La «Fédérale», ou le plus grand événement sportif suisse de l’année

Lutte suisseImpossible de trouver manifestation plus traditionnelle. La Fête fédérale de lutte, qui se déroule tous les trois ans, s’est néanmoins adaptée au temps qui passe. Ou comment ce qui était le passe-temps dominical préféré des paysans il y a plusieurs siècles, est devenu un business millionnaire. C’est ce week-end à Zoug.

L'arène de Zoug pour la Fête fédérale de lutte du 23 au 25 août 2019.

L'arène de Zoug pour la Fête fédérale de lutte du 23 au 25 août 2019. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Unique mélange de tradition absolue et de modernisme, la Fête fédérale de lutte suisse et des sports alpestres est désormais le plus grand événement sportif du pays. Il y a quelques années, alors qu’il siégeait au Conseil fédéral, Christoph Blocher avait déclaré: «Tu sais, la Fête fédérale est aux conservateurs ce que le 1er mai est aux gens de gauche.» Il avait dit «tu», parce que c’est une des règles que l’on doit observer quand on se retrouve dans l’arène gigantesque. Le vouvoiement, ici, n’est que le fait de ceux qui ne connaissent pas l’événement.

Tradition dominicale

Un événement? Surtout, une formidable évolution. La lutte suisse – dite aussi lutte à la culotte – est née de ce qui était une tradition il y a des siècles de cela dans les campagnes: le dimanche, on se retrouvait autour d’un rond de sciure et c’était à celui qui se montrait le plus fort. Le soir venu, on rentrait à la ferme, fier d’avoir gagné ou bien décidé à obtenir sa revanche le dimanche suivant.

Fin du flash-back. La Zug Arena, qui accueille ce week-end l’événement, a une circonférence de 850 mètres, 18 de hauteur, la surface interne comprend sept ronds de sciure (14 mètres de diamètre chacun); elle accueillera 56'500 visiteurs honorés d’avoir été choisis: 183'000 demandes étaient parvenues aux organisateurs! 300'000 éléments ont été nécessaires pour ériger le plus grand stade temporaire au monde, soit 3000 tonnes de matériel; jusqu’à 300 personnes ont été déployées pendant les périodes de pointe de la construction. Budget total: plus de 35 millions de francs, six fois plus qu’il y a une vingtaine d’années. Parce que, entre-temps, le plus traditionnel des événements sportifs du pays s’est ouvert à la publicité.


À lire aussi: La lutte suisse marque les tatouages à la culotte

Des chiffres uniques par leur ampleur, qui n’ont pas pour autant transformé les lutteurs en affiches musclées et l’intérieur de l’arène en un prospectus géant: «Il y a tellement d’entreprises qui désirent financer l’achat du taureau traditionnellement remis au vainqueur que, désormais, il y a tirage au sort pour choisir la marque qui aura cet honneur», explique notre confrère Klaus Zaugg, un des spécialistes de cet événement.

Le poids de la télévision

Comment expliquer un tel phénomène? Les conservateurs romantiques insistent sur le retour aux valeurs nationales, pied de nez à la mondialisation. Mais la vérité est bien différente, qui s’articule autour de deux lettres: TV! En 1998, à Berne, la télévision alémanique avait rendu l’antenne avant le combat décisif entre Jörg Abderhalden et Werner Vitali, pour cause de derniers tours du GP de Belgique de formule 1. Les protestations avaient été telles… et les taux d’écoute de la télévision locale «TeleBärn» si monstrueux que depuis, il n’est plus question de laisser la priorité à MM. Hamilton & consorts.

Longtemps réservée à un groupe de connaisseurs, la Fête fédérale de lutte, grâce aux retransmissions de la télévision, attire désormais la curiosité du grand public, pas seulement pour les combats, mais aussi, surtout, pour tout ce qui les entoure: les fameuses culottes des acteurs, les chants traditionnels, le son des cors des Alpes, les concours de lancers, dont celui de la fameuse pierre d’Unspunnen (83,5 kg). Chacun aura compris l’intérêt pour de grandes entreprises de devenir partenaires d’un tel événement.

Ah oui, dernière chose: si vous allez à Zoug, ce week-end, n’oubliez pas de leur dire «tu», c’est la règle!

Créé: 23.08.2019, 09h01

Articles en relation

La Fête fédérale, c’est quoi?

Lutte suisse Du 23 au 25 août, à Zoug, a lieu la Fête fédérale de lutte. Nous vous expliquons en quelques points ce dont il s'agit. Plus...

La lutte suisse marque les tatouages à la culotte

Fête fédérale Visibles sur les avant-bras de certains athlètes, les tatouages font grincer des dents une partie du milieu réuni à Zoug. Plus...

Chez les Mollet, on participe à la Fête fédérale de père en fils

Lutte suisse Ce week-end à Zoug, le Boyard Ivan Mollet suivra les pas de Thomas, son papa, lequel a vécu cinq fois cet honneur. Plus...

Trois sœurs de Moudon s’éclatent dans la sciure

Lutte suisse Brigitte, Yolanda et Lynda Foulk pratiquent ce sport traditionnel et tordent le cou aux préjugés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.