Passer au contenu principal

FootballLe cri du cœur du foot amateur

Une pétition a été lancée pour que les ligues régionales permettent aux leaders de chaque groupe d'être promus, malgré l'arrêt des compétitions.

Suchy et la pétition «qui arrange tout le monde».
Suchy et la pétition «qui arrange tout le monde».
Jean-Luc Auboeuf

«Comment voulez-vous qu'on regarde encore nos joueurs dans les yeux? Comment voulez-vous qu'on leur dise que tous leurs efforts, tous leurs sacrifices n'ont servi à rien?» Ces mots auraient pu sortir de la bouche de plus d'un dirigeant de club, rattrapés par la très probable décision de proclamer une saison blanche dans toutes les ligues amateurs du pays. En l'occurrence, ils proviennent de celle de Nicolas Rouilly et du FC Suchy, dont il est le vice-président et qui n'est pas exactement du genre à se laisser abattre. Alors devant la situation qu'ils jugent injuste, les Vaudois ont pris leur bâton de pèlerin, demandé un peu de d'aide autour d'eux et créé une pétition qu'il a fait voyager aux quatre coins de la Suisse.

Leur idée? Permettre aux équipes en position d'être promues au moment de l'arrêt des championnats de tout de même découvrir l'échelon supérieur la saison prochaine. Pas de reprise des matches, juste un geste «qui arrangerait tout le monde». Ainsi, les leaders pourraient fêter l'ascension qu'ils cherchaient à obtenir et les formations en proie à la relégation y échapperaient. «Ce ne serait pas juste que des équipes doivent être reléguées à cause du virus, alors qu'elles auraient pu défendre leurs chances de se sauver ce printemps», clame le club nord-vaudois.

Pour l'heure, il est important de noter qu'aucune décision n'a été arrêtée quant à l'avenir des différentes divisions et aux modalités de promotion et relégation. Reste qu'on se dirige bien dans la direction d'une annulation pure et simple de la saison 2019/2020, celle-ci ayant été demandée à l'ASF par la Ligue amateur et les treize associassions régionales la semaine dernière. «Mais ça signifie quoi, une saison blanche, au juste? Ça veut dire qu'on oublie tout? Dans ce cas, on fait quoi avec les frais d'arbitrage, de licences, de matériel et d'infrastructure investis depuis le début de l'exercice?», grincent les Sécherons, dont la première équipe pointe en tête de son groupe de 4e ligue.

Déjà une cinquantaine de signatures récoltées

Preuve qu'ils ne sont pas seuls à défendre ce point de vue, une cinquantaine de clubs ont déjà signé la pétition, parfois en laissant un message de soutien ou pour signifier qu'ils se battront jusqu'au bout pour faire respecter la logique sportive. «Le mail a été envoyé à tous les clubs du pays dont l'une des équipes se trouve en position d'être promue.» Locarno, en 4e ligue tessinoise, Oberglatt, en 4e ligue zurichoise, ou Franches-Montagnes, en 3e ligue jurassienne, ont par exemple déjà rejoint le mouvement.

«Je ne veux pas qu'on passe pour des égoïstes. Évidemment qu'il y a des choses plus importantes que le football des talus en ce moment. Mais il faut se rendre compte qu'on a donné beaucoup de nous-mêmes pour être compétitifs sportivement. C'est la réalité de beaucoup d'équipes dans la même situation que nous. Dirigeants, entraîneurs, joueurs: on n'a pas envie d'avoir fait tout ça pour rien», termine Nicolas Rouilly. La pétition a d'ores et déjà été envoyée à l'ASF. Dans l'espoir que ce cri du cœur soit entendu.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.