Passer au contenu principal

A Dorigny, le LUC se retrouve deux fois à l’épreuve d’Amriswil

Samedi en championnat, dimanche en Coupe de Suisse, deux rendez-vous explosifs dans la salle lausannoise.

Entraîneur du LUC, Georges-André Carrel aura largement de quoi cogiter ce week-end.
Entraîneur du LUC, Georges-André Carrel aura largement de quoi cogiter ce week-end.
Keystone

C’est un gros et beau week-end qui attend les joueurs du LUC. Les Vaudois s’apprêtent en effet à défier deux jours de suite Amriswil, la meilleure équipe actuelle du pays. Et ces deux confrontations explosives auront lieu à Dorigny, la première samedi en championnat (17 h 30), la seconde dimanche à l’enseigne des quarts de finale de la Coupe de Suisse (17 h). Les Thurgoviens débarquent avec leur talent et toute leur assurance. Les Vaudois les attendent avec leurs arguments et l’intime conviction de pouvoir aller chercher au moins une victoire.

Reste à savoir sur quel tableau, car c’est bien la difficulté d’un tel calendrier, pour une équipe qui vient de récupérer ses grippés (et blessés) et ne tourne pas encore à plein régime. «C’est effectivement le gros problème, admet l’entraîneur Georges-André Carrel. Dans la tête des joueurs, la Coupe a la priorité. Mais je ne suis pas partisan de laisser tomber le championnat; ce serait prétentieux de notre part. Cela dit, si le match devait durer samedi, on avisera…»

Pour le LUC, qui occupe actuellement le 4e rang en LNA, la possibilité de revenir sur la 3e, voire la 2e place, ces prochaines semaines, est bien réelle. Surtout, une telle avancée permettrait aux universitaires d’éviter Amriswil en cas de qualification pour les demi-finales des play-off. Musique d’avenir…

«Il nous manque encore deux ou trois semaines pour être véritablement une très bonne équipe, estime le coach lausannois. Seifert revient bien. Et le Russe Sysoev (ndlr: un ailier arrivé voilà quelques jours) manque encore de compétition.» Fin novembre, le LUC s’était incliné 3-1 à domicile; mais voilà quinze jours, il s’est imposé 3-2 à Amriswil. «C’est une très belle équipe, solide, haute, puissante. Avec ces joueurs, les missiles arrivent de tous les côtés. Et la hantise, c’est leurs services smashés, du haut niveau international», rappelle Carrel.

Qui ajoute aussitôt: «Mais ils ne sont pas non plus des extraterrestres.» Au LUC d’en faire la démonstration. Peut-être samedi déjà, ou alors dimanche, en Coupe, ce serait bien.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.