La Sarraz-Eclépens, c'est reparti!

FootballLoïc Funcasta et ses coéquipiers viennent de prendre dix points en quatre matches, dont une probante victoire 4-1 face à La Tour/Le Pâquier

Loïc Funcasta et La Sarraz/Eclépens ont retrouvé le sourire.

Loïc Funcasta et La Sarraz/Eclépens ont retrouvé le sourire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tout le monde commençait à s'impatienter du côté de La Sarraz-Eclépens. Les prévisions d'avant-saison donnaient les Sarrazins comme un sérieux candidat au podium et cela n'avait rien d'usurpé au regard de la qualité de l'effectif d'En Gravey sur le papier. Le début d'exercice? Six matches, quatre points... «On a tous manqué d'humilité à un moment ou à un autre, et je m'inclus dans la critique, assure Renato Rocha. Je suis encore un jeune entraîneur, j'apprends, je m'adapte à un nouveau contexte. Mais avec le temps, on voit qu'on s'améliore, qu'on avance dans la bonne direction.»

En s'attachant les services de l'ancien technicien du FC Cheseaux cet été, La Sarraz s'est lancé un vrai pari. D'un côté, il y a donc Renato Rocha, coach sulfureux qui ne prend jamais de pincettes lorsqu'il s'agit de pointer un problème du doigt. De l'autre, il y a une équipe qui, sans lui faire offense, n'a pas la réputation d'être la plus combative de toute la 2e ligue inter. L'espoir que «RR» soit l'entraîneur idéal, capable de sortir ses joueurs de leur zone de confort, était grand. Mais le risque que cela explose et que l'histoire tourne court existait lui aussi bel et bien.

Des remises en questions, des discussions vivantes, des conflits, il y en a eu durant les première semaines de championnat, là où rien ne tournait dans le bon sens. Mais le comité sarrazin a eu la très bonne idée de confirmer sa confiance en son technicien. Et depuis un mois, La Sarraz-Eclépens ne perd plus.

«On a remis les choses à plat, tout repris depuis le base, détaille Loïc Funcasta, le capitaine. À commencer par solidifier notre arrière-garde. On encaissait trop, beaucoup trop. Depuis qu'on a serré le jeu à ce niveau, la différence est énorme. Renato? Il s'est très bien adapté au club. Il nous pousse, nous dérange parfois un peu dans nos certitudes: ça nous fait du bien. J'ai même envie de dire que c'est ce qu'il nous fallait.»

La traduction en chiffre: quatre matches, dix points. Et même cinq matches onze points si l'on y ajoute le bon match nul obtenu face à l'intouchable leader Guin. La Sarraz est enfin là où on l'attendait. «Les gens ont beaucoup parlé, glisse Renato Rocha. C'est comme ça partout avec le football: on s'enflamme trop vite, on s'insurge pour un rien. Mais je n'y ai pas prêté attention. De notre côté, avec les gars, on a simplement continué à travailler, et cela porte ses fruits. Mais si on n'a encore rien fait.»

L'homme fort d'En Gravey n'a d'ailleurs pas goûté du tout aux vingt premières minutes de ses protégés dimanche à domicile face à La Tour/Le Pâquier. La Sarraz semblait perdu sur son terrain, pas franchement décidé à en découdre, et les Fribourgeois ne se sont pas gênés pour en profiter et ouvrir le score à la 12e.

Pas sûr que cette équipe, il y a deux mois, aurait trouvé les ressources pour refaire surface. Reste que sa réaction, dimanche, a été exemplaire. Nicola Zari a montré la voie en inscrivant un penalty obtenu par Islin Ntongo (33e). L'homme qui a inscrit le but de la victoire? Angelo Sosa, auteur d'un match... particulier. En fait, l'Espagnol a quitté le terrain à la 75e minute sans avoir délivré la moindre passe réussie, mais en ayant marqué la réussite la plus importante de la journée: un coup de tête décisif à la réception d'un corner (56e). Bref, la buteur n'a pas réalisé la prestation la plus aboutie de sa carrière, mais il a fait exactement ce que son coach attend de son attaquant de pointe.

Valentin Dupuis n'a lui passé qu'une grosse demi-heure sur la pelouse, mais il l'a rentabilisée à fond. Le très technique joueur de couloir a mystifié le gardien adverse d'un surprenant tir à ras terre (84e), avant de clore la marque sur penalty quatre minutes plus tard. La Sarraz va beaucoup mieux. Il lui reste deux matches à ne surtout pas prendre de haut face aux M21 de Neuchâtel et à Portalban pour terminer l'année en beauté. Et finalement, la deuxième place n'est qu'à trois points.

Créé: 20.10.2019, 18h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.