Passer au contenu principal

Échallens a caressé l’espoir d’un exploit durant «un bon moment»

Les joueurs de John Dragani ont crânement joué leur chance avant de s’effondrer. Servette a fait parler sa supériorité (0-6)

À l’instar de ses coéquipiers challensois, Galokho et Fungilo, Arbesjan Lekiqi (à droite) s’est bien défendu devant Alex Schalk et les Servettiens qui n’ont passé l’épaule qu’après la pause.
À l’instar de ses coéquipiers challensois, Galokho et Fungilo, Arbesjan Lekiqi (à droite) s’est bien défendu devant Alex Schalk et les Servettiens qui n’ont passé l’épaule qu’après la pause.
ÉRIC LAFARGUE

Quand l’entraîneur d’une équipe qui vient de s’imposer 6-0 parle d’«un premier tour compliqué», cela peut prêter à sourire. Mais Alain Geiger, en l’occurrence, n’avait pas tout tort. Son Servette, néopromu en Super League et joyeux trublion du début de championnat, enfilait le costume de favori pour la première fois de la saison, samedi à Échallens. Et le grand a mis une longue mi-temps à se mettre dedans au stade des Trois Sapins, autrement dit à s’en sortir…

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.