Deux Lausannois face au reste de la Suisse

FootballLes deux clubs vaudois (LS et SLO) débutent leur championnat ce week-end. Coup de projecteur sur la Challenge League.

Le LS entame un nouvel exercice de Challenge League avec l'objectif clair de promotion.

Le LS entame un nouvel exercice de Challenge League avec l'objectif clair de promotion. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au casting du championnat de Challenge League version 2018-2019, deux clubs vaudois ont un rôle à jouer. Le Lausanne-Sport, en tête d’affiche, a manqué de peu les barrages de promotion la saison passée et doit se racheter. «Lausanne est le favori. Mais l’équipe qui descend de Super League est logiquement la meilleure et je vois donc une bataille entre le LS et GC», se lance l’ancien pro Carlos Varela. «Le LS doit monter, même si l’on a vu la saison passée que le budget ne faisait pas tout, poursuit Claude Gross, ancien coach du Mont. GC est la grosse énigme et je ne suis pas sûr que ce soit une bonne chose que le club remonte directement.»

Quant au FC Aarau, qui a «volé» le barrage au LS avant de se faire humilier par Xamax, jouera-t-il à nouveau le haut du tableau? «Plusieurs joueurs qui ont négocié des contrats en Super League sont mécontents. Le club a pris une immense claque et cet échec a aussi mis un coup de frein au futur stade», analyse l’ancien argovien Carlos Varela, qui est installé de l’autre côté de la Sarine depuis une quinzaine d’années et s’y occupe de la cellule de recrutement du Servette FC. «Ici, j’ai souvent entendu que la Super League était réservée aux Alémaniques et la Challenge League aux Romands. Aujourd’hui, le discours a changé et je sens que le football romand revit et est reconsidéré, notamment auprès des jeunes joueurs alémaniques.»

Des derbies qui attirent l'attention

Dans le second rôle, le voisin lausannois du Stade-Lausanne-Ouchy a connu la joie d’une ascension mais va devoir batailler au niveau supérieur avec l’un des plus petits budgets. «Ces derbies lausannois rendent ce championnat encore plus attrayant, se réjouit Claude Gross, qui les a vécus à la tête du FC Le Mont il y a quelques saisons. Être dans la peau du petit était très excitant: je me souviens que nous avions tenu tête au LS à la Pontaise devant 4800 spectateurs en semaine, au terme d’un match incroyable.» Des propos corroborés par l’ancien international Daniel Gygax, qui est passé par Le Mont. «Ces derbies permettent d’attirer l’attention également en Suisse allemande. Voir le petit contre le grand plaît au public!»

En préparation, SLO a réussi de solides prestations lors des matchs amicaux, s’offrant notamment Servette et Xamax. «Ils ont été bons au niveau du jeu, mais le club a subi de nombreux changements et il faudra voir ce que ça va donner en championnat», souligne Claude Gross, également consultant chez Teleclub. Daniel Gygax, qui occupe le même poste pour la chaîne sportive en Suisse allemande, est plein d’enthousiasme à l’idée de voir évoluer SLO. «C’est très difficile de monter de Promotion League et l’équipe a fait une superbe saison. Elle doit s’inspirer de l’ancien néopromu Kriens, qui s’est solidement battu pour se maintenir alors que tout le monde condamnait le club à la relégation.» Carlos Varela n’est pas non plus contre l’idée d’une surprise SLO, profitant de l’euphorie de sa promotion. «Mais je miserais aussi sur Schaffhouse, où je suis convaincu que les frères Yakin vont faire de l’excellent travail. Le talent tactique de Murat n’est plus à prouver.»

«Une Challenge League palpitante»

La saison passée de Challenge League a été particulièrement disputée. «Les locomotives comme Servette, Lausanne et Aarau ont tiré le niveau vers le haut et elles ont largement de quoi rivaliser avec GC, Xamax voir St-Gall en fin de saison», estime Carlos Varela, qui doute en revanche de la valeur du reste du championnat. «La ligue est jeune, avec certains joueurs qui ont 17 ou 18 ans. C’est prometteur pour la Suisse mais j’ai des doutes sur le niveau, estime le consultant à la RTS. Ce sont d’ailleurs uniquement les clubs qui ont des joueurs d’expérience qui occupent le haut du tableau et la Challenge League ne progresse pas d’année en année.» L’ancien joueur de Bâle et YB prône l’élargissement de la Super League à plus d’équipes. «Cela donnerait l’occasion à plusieurs jeunes de franchir plus tôt le pas en Super League.»

Claude Gross défend un championnat qui est selon lui sous-estimé et souligne le tremplin que doit jouer la Challenge League pour les jeunes joueurs. A la tête du FC Le Mont qui a évolué trois saisons dans l’antichambre de la Super League avant de tirer le bilan administrativement en 2017, le Vaudois rappelle que plusieurs joueurs qui évoluent dans l’élite du football suisse (Benjamin Kololli du FCZ ou Jonas Omlin de Bâle notamment) ont profité du tremplin montain. «Entre les candidats à la montée, la lutte pour la relégation et des équipes déçues la saison passée et qu’ils veulent se racheter, comme Vaduz, la Challenge League va être palpitante», conclut Daniel Gygax.

Créé: 19.07.2019, 10h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...