l’intensité du duel que se sont livrés les deux coéquipiers du Team Bulls, Urs Huber ne s’est imposé que de 6 petites secondes (6h08’21”). Un écart inédit qui, à l’échelle du Grand Raid, revient à une victoire au sprint!

«C’était un combat d’une brutalité incroyable, soupirait le vainqueur à peine descendu de son vélo. J’ai tout de suite senti que je n’avais pas des très bonnes jambes; dans le Pas de Lona, j’ai beaucoup souffert. Mais je voulais cette victoire plus que tout et je savais que si j’attaquais la dernière descente avec Lakata, c’était bon pour moi.»

De son propre aveu, Daniel Huber a «beaucoup souffert dans le Pas de Lona». Image: Keystone. Dans les faits, Urs Huber a eu l’intelligence de lancer la descente vers le barrage de Moiry en tête. Une position qui lui garantissait de dicter le tempo et les débats dans cette portion étroite où les nombreux populaires rendent le dépassement délicat. «Je connais cette descente par cœur. Le but, c’était de faire la course en tête car je sais exactement où il y a une petite chance de dépassement. J’ai géré l’écart et, à un moment, j’ai vu une ouverture de 500 mètres pour placer une accélération. Gagner dans ces conditions, c’est mythique.» Sixième malgré des crampes, le Fribourgeois Adrien Chenaux était également ravi de sa course. «Je travaille à 80% et je suis resté longtemps au contact de ces gars qui sont des mythes du VTT. Sortir une course comme ça, au Grand Raid, c’est un vrai bonheur.»

Ilona Chavaillaz en démonstration

Du côté féminin, la Fribourgeoise Ilona Chavaillaz a écrasé la course de sa classe. Déjà grande triomphatrice l'an passé - mais elle était partie de Nendaz -, elle s'est imposée pour la première fois sur le grand parcours. Elle a couvert les 125 kilomètres en 7h41'55. Sa dauphine, Gloria Hänsel, a terminé avec un retard de 1h06'42 (!), et la troisième, Franziska Brun, avec un débours de 1h11'00.

«C'est un bonheur immense, a réagi Ilona Chavaillaz. Cette fois, c'est sur le grand parcours, celui du vrai Grand Raid, que je gagne. Je suis partie à mon rythme, sans trop savoir où se situaient mes poursuivantes. J'ai réussi à rester concentrée et solide dans ma tête. Je savais que ma famille et mes amis, notamment mes deux filles, m'attendaient à l'arrivée, cela a été une source de motivation.»

Créé: 24.08.2019, 16h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.