La reprise de Stade-Lausanne-Ouchy en quatre points

FootballLe SLO dispute son premier match de l'année en Challenge League samedi à Colovray face à Aarau, avec pas mal de raisons de se réjouir. Et quelques doutes aussi.

Karim Gazzetta, l'un des hommes forts de l'effectif stadiste au premier tour.

Karim Gazzetta, l'un des hommes forts de l'effectif stadiste au premier tour. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Stade-Lausanne-Ouchy sait gérer une pause hivernale. Un des nombreux glorieux chapitres de l'histoire récente du club de Vidy trouve d'ailleurs sa source à cette période-ci de l'année. C'était il y a deux ans et le SLO, alors sans grands repères en Promotion League, s'était subitement transformé en machine à gagner. Quelques bons transferts, deux ou trois réglages bien sentis, des questions remplacées par des solutions et les Lausannois avaient dès lors tracé une autoroute parfaitement dégagée en direction de la Challenge League. On n'est pas en train d'écrire que les hommes d'Andrea Binotto rejoindront l'élite d'ici dix-huit mois, mais disons que les Stadistes ont rarement moins bien débuté une année qu'ils ont terminé la précédente. Ce qui constitue plutôt une bonne nouvelle à quelques heures de la reprise du championnat et de la réception d'Aarau. Voici les quatre principaux axes à surveiller avant l'entrée en 2020 du néo-promu, 8e avec neuf points d'avance sur Chiasso, seul relégable.


L'effet de surprise. Et après?

Parmi les pensionnaires de longue date que compte la Challenge League, pas grand-monde avait vu venir la tempête Stade-Lausanne l'été dernier. Kriens, Chiasso et le Lausanne-Sport étaient repartis la tête bien basse de Colovray, d'autres comme Winthertour avaient eu très chaud et, globalement, le SLO avait enchaîné les mini-sensations au premier tour. Un rythme devenu un peu plus fluctuant lors des confrontations retours. Il y a eu du très bon (cette fin d'année remarquable), du nettement plus moyen (ce vilain déplacement à Kriens), ce qui confirme que, outre la nécessité de trouver une constance qui leur fait défaut, les Lausannois n'ont pas trop à craindre de leurs temps faibles. L'effet de surprise a fonctionné durant quelque temps et, lorsque celui-ci n'a plus fait effet, les Stadistes ont trouvé d'autres solutions pour s'en sortir. Pas forcément en modifiant leur système ou en bouleversant leur onze de base, mais en faisant confiance au football qui les a menés où ils se trouvent aujourd'hui. En résumé, désormais, Stade-Lausanne peut emprunter plusieurs chemins pour rejoindre le succès à l'arrivée.


Andréa Mutombo, la bête en cage

Les nouvelles sont chaque jour un peu plus rassurantes concernant le puissant milieu de terrain belge. Ses progrès à l'entraînement sont flagrants et font progressivement ressurgir la panoplie de ses qualités. Encore un peu court pour prétendre à une place de titulaire samedi, le demi offensif risque toutefois bien d'être amené à entrer en jeu en cours de match, ce qui est déjà énorme compte tenu de la nature de sa blessure (une rupture du tendon du quadriceps) contractée en août dernier, alors qu'il venait de débarquer à Vidy. À chacune de ses apparitions avant ça, Andréa Mutombo avait donné l'impression d'être en mesure de marcher sur une Challenge League un brin étroite pour lui. Affaire remise à ce printemps? C'est plus qu'envisageable.


Des leaders au physique fluctuant

«C'était la semaine de trop.» La phrase vient d'Andrea Binotto, qui avait jusque-là apprécié le rendement des trois semaines d'entraînement que s'est offert le SLO entre son retour de vacances et l'échéance de samedi. Problème? Jérémy Manière, Allan Eleouet et Juan Manuel Parapar se sont tous les trois fait rattraper par leur santé. Le premier a vu son genou opéré le rappeler à ses mauvais souvenirs (indisponible pour la réception d'Aarau, il passera une IRM lundi pour connaître la nature de la douleur), le deuxième est également gêné par un genou qui remet en cause sa participation à la rencontre de ce week-end, tandis que l'Espagnol traîne un souci au talon d'Achille qui l'empêche de s'entraîner depuis quelques jours. Stade-Lausanne a prouvé être capable de puiser tout au fond de ses ressources lorsqu'il se trouve dos au mur, mais il aurait assurément pu rêver d'un meilleur départ.


Devant, on en est où?

C'est avec une dernière licence inutilisée que les Stadistes reprennent le chemin de la compétition. Les dirigeants et le staff lausannois ont fouillé partout, de la 1re ligue jusqu'aux championnats étrangers alentours, mais les différentes pistes sensées mener à un buteur n'ont pour l'heure pas abouties. Les velléités offensives du SLO devant le but reposeront donc en grande partie sur les épaules de Konan Oussou et, surtout, de Yanis Lahiouel. À l'image de sa fin d'année 2019, le Français a vécu une préparation positive. De bon augure lorsqu'on sait ce dont l'ex-Yverdonnois et Bavoisan est capable lorsqu'il se trouve dans le bon état d'esprit. À noter que le très polyvalent Roland Ndongo a lui aussi retrouvé la pleine mesure de ses capacités physiques. Ceci étant dit, la densité de jeu du néo-promu lui permet de faire face à un coup de mou de ses attaquants. Lahiouel ne marquait pas au premier tour? Le SLO a trouvé d'autres solutions pour porter le danger. Reste que si les Lausannois du bas entendent jouer autre chose qu'un maintien qui leur tend les bras, ce qui ressemble d'ailleurs d'assez près au discours qui émane du vestiaire, pouvoir compter sur un tueur aux avant-postes constitue une nécessité absolue.

Créé: 24.01.2020, 17h30

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.