Passer au contenu principal

La FIFA accuse Blatter d'enrichissement personnel

L'organisation accuse son ancien président et ses ex-lieutenants d'enrichissement personnel.

L'ancien patron de la Fifa Sepp Blatter a l'intention de poursuivre l'instance dirigeante du football mondial et son président actuel Gianni Infantino pour avoir diffusé de «fausses informations» et porté atteinte à sa réputation. (Mercredi 8 mai 2019)
L'ancien patron de la Fifa Sepp Blatter a l'intention de poursuivre l'instance dirigeante du football mondial et son président actuel Gianni Infantino pour avoir diffusé de «fausses informations» et porté atteinte à sa réputation. (Mercredi 8 mai 2019)
AFP
Sepp Blatter: «J'aimerais bien qu'on en finisse. Si le cas est clos devant la justice suisse, il n'y a pas de raison d'avoir eu un cas à la FIFA. Ce que je veux faire c'est travailler du côté de la justice suisse mais aussi voir les arguments nécessaires pour obtenir une cassation de la décision de la commission d'éthique.» (8 mars 2018)
Sepp Blatter: «J'aimerais bien qu'on en finisse. Si le cas est clos devant la justice suisse, il n'y a pas de raison d'avoir eu un cas à la FIFA. Ce que je veux faire c'est travailler du côté de la justice suisse mais aussi voir les arguments nécessaires pour obtenir une cassation de la décision de la commission d'éthique.» (8 mars 2018)
Keystone
Les enquêteurs américains ont mis en évidence que des dirigeants du football mondial avaient reçu des pots-de-vins et commissions pour l'attribution de phases finales de Coupe du monde et la cession de droits TV et commerciaux.
Les enquêteurs américains ont mis en évidence que des dirigeants du football mondial avaient reçu des pots-de-vins et commissions pour l'attribution de phases finales de Coupe du monde et la cession de droits TV et commerciaux.
Keystone
1 / 127

Sepp Blatter, ex-président de la FIFA, Jérôme Valcke et Markus Kattner, ses ex-lieutenants, se sont partagé 79 millions de francs «dans un effort coordonné d'enrichissement personnel» à travers contrats et compensations, au cours des 5 dernières années. C'est ce qu'a indiqué la FIFA.

La fédération internationale de football, basée à Zurich, a précisé avoir livré ces informations à la justice suisse et va les partager avec la justice américaine. «Certains contrats contiennent des dispositions qui semblent violer le droit suisse», expose encore la FIFA au sujet des avenants et systèmes de bonus de ses trois anciens dirigeants.

«Il apparaît un effort coordonné par trois anciens hauts responsables de la FIFA pour s'enrichir par des augmentations annuelles des salaires, des primes liées à la Coupe du monde et d'autres avenants pour un total de 79 millions de francs sur les cinq dernières années», a exposé la FIFA.

Et la FIFA de donner des exemples. Le 30 avril 2011, M. Valcke (secrétaire général) et M. Kattner (secrétaire général adjoint) «ont reçu des prolongations de contrat de 8,5 ans jusqu'en 2019» avec «des primes de départ généreuses leur garantissant le paiement intégral, jusqu'à 17,4 millions de francs et 9,7 millions de francs respectivement, dans le cas où leur emploi avec la FIFA s'arrêtait, si M. Blatter n'était pas réélu».

Le 1 décembre 2010, MM. Blatter, Valcke et Kattner «reçoivent 22,9 millions de francs de primes spéciales pour la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud», qui sont «octroyées rétroactivement - quatre mois après la fin de la Coupe du monde - et apparemment sans une disposition du contrat sous-jacent stipulant ces primes».

Les mêmes personnes

Selon la FIFA, avant 2013, «ceux qui signaient les contrats étaient également ceux qui les approuvaient». «Ils avaient l'autorité dont ils avaient besoin et ils ont tout simplement informé la comptabilité et les services des ressources humaines, le service chargé des contrats de travail à la FIFA et qui dépendait de M. Kattner, de la somme à payer et à qui la verser.» Des questions se posent également sur le service chargé de superviser les salaires des cadres à partir de 2013, poursuit l'organisation.

Le Ministère public de la Confédération a par ailleurs annoncé, vendredi également, avoir effectué jeudi des perquisitions au siège de la FIFA. Des documents et des données numériques ont été saisis. Le Parquet par ailleurs précisé que le nouveau président de la FIFA, Gianni Infantino, n'était pas visé par l'enquête en cours.

Sepp Blatter ne souhaite pas commenter ces informations, a fait savoir son porte-parole.

M. Blatter est actuellement suspendu pour quatre ans de toute activité liée au football dans une autre affaire, celle du fameux paiement controversé de 2 millions de francs à Michel Platini, ex-président de l'UEFA également suspendu pour la même période.

M. Valcke a été limogé de la FIFA pour son implication présumée dans une revente au marché noir de billets et est suspendu pour 12 ans de toute activité liée au football. Kattner avait été remercié le 23 mai pour des «manquements».

La FIFA explique que l'enquête conduite par ses juristes a «démontré des manquements au devoir de la loyauté». Elle précise que ses découvertes n'en sont qu'à un stade préliminaire et que l'enquête se poursuit.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.