Federer a les moyens de s’offrir l’US Open

TennisLe Bâlois aborde la dernière levée du Grand Chelem de la saison en mode conquérant. Et s’il y décrochait son 18e titre majeur?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Loin de l’agitation qui rythme – à coups de klaxons, de sirènes et d’animations nocturnes – le centre de Manhattan, l’atmosphère est encore bien calme à Flushing Meadows. Les différents stands se mettent gentiment en marche, alors que les qualifications pour le tableau principal ainsi que les multiples séances d’entraînement occupent les courts annexes sous le regard de quelques curieux. L’excitation devrait grimper au fil des jours, jusqu’à lundi et le début de l’US Open, dernière levée du Grand Chelem.

D’autant que Roger Federer, chouchou du public new-yorkais, semble, malgré ses 34 printemps, afficher la forme de ses plus belles années. C’est en tout cas ce qu’il laisse transparaître depuis Wimbledon et sa formidable partition en demi-finale face à Andy Murray. Une démonstration – suivie d’une défaite en finale contre Novak Djokovic – dont les gestes de virtuose du «Maître» sont réapparus la semaine passée à Cincinnati, après un mois sans disputer la moindre rencontre. Dans l’Ohio, le Bâlois s’est à nouveau débarrassé du Britannique en demi-finale, avant cette fois-ci de surclasser le Serbe pour soulever le 87e titre en simple de sa carrière de manière impériale.

Le Federer aérien de retour

«Tu bouges comme jamais, tu voles sur le court», lui avait balancé Feliciano Lopez après leur quart de finale. L’Espagnol n’a pas tort: le Federer aérien est de retour et il a ajouté une nouvelle corde à son arc sur les deuxièmes services de ses adversaires: une tendance à charger vers l’avant pour reprendre la balle en demi-volée et agresser l’opposition. «J’ai commencé à le faire à l’entraînement, comme une blague, explique le Suisse. J’ai essayé encore et ça ne semblait pas si difficile que ça à réaliser. En plus, ça vous oblige à être vraiment impliqué.» L’initiative contribue à décrire un Federer ultra-offensif et déterminé.

Si le «Maître» s’efforce de sortir le serveur de sa zone de confort en innovant en retour, il peut également compter sur une mise en jeu du tonnerre. A Cincinnati, où il n’a concédé que trois balles de break (toutes écartées), Federer a soigné ses statistiques dans le domaine. Selon L’Equipe, celles-ci le voient en moyenne gagner 80% des points derrière sa première balle cette saison. Seuls Ivo Karlovic, Milos Raonic et John Isner – trois des plus gros serveurs, qui frôlent, voire dépassent le double mètre – font mieux.

Cliquez ici pour agrandir l'infographie

Le poids des années atteint forcément le Rhénan. Mais celui-ci est suffisamment intelligent pour établir son planning annuel en fonction de son âge, avec, notamment, des plages de repos et de travail foncier bien précises. Pour durer et pouvoir s’exprimer pleinement aux côtés des cadors actuels, Federer se préserve et fait preuve d’inventivité. Son génie, sa motivation intacte et son entourage le lui permettent. Et si «RF» était plus proche que jamais d’un 18e sacre majeur et de la fin d’une disette – de plus de trois ans désormais – en Grand Chelem?

Quelques enterrements

Probablement, et ce alors même que l’on a déjà enterré l’homme à deux ou trois reprises durant sa carrière (sans toujours tenir compte de ses pépins de santé). La première fois en 2008, après sa défaite en finale de Wimbledon face à Rafael Nadal et alors qu’il restait sur cinq titres consécutifs à Church Road. «Le roi n’est plus tout à fait le roi», lisait-on dans la presse. Puis il y eut 2010 et un nouveau revers prématuré sur le gazon londonien en quart de finale contre Tomas Berdych; «la fin d’un cycle». Avant une année 2013 sans finale majeure, débouchant sur un huitième rang mondial au mois de mars suivant; «un signe annonciateur de son déclin».

Depuis son premier enterrement, «RF» a remporté cinq titres du Grand Chelem, il s’est offert quelques records et a ressuscité autant de fois qu’il a été enseveli, histoire de prouver que ses détracteurs se trompaient. A New York, où il est dans la peau du No 2 mondial, il semble avoir les arguments et les certitudes nécessaires pour en remettre une couche. «Je peux encore gagner un tournoi majeur, j’en suis persuadé», répète-t-il.

Créé: 28.08.2015, 08h04

Fenêtre sur courts

Oprandi éliminée Tout comme Stefanie Voegele mardi, Romina Oprandi a échoué en qualifications à Flushing Meadows. Au 2e?tour, la 127e mondiale a subi la?loi de l’Américaine Catherine Bellis (WTA 161) en deux sets (7-5 7-5). Dernier rescapé suisse des «qualifs», Marco Chiudinelli (ATP 311) affrontait tard hier soir l’Espagnol Inigo Cervantes (110) au 2e?tour.

Money, money, money… Les qualifiés pour le tableau principal se répartiront un prize money record, dès la semaine prochaine. A l’US Open 2015, celui-ci atteint en effet la somme de 42,253 millions de dollars (contre 41,9 millions lors du dernier Wimbledon). Les vainqueurs en simple toucheront 3,3 millions de dollars.

Articles en relation

Federer et Wawrinka dans la même moitié de tableau

US Open Les 2e et 5e meilleurs joueurs du monde figurent dans la même moitié de tableau à l'US Open, excluant une finale suisse cette année. Plus...

Federer démarrera 2016 à nouveau à Brisbane

Tennis Comme les deux dernières années, le Bâlois ouvrira sa saison en Australie. Plus...

Roger Federer a ajouté une arme à sa palette

Tennis Auréolé de son triomphe à Cincinnati, le Bâlois réussit encore à faire évoluer son formidable tennis. Plus...

Aérien, Federer fait la passe de sept et se rassure avant l’US Open

Tennis Nouveau sacre à Cincinnati pour le Bâlois, qui a débordé son rival Novak Djokovic. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.