Comment Le Mont recrute malgré un budget limité

FootballLe club vaudois engage à tour de bras, et pas n’importe qui. Comment procède-t-il?

Xavier Hochstrasser (à g.) et Daniel Gygax sont les deux grosses recrues du FC Le Mont. Le premier profite d’une indemnité du LS, le second est financé par un sponsor externe au club.

Xavier Hochstrasser (à g.) et Daniel Gygax sont les deux grosses recrues du FC Le Mont. Le premier profite d’une indemnité du LS, le second est financé par un sponsor externe au club. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Déjà quinze arrivées. Le marché estival des transferts du FC Le Mont fonctionne à plein régime. Il est surtout composé de quelques recrues au CV bien rempli, à l’image de l’ancien international Daniel Gygax (33 ans, ex-Zurich, Lille et Metz, notamment) ou de Xavier Hochstrasser (27 ans, 193 apparitions en Super League). «Le but est de former la meilleure équipe possible. Il nous faut de bons musiciens pour atteindre nos objectifs», lance le président, Serge Duperret, qui aspire à terminer dans la première moitié du classement en Challenge League. Son groupe semble en avoir le potentiel.

Mais qui dit passé de joueur de haut niveau dit forcément prétentions salariales élevées. Du coup, lorsque le dirigeant annonce initialement un budget de 750'000 francs, les questions fusent: comment peut-on construire un tel contingent avec des moyens aussi limités? Grâce à des compensations du chômage pour certains, comme le laisse entendre la rumeur? «Quelques-uns étaient effectivement dans ce cas la saison dernière, mais aujourd’hui il n’y en a pas», coupe Serge Duperret.

Celui-ci évoque désormais un budget de 1,1 million de francs. Un montant qui correspond mieux à son recrutement, même si des précisions supplémentaires sont utiles pour comprendre la faisabilité du mercato montain.


Le cas Hochstrasser

Il y a d’abord le cas Hochstrasser, dont les prétentions salariales atteignent aisément une somme à cinq chiffres. Le boss de son ancien club, Alain Joseph, nous éclaire: «Il disposait d’un contrat valable jusqu’en juin 2016 au Lausanne-Sport. Malheureusement, il n’entrait financièrement plus dans nos plans et nous voulions nous en séparer. Nous lui avons donc versé une indemnité de départ. Celle-ci a en quelque sorte fait office de compensation, dans le sens où elle a permis au Mont d’engager Xavier à un coût abordable.» Idem pour Pimenta, devenu indésirable à Bienne malgré un bail courant encore sur une saison dans le Seeland.


Le cas Gygax

Concernant Gygax, «sa venue est financée par un sponsor privé, à l’externe (ndlr: donc hors budget), qui désire soutenir notre projet, dévoile Serge Duperret. De mon côté, je dois respecter les chiffres que j’ai avancés pour obtenir une licence auprès de la Swiss Football League. Reste que nous avions réellement besoin de quelqu’un d’emblématique pour notre image et nos jeunes.»


Plusieurs prêts

Parmi les autres arrivées enregistrées cet été au Mont – outre les jeunes appartenant à Team Vaud (Cuénoud, Gauthier), des éléments moins cotés (De Pierro, Tasic, Fermino, Meite, Mustafi) et Moussilou, qui n’est pas encore contingenté en raison de sa longue indisponibilité –, il y a aussi des joueurs prêtés par des formations de Super League. Les salaires de Ciss (Sion), de Matri (Lucerne), d’Omlin (Lucerne) et de Paçarizi (Lugano) sont ainsi partiellement pris en charge par leurs propriétaires.

La contrepartie? Davantage de temps de jeu pour leurs ouailles et une possibilité de les voir parfaire leurs gammes dans la division inférieure. «On offre à certains l’opportunité de se relancer et on met des jeunes en vitrine, résume le président montain. J’ai beaucoup d’amis dans le football: Alain Joseph, Christian Constantin et des dirigeants d’outre-Sarine. Eux savent vraiment comment je travaille, alors ils m’aident, me tuyautent sur des dossiers et me font confiance.»


Un président opportuniste

Et puis, Le Mont ne possède pas de directeur sportif ni de secrétaire ou de responsable de la communication. «Le comité met toutes ses tripes en fonctionnant sur le principe du bénévolat. Quant à l’entraîneur (ndlr: Claude Gross, qui a un travail à côté) et son staff, ce ne sont pas des professionnels, ils ne perçoivent que des défraiements et sont là par passion», souligne Serge Duperret, avant de conclure: «Je bosse de manière intelligente, selon mes moyens et avec le soutien d’environ 80 sponsors. Mes dix-huit ans d’expérience dans le domaine m’ont simplement appris à être malin et à saisir les bonnes occasions au moment opportun.» (24 heures)

Créé: 24.07.2015, 08h44

Le match

Le Mont se déplace à Wohlen, samedi (17h45), dans le cadre de la 2e journée du championnat de Challenge League.

Articles en relation

Le FC Le Mont doit trouver son langage

Football Face à un bon Chiasso, les joueurs de Claude Gross ont connu des hauts et des bas. Match nul équitable. Plus...

Le Mont: Moussilou absent trois ou quatre mois

Football Les Montains perdent sur blessure l'attaquant français, victime d'une déchirure du tendon d'Achille. Plus...

Stephan Andrist tout proche du Mont

Football Le milieu de terrain de 27 ans s'entraîne avec les Montains. Il devrait s'engager prochainement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.