Passer au contenu principal

FootballUn SLO méritant prend un très bon point face au FC Vaduz

D’abord dominés, les Lausannois ont ensuite montré beaucoup de caractère pour accrocher les Liechtensteinois.

Axel Danner et le SLO doivent améliorer leurs entames de matches pour viser plus haut.
Axel Danner et le SLO doivent améliorer leurs entames de matches pour viser plus haut.
Christian Brun

Stade Lausanne Ouchy n’en finit plus de surprendre en Challenge League. Samedi, à Colovray, la troupe d’Andrea Binotto a tenu les Liechstensteinois de Vaduz en échec, après avoir pourtant concédé l’ouverture du score dans le premier quart d’heure.

Cette ouverture du score précoce met en lumière la plus grosse difficulté des Lausannois: l’entame de match. Car c’est bien là qu’ils ont encore du travail. Si le néo-promu montre, semaine après semaine, qu’il peut régater avec les équipes de la division, il pourrait cependant viser une meilleure position en entrant directement dans ses parties.

«C’est assez dur d’expliquer ces départs laborieux, avouait l’entraîneur Andrea Binotto. Peut-être qu’on montre encore trop de respect à notre adversaire. On doit travailler là-dessus.»

Car face à Vaduz, pourtant bon deuxième au coup de sifflet initial, le SLO a fait bien mieux que se défendre une fois l’orage passé. «Ils nous ont fait très mal avec leurs appels et leur pressing en début de match, concédait Axel Danner, le capitaine du SLO. Mais ce but nous a piqués et, frustrés, on a su réagir. Maintenant, ça serait bien de pouvoir montrer notre meilleur visage d’entrée de jeu.»

Disposés dans un 3-5-2 inédit, les Lausannois ont peu à peu sorti la tête de l’eau. Bien servi par Lahiouel peu avant la pause, Gaillard faisait parler son sang-froid et ramenait son équipe à hauteur des Liechtensteinois. Déchaîné, le SLO se ruait alors à l’attaque mais Gazzetta, en pivot, ne parvenait pas à cadrer.

«C’est la première fois que l’on joue avec une défense à trois et c’est intéressant de savoir que l’on peut évoluer de cette façon aussi. Cela nous donne une corde de plus à notre arc», se félicitait l’entraîneur du SLO.

Le technicien a décidé d’opérer ce remaniement tactique pour trois raisons principales: l’arrivée de l’attaquant Marko Maletic, deux joueurs de couloir (Danner et Tavares) se prêtant bien au rôle de pistons et, surtout, la capacité de mieux contrer son adversaire du soir, placé selon le même dispositif.

La stratégie a bien failli être payante puisque Vaduz n’a pas vu le jour en deuxième période. Dominés, les hommes de Mario Frick ont fait le dos rond. Attendant les Lausannois bas sur le terrain, ils n’ont eu que rarement l’opportunité de se mettre en évidence, malgré un énorme raté de Noah Frick à la dernière minute.

«On joue à leur niveau pendant 70 minutes et, à mon avis, le score nul est plutôt mérité, analysait Axel Danner. Physiquement, on est bien. Je suis superfier de la prestation de l’équipe.» Un niveau de jeu que le SLO se verrait bien inspiré de reproduire samedi prochain à Colovray lors de la venue de Chiasso, lanterne rouge.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.