Le meilleur buteur vaudois de 2e ligue est aussi un as du parcours d’obstacles

FootballGuerrier des surfaces, Anthony Schwyn (Pully) a créé son propre parcours à Chavornay et passera bientôt dans «Ninja Warrior» sur TF1.

Anthony Schwyn à l’entraînement dans sa salle de parcours (ou parkour), une discipline qui consiste à franchir divers obstacles.

Anthony Schwyn à l’entraînement dans sa salle de parcours (ou parkour), une discipline qui consiste à franchir divers obstacles. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec ses 20 réussites, Julien Jemmely, le prolifique attaquant du FC Genolier-Begnins, n’est plus le meilleur buteur de 2e ligue vaudoise. Le boucher de Nyon, dont «24 heures» avait relaté la trajectoire peu banale, a été dépassé par Anthony Schwyn (Pully). En participant avec un doublé à la fête de tirs contre l’AF LUC, battu 8-2 dimanche passé, l’attaquant de la Rochettaz s’est installé seul en tête du classement des meilleures gâchettes du canton avec 21 buts. À 29 ans, Schwyn réalise de loin sa plus belle saison, lui qui, voici une année pourtant, avait songé à raccrocher ses crampons pour se consacrer exclusivement à la salle de parcours (ou parkour) qu’il a ouverte avec un associé à Chavornay. Apparue dans les années 1990, la discipline consiste à franchir divers obstacles par la course, des sauts ou des gestes d’escalade.

Mais cette saison, le footballeur s’est repiqué au jeu avec Pully, son club de cœur, rejoint en 2012 déjà. «Jusqu’à présent, je n’avais jamais fait mieux que douze buts dans une saison. Là, je suis en train d’exploser mon record personnel...» Une pluie de buts qui s’explique aussi par un repositionnement tactique. Depuis quelques mois, Schwyn a quitté le flanc droit, où sa vitesse autant que ses centres faisaient des ravages, pour venir camper dans les seize mètres.

Il vise les 35 buts

«On joue dans un système qui m’aide, dans lequel mes qualités de finisseur sont mises en valeur. Avant, j’étais là pour déborder. Aujourd’hui, mon objectif est presque devenu obsessionnel: c’est marquer, marquer et marquer.» Parfois jusqu’à quatre fois par rencontre, comme ce quadruplé qu’il a réussi contre Écublens l’automne dernier. En quart de finale de la Coupe vaudoise, l’attaquant a aussi contribué à éliminer le FC Gland ce mercredi en frappant à la 43e minute – Ali Ramdan et Yannick Favre complétant la liste des buteurs.

Au moment où Pully, classé 2e du groupe 2, à un point du leader Renens, est bien parti pour disputer les finales de promotion, son buteur maison s’est fixé un objectif élevé: atteindre les 35 buts afin de dépasser le record historique de son ancien coéquipier (et désormais entraîneur assistant) Hervé Rickli, qui a placé la barre haut avec 34 buts.

Pully est la dernière étape sportive d’un footballeur dont la carrière avait débuté à Assens (où il est né) avant des escales à La Sarraz-Eclépens et Échallens. S’il a toujours marqué, Anthony Schwyn, souvent freiné par des blessures, n’est jamais monté plus haut que la 1re ligue comme son potentiel l’y aurait autorisé.

Le déplore-t-il? «Je sais que j’aurais pu aller plus loin, ou plus haut, reconnaît-il. J’en avais les capacités. À un moment donné, j’aurais dû partir mais, à l’époque, il était inconcevable de quitter mes parents, de dormir loin de chez moi. Et puis, j’ai souvent aussi eu des trucs, de la poisse. Mais c’est sûr que j’aurais dû faire plus.» Il n’en conçoit pourtant aucune frustration. «Je ne vis pas dans le passé. Ce que je n’ai pas fait dans le football, je peux le réussir autrement.»

Attaquant vif, puissant et râblé qui désarçonne souvent son défenseur, ce guerrier des surfaces voue une admiration non feinte à Cristiano Ronaldo, son modèle. «Tout ce qu’il fait est juste. Il parviendra toujours à se mettre où le ballon arrive.»

C’est un warrior

Quand il n’explose pas les compteurs en 2e ligue, l’attaquant se glisse dans un rôle de coach sportif, veillant au bien-être de tous ceux et celles qui fréquentent son antre «AS Warrior», dont l’enseigne porte en elle les initiales de son propriétaire. L’endroit est connu pour abriter la première salle de parcours de Suisse romande. «Je passe ma vie là-dedans», sourit Anthony. Dont l’investissement est tel qu’il doit d’ailleurs limiter ses exercices balle au pied à deux séances hebdomadaires (mercredi et vendredi). «Je ne peux pas me permettre d’en faire trop. La base, je l’ai déjà…»

Avec son attaquant «Ninja Warrior», la formation entraînée par Mario D’Alessandro espère toucher au but. Ce qui permettrait à son No 17 de boucler son «parcours» des héros.

Créé: 06.04.2019, 09h07

Une semaine de tournage sur la Croisette pour TF1

Biscoteaux maous costauds et poigne de fer, le meilleur buteur de 2e ligue vaudoise possède le physique de l’emploi. Anthony Schwyn était taillé pour participer à «Ninja Warrior», le jeu culte de TF1, dont la quatrième saison sera diffusée cet été. Après une première sélection qui s’était opérée cet hiver à Paris parmi 500 candidats, il a rejoint voici quinze jours Cannes et sa célèbre Croisette pour se mesurer, pendant quatre jours, à d’autres as du parkour, selon un système par élimination.

En vertu d’accords de confidentialité signés avec la production, le candidat vaudois n’a pas le droit de divulguer les résultats. Un indice, peut-être? «Cela ne s’est pas passé aussi bien que je l’espérais. J’ai fait un mauvais choix qui m’a coûté cher.»

Les conditions même du tournage l’ont aussi influencé, voire perturbé. «C’est un tout autre stress que le foot, admet-il. Il faut savoir gérer les caméras, le public, l’attente… On en arrive même à se remettre en question sur ses propres capacités à franchir les obstacles alors que c’est tout bête.» Au micro de Denis Brogniart et Iris Mittenaere, les deux présentateurs-vedettes de l’émission, Anthony était accompagné de sa fille Shayna (4 ans) et de sa compagne.

À Chavornay, Schwyn n’a jamais bouclé le parcours des héros qu’il a lui-même imaginé, avec une trentaine d’obstacles à franchir le plus rapidement possible. «Je ne me suis pas amusé à aller au bout. Après vingt minutes d’efforts, il me restait encore trois obstacles…»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.