Passer au contenu principal

Eliud Kipchoge défie la nature humaine et l’histoire du marathon

Samedi, le Kényan veut devenir le premier à courir 42,195 km en moins de deux heures. Un défi démesuré qui crée la polémique.

Eliud Kipchoge (au centre avec le maillot blanc) s’est entouré des meilleurs athlètes du monde, dont le Genevois Julien Wanders (2e rang, 2e depuis la droite).
Eliud Kipchoge (au centre avec le maillot blanc) s’est entouré des meilleurs athlètes du monde, dont le Genevois Julien Wanders (2e rang, 2e depuis la droite).
BOB MARTIN/THE INEOS 1:59 CHALLENGE

L’allée principale du parc Prater s’étend à perte de vue. La perspective offerte par la rangée d’arbres et de barrières est parfaite en cette matinée d’automne. Ces 4,6 kilomètres de bitume autrichien pourraient devenir ce samedi le théâtre d’un exploit historique.

À 8 h 15 passées de quelques minutes, Kipchoge déboulera à pleine allure depuis le Reichsbrücke, entouré de sa garde rapprochée. Le Kényan de 34 ans espère devenir le premier homme à courir un marathon en moins de deux heures. «Une barrière mythique qui a été source de fantasmes pendant de longues années, explique l’historien du sport Pierre Morath. On peut la comparer aux dix secondes sur 100 mètres, aux quatre minutes sur le mile ou aux 6 mètres à la perche.» Autant de références que des légendes de l’athlétisme ont effacées au fil des années.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.