Passer au contenu principal

Dylan Stadelmann: «Je suis à la fois triste et en colère»

Joueur du FC Wohlen, le Jurassien évoque la relégation volontaire décidée mercredi par le club de Challenge League.

L’aventure de Dylan Stadelmann (à dr.) sous le maillot du FC Wohlen se terminera en mai prochain.
L’aventure de Dylan Stadelmann (à dr.) sous le maillot du FC Wohlen se terminera en mai prochain.

Huit mois après le FC Le Mont, un autre club de Challenge League a décidé de quitter le football professionnel. Mercredi en effet, jour de reprise de l’entraînement pour sa première équipe, le FC Wohlen a officiellement indiqué qu’il ne chercherait pas à obtenir une licence pour la saison 2018-2019. Lassé par le manque de soutien financier dans sa région ainsi que par les exigences de la Swiss Football League (SFL), en matière d’infrastructures notamment (lumière, sécurité, etc.), le club argovien mettra un terme, en mai prochain, à une présence ininterrompue de seize années en Challenge League.

«Une rumeur circulait, mais rien de concret jusque-là, note Dylan Stadelmann. Wohlen se bat depuis des années pour être présent à ce niveau. Au lieu d’imposer autant de conditions qui, à mes yeux, sont aussi coûteuses qu’inutiles, la SFL ferait bien de soutenir un peu mieux ses clubs. Aujourd’hui, comme beaucoup d’autres joueurs, je suis à la fois triste et en colère. Mais aussi inquiet pour la suite.»

«Les clubs suisses préfèrent souvent miser sur de plus jeunes talents»

Le Jurassien – qui a fait l’essentiel de ses classes dans le canton de Vaud (au LS, à Yverdon puis à Nyon) – connaît bien Wohlen, pour y avoir joué pendant deux saisons et demie avant de s’en aller à Wil, autre club sinistré du foot suisse, puis de revenir au Niedermatten. Au bénéfice d’un contrat jusqu’en juin 2019, le joueur de couloir s’interroge bien sûr sur son avenir: «J’ai 28 ans et je me sens en forme, explique-t-il. C’est même l’âge où, avec l’expérience engrangée, on commence vraiment à performer. Mais les clubs suisses préfèrent souvent miser sur de plus jeunes talents.»

Wohlen ne retire pas son équipe immédiatement. Les salaires seront en principe versés jusqu’au terme du présent championnat. Reste à savoir quel sera l’état d’esprit des joueurs ces prochains mois. «Ce sera bien sûr compliqué, admet Dylan Stadelmann. Mais à chacun de se montrer, avec l’objectif de décrocher ailleurs un nouveau contrat. En fait, je pense que nous serons encore plus motivés que normalement. Depuis mon premier contrat pro, avec Lausanne en 2007-2008, j’ai toujours vécu du football. Alors on verra…»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.