David Marazzi: «C'était tout simplement exceptionnel»

Football vaudoisLe Vaudois a été invité samedi au 140e anniversaire du FC Saint-Gall, où il a passé cinq saisons et disputé 144 matches de Super League. «Marazz'» raconte une journée pas comme les autres.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

David Marazzi n'a pas hésité quand il a reçu l'invitation du FC Saint-Gall à passer la journée de samedi à l'autre bout de la Suisse. Le FCSG fêtait ce week-end son 140e anniversaire et avait invité plusieurs légendes à venir célébrer avec lui et David Marazzi, 144 matches de Super League en cinq saisons avec le club saint-gallois, en faisait évidemment partie. «On était une trentaine environ. Il y avait Marco Zwyssig, Alex Tachie-Mensah et plein d'autres... Bon, il manquait Ivan Zamorano et Marc Zellweger, qui vient d'être papa, mais il y avait du lourd quand même!», fait remarquer le Vaudois, qui a passé un samedi de rêve.

«C'était tout simplement exceptionnel. On a été reçus à 15h30 avec un apéro-dînatoire à l'académie du club, où on a déjà pu tous se retrouver. Et ensuite, on a été pris par l'ambiance de la journée. Trois heures et demi avant le coup d'envoi, c'était déjà la folie aux abords du stade. Le club avait organisé un Street food festival et c'était incroyable. Ca m'a fait plaisir de voir que je n'avais pas été oublié par les supporters», a continué celui qui a joué à Saint-Gall de 2003 à 2008.

Après le bain de foule, place au terrain. Les légendes du FC Saint-Gall ont pénétré sur la pelouse en avant-match de la rencontre face à Lucerne et ont été logiquement ovationnées par les 18'790 spectateurs présents. «Je ne cache pas que j'avais une certaine appréhension quand même. Quand je suis parti en 2008, ça ne s'était pas forcément bien passé. Saint-Gall venait de descendre et je voulais continuer à jouer en Super League, donc j'ai signé à Aarau. On va dire que ça n'avait pas bien passé à Saint-Gall, d'ailleurs chaque fois que j'étais revenu, j'étais sifflé par le kop. Mais là, rien de tout ça. Bon, et puis les sifflets ça ne me dérangeait pas plus que ça à l'époque, ça veut dire qu'ils m'appréciaient tellement qu'ils étaient déçus que je sois parti», sourit celui qui a eu aussi un joli parcours à Aarau avec 168 matches disputés au total.

«J'ai été aussi heureux à Aarau, bien sûr. Ce sont deux clubs qui se ressemblent un peu, avec beaucoup de passion, mais tout est plus grand à Saint-Gall. Avec le recul, peut-être que je ne suis pas parti au bon moment. C'est peut-être le choix que je regrette le plus dans ma carrière aujourd'hui, mais c'était un peu compliqué avec Uli Forte... Saint-Gall c'est à part, c'est une vraie ville de foot, on l'a encore vu ce samedi. Voir ce match avec les maillots d'époque, avec tout ce public, c'était un moment très fort», explique l'actuel joueur du FC Echallens Région, aujourd'hui âgé de 34 ans, qui s'est fait des souvenirs pour longtemps. Saint-Gall est un club qui sait soigner ses anciens. (nxp)

Créé: 23.04.2019, 13h20

Son meilleur et son pire souvenir au FCSG

Il n'y a pas un meilleur souvenir en particulier, il y a eu tellement de matches dont j'ai du plaisir à me rappeler... Mais disons qu'une victoire face au grand FCB dans un Espenmoos en folie me revient particulièrement en mémoire.

Pour mon pire souvenir, c'est facile par contre, c'est cette demi-finale de Coupe de Suisse face à Wil. On avait tout pour passer et on a été éliminés. J'aurais pu vivre une fois une finale de Coupe et ça ne s'est jamais fait. Celle-là, elle fait encore mal aujourd'hui.

Saison terminée pour lui

Alors que le FC Echallens Région est toujours en course pour les finales en 1re ligue, la fin de saison se déroulera sans son joueur de couloir gauche. «Je me suis fracturé le 5e métatarse il y a six semaines. Ca risque d'être trop court, y compris en cas d'éventuelles finales. Le coach Alexandre Comisetti m'a dit que ma santé était le plus important et que je devais prendre le temps nécessaire pour me soigner et ne pas prendre de risques inutiles. On ne me reverra pas avant le début de la préparation de la saison 2019-20. On peut atteindre les finales, j'en suis convaincu. Tout est ouvert et on a tout pour y arriver.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.