Le débat sur la santé des joueurs pollue la fête du Super Bowl

Football américainSport préféré des Américains, le foot US n’est pas épargné par les critiques. Au point de voir son avenir menacé?

Patrick Mahomes a porté son équipe des Kansas City Chiefs durant les play-off.

Patrick Mahomes a porté son équipe des Kansas City Chiefs durant les play-off. Image: Getty

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est le cœur lourd et la voix tremblante que Luke Kuechly a annoncé sa retraite le 14 janvier. Sans fioritures et dans un décor de salle de classe, l’un des meilleurs défenseurs de la Ligue nationale de football américain (NFL), la star des Carolina Panthers, a pris la parole en vidéo afin de dire «stop». Après huit saisons dans l’élite et à 28ans seulement. Un choc pour la planète foot US. Une décision réfléchie pour le jeune homme qui ne se sentait plus en mesure de produire son jeu. Un mélange de rapidité, de force physique et de contacts violents.

En termes d’image, c’est un nouveau coup dur pour la NFL. Une ligue qui n’a pas été épargnée ces dernières années. Si le défenseur n’a pas prononcé les mots «commotions» ou «encéphalopathie traumatique chronique» (ETC) – une maladie dégénérative du cerveau causée par une multiplication des chocs à la tête – ils étaient sur les langues de tous les analystes. Au centre des débats, la santé des joueurs bien sûr et l’avenir de la discipline.

Listen to "Wild Card et coups de casque" on Spreaker.Écoutez le premier épisode du podcast genevois Cent Yards dédié au foot américain

Des parents réticents

Sur un plan comptable, le football américain se porte bien. Les chiffres sont bons. Excellents même. Le Super Bowl a réunit en 2019 quelque 98millions de téléspectateurs pour les seuls États-Unis. Une baisse par rapport aux éditions 2018 (103 millions) et 2017 (111 millions), qui ne menace aucunement le statut du foot US, sport numéro un chez l’Oncle Sam.

Alors pourquoi ces interrogations? «Le chiffre d’affaires de la ligue ne faiblit pas, commente le professeur de Smith College, Andrew Zimbalist, spécialiste en la matière. Au contraire, il ne cesse de croître rapidement et les prévisions sont excellentes avec la libéralisation à venir des paris sportifs. Mais au-delà des perspectives économiques réjouissantes, l’impact du jeu sur la santé des athlètes inquiète. On constate une baisse de la popularité de la discipline auprès des jeunes. Des parents se montrent réticents à l’idée d’inscrire leurs enfants en club et les catégories socioprofessionnelles supérieures tournent le dos à la discipline.»

Patrick Mahomes dans ses œuvres contre les 49ers

Un mal qui s’est renforcé ces dernières années avec la diffusion de documentaires – «League of Denial» – de films grand public – «Seul contre tous» avec Will Smith – et de travaux scientifiques portant sur le sujet des commotions et de l’ETC. En 2017, une étude conduite par l’Université de Boston montrait que sur 111 anciens joueurs professionnels testés, 110 souffraient de symptômes plus ou moins prononcés. De son côté, la NFL annonçait avoir débloqué plusieurs centaines de millions de dollars pour la recherche dans le domaine des neurosciences.

Vu de Suisse, le sujet peut paraître lointain. Les considérations d’une ligue amateur – l’Association suisse américaine de football (SAFV) –, qui compte 36 clubs associés pour 2593 membres, ne peuvent être les mêmes. Pour autant, le débat est suivi avec attention. «Parce que quand on aime le foot US, on a forcément les yeux tournés vers les États-Unis, commente le vice-président, Gleb Iatsenia. Et parce qu’on souhaite que notre sport soit perçu de manière positive.» La popularité de la discipline reste d’ailleurs une composante importante au moment de se faire une place dans un paysage dominé par le football traditionnel et le hockey.

Parmi les missions de la SAFV: développer le sport donc, mais aussi sensibiliser. «Il y a vingt ans, on parlait surtout de jambes cassées, indique Gleb Iatsenia. Aujourd'hui, ce sont les commotions.» Et le vice-président de regretter qu’il n’existe aucun protocole en cas de choc à la tête, au contraire du hockey ou du rugby.

Les meilleures actions de la saison de Jimmy Garoppolo, quarterback des 49ers

Depuis 2014, en revanche, la Suisse a introduit la règle du renvoi au vestiaire automatique pour contact intentionnel du casque avec un autre casque, coude ou épaule. Une mesure importée de la ligue universitaire américaine visant à protéger les joueurs. Une consigne appliquée depuis deux ans seulement en NFL, avec moins de sévérité.

Faire évoluer le jeu

Depuis le banc de touche des Geneva Seahawks, le coach canadien Larry Legault voit d’un bon œil la mise en place d’un tel règlement. «Le jeu a su évoluer pour protéger les joueurs, insiste le principal intéressé. On ne l’enseigne plus comme il y a cinquante ans. Les contacts à l’entraînement sont aujourd’hui beaucoup plus limités et les formations des entraîneurs ont été repensées en fonction.» Dans de nombreux clubs, le «Flag» — une version sans contact du sport — s’est imposé comme une excellente porte d’entrée.

Au point de juger les critiques actuelles injustes? «La pratique du football américain n’a jamais été aussi sûre, souligne Larry Legault. Mais nous parlons d’un sport de contact. C’est dans son ADN. Il n’y aura jamais de risque zéro.»

Créé: 31.01.2020, 11h20

Le podcast du foot US

Depuis janvier, le football américain peut se suivre en podcast et en français. «Cent yards» – soit la longueur d’un terrain – a pour but de revenir sur l’actualité du sport outre-Atlantique, sans négliger ses aspects locaux. Au programme: décryptage des grandes affiches de NFL, couverture de débats de société et témoignages d’amoureux de la discipline basés en Suisse. À l’animation, un trio de passionnés constitué de deux ex-joueurs et anciens entraîneurs des Geneva Seahawks – Nicolas Zavadil et Greg Pittet – et d’un journaliste – Frédéric Thomasset. Le ton se veut amical, l’analyse pertinente. Un 4e micro est ouvert aux invités ponctuels. Coaches et joueurs américains expatriés en Suisse seront conviés à venir partager leurs expériences. Le prochain épisode reviendra dès lundi sur la nuit du Super Bowl. «Cent Yards» est à écouter sur toutes les principales plateformes de podcast.


Listen to "Wild Card et coups de casque" on Spreaker.Écoutez le premier épisode du podcast genevois Cent Yards dédié au foot américain

Une finale prometteuse

Le coup d’envoi du 54eSuper Bowl sera donné dimanche à minuit trente (heure suisse) à Miami. Il mettra aux prises les San Francisco 49ers au Kansas City Chiefs. Une affiche pleine de promesses. Un affrontement qui devrait faire des étincelles entre l’attaque la plus impressionnante de la NFL — les Chiefs portés par leur quarterback star Patrick Mahomes — et la défense de fer des 49ers. Une opposition de style entre une équipe qui aime lancer la balle et une autre plus orientée sur les courses au sol. Si le duel s’annonce serré, les bookmakers et analystes semblent donner un léger avantage à la franchise de Kansas City. La prestation flamboyante de son quarterback en finale de conférence a fini de faire pencher la balance en leur faveur. Niveau spectacle, les attentes sont élevées après le Super Bowl 2019 entre les New England Patriots et les Los Angeles Rams. Conclut sur un triste 13-3 (le score était de 3-3 à la fin du 3e quart-temps), elle est considérée par de nombreux fans comme la finale la plus ennuyeuse de l’histoire.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.