Passer au contenu principal

«Follow Thabo», les play-off avec Thabo Sefolosha, épisode 4

Les play-off de la NBA ont commencé pour le basketteur vaudois et son équipe des Atlanta Hawks. Vivez-les de l'intérieur avec notre série vidéo.

Episode 4: Un petit t-shirt «vintage», un jean «parisien», du «streetwear». Dans la boutique de Thabo, au centre-ville d'Atlanta, «tout le monde peut s'y retrouver», dixit le basketteur. Un petit cours de mode avant le match 4.

Episode 3: Visite au domicile de Thabo Sefolosha, à Atlanta. Première victoire dans la série. Mais un temps de jeu toujours aussi réduit.

Episode 2: Une partie de poker à 3000 dollars, un tout petit temps de jeu, une deuxième défaite. Sale temps pour le basketteur suisse. Rendez-vous à Atlanta pour le troisième match.

Episode 1: Thabo arrive à Washington pour ce premier match des play-off face aux Wizards. L'occasion de livrer son avis sur la série à venir. «Elle sera longue» prédit le basketteur.

(Vidéo: Olivier Riethauser)

Un repas en famille un jour de repos, les vestiaires un soir de match, ou encore une simple balade dans la ville le temps d'un entretien. Depuis 2011, le journaliste romand Olivier Riethauser s'est donné pour mission de faire vivre les play-off de la NBA autrement. «Les matches sont un spectacle exceptionnel bien sûr, mais tout le monde peut les suivre à la télé. Personnellement, je cherche à ramener des images inédites en Suisse.»

Sa recette? Suivre un athlète helvète dans son aventure, dans son quotidien. Après le joueur genevois des Houston Rockets, Clint Capela, en 2016, c'est au tour du vaudois Thabo Sefolosha des Atlanta Hawks de partager son aventure américaine. Un habitué, puisque en douze saisons de NBA, l'arrière s'est qualifié huit fois pour les play-off.

Redécouvrir la Web série «Follow Clint Capela»

«Je me réjouis de retrouver Thabo, confie Olivier Riethauser. Avec lui, c'est une longue histoire. Il m'a en quelque sorte ouvert les portes de la NBA.» En effet, en 2011 déjà, le basketteur acceptait d'être suivi par la caméra du journaliste lors du premier tour des play-off d'Oklahoma City, l'équipe du Vaudois à l'époque. «En NBA, les images de matches sont très contrôlées, mais l'accès aux vestiaires est en revanche facilité, explique le vidéaste. Chaque équipe se doit d'ouvrir ses portes à la presse durant trente minutes avant la rencontre. C'est pratique pour suivre un joueur.»

Au programme de cette nouvelle série vidéo, Olivier Riethauser espère offrir un aperçu de la vie de famille du basketteur, le rencontrer dans son hôtel lors d'un match à l'extérieur ou encore le voir évoluer dans son magasin du centre-ville d'Atlanta. «Depuis six ans que je me prête à l'exercice, je n'ai pas l'impression de me répéter, raconte le journaliste. Je découvre de nouvelles villes au gré des carrières des basketteurs. Je suis aussi témoin de l'évolution de la NBA.»

La relation aux médias a notamment changé en l'espace de six ans. En 2011, ils n'étaient pas plus d'une dizaine dans les vestiaires d'avant-match. Ils sont aujourd'hui plus d'une cinquantaine. Certaines équipes ne se prêtent d'ailleurs plus au jeu des échanges avec la presse. «J'ai obtenu de magnifiques images intimes de vestiaire de Lebron James lors des finales NBA 2014 avec Miami Heat, se souvient Olivier Riethauser. Mais depuis son retour à Cleveland, plus rien.» Heureusement pour le vidéaste, ce n'est pas le cas des joueurs suisses. Après Clint Capela en 2016, Thabo Sefolosha se dévoilera à nouveau.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.