Stade-Lausanne-Ouchy doit retrouver le sens du but

FootballSLO ne s’est pas fait balader par GC samedi à Colovray (défaite 0-1). Mais sans marquer, il ne peut pas avancer.

Michael Perrier et les Stadistes se sont créés les plus grosses chances d’ouvrir le score, mais c’est GC qui a marqué et empoché les trois points.

Michael Perrier et les Stadistes se sont créés les plus grosses chances d’ouvrir le score, mais c’est GC qui a marqué et empoché les trois points. Image: Christian Brun

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après avoir communié et fêté la victoire (0-1) avec les deux bonnes centaines de fans zurichois qui avaient fait le déplacement de Colovray, Mirko Salvi a traversé le terrain pour aller saluer ses proches. Un groupe d’une petite dizaine de personnes tout droit venues du Nord vaudois, sa région d’origine. Le très sûr gardien de Grasshopper aurait sans doute adoré refaire le match, disserter de toutes les situations dangereuses qu’il a eu à négocier et peut-être même bomber le torse au moment de souligner que ce succès, sans lui, n’aurait certainement pas été aussi facile à obtenir. Sauf que la réalité, c’est que Mirko Salvi s’est ennuyé comme rarement samedi. En fait, il n’a pas eu la moindre parade à effectuer. Pour les grands récits autour d’une bière, il faudra donc repasser.

Ce que cela dit de Stade-Lausanne-Ouchy, son adversaire? D’abord que les Lausannois ont composé comme ils ont pu, fragilisés par une infirmerie débordante. Andrea Binotto a lancé Lavdrim Hajrulahu (troisième apparition en Challenge League) dans l’axe de la défense pour palier la blessure de Jérémy Manière. Pour compenser celle de Roland Ngondo, William Le Pogam avait quitté la ligne défensive pour évoluer à l’aile. Et les solutions de remplacement n’étaient clairement pas d’une valeur égale à celles dont disposait Uli Forte sur le banc adverse. Pas idéal, donc, pour mettre en danger le grand GC.

Deux buts en six matches

Ensuite, et surtout, il faut bien constater que le SLO fait face à un sérieuse carence dans le dernier geste. Un seul chiffre dit tout du problème de réalisme récurrent du néo-promu: sur ses six dernières sorties, il n’a inscrit que deux buts (les deux à Chiasso). Impossible de l’expliquer en arguant que Stade se retrouve confronté à la dure réalité de la Challenge League et de ses défenses intransigeantes. Tous les week-ends, il se procure son lot d’opportunités, souvent très nettes. Il y en a certes un peu moins aujourd’hui que lors du premier tour, où tout fonctionnait, mais SLO, c’est devenu une habitude, quitte systématiquement le terrain en ayant gaspillé des occasions en or. Une vérité qui n’a pas manqué de se confirmer samedi. Juan Manuel Parapar n’a pas toujours opéré les bons choix dans la surface, Karim Gazzetta s’est trouvé juste un peu court pour dévier un ballon au bon endroit (42e), il a parfois manqué un rien à Yannis Lahiouel pour envoyer sur orbite un coéquipier… Toujours est-il que Mirko Salvi n’a eu qu’à faire acte de présence dans sa cage pour que celle-ci reste inviolée.

Sauter le pas

On parlerait bien d’une responsabilité commune. Parce qu’au fond, on gagne et on perd, tout comme on marque et on encaisse, en équipe. Reste qu’il est difficile de reprocher quoi que ce soit à la paire de récupérateurs Laugeois/Perrier, laquelle, qui plus est, apporte une vraie impulsion vers l’avant. Et pointer du doigt la ligne défensive pour justifier un problème de finition ne paraît que moyennement pertinent. Non, simplement, le quatuor offensif lausannois doit se montrer plus tranchant. Plus méchant, parfois, aussi. Sauter définitivement le pas de la Challenge League, en somme. C’est facile à écrire, nettement moins à mettre en application. Mais il en va de l’avenir du SLO en ligue nationale.

Stade-Lausanne-Ouchy-GC 0-1 (0-0)

Colovray, Nyon, 450 spectateurs.

Arbitre: Luca Piccolo.

But: 68e Cabral 0-1.

Stade-Lausanne-Ouchy: Guedes; Danner, Hajrulahu, Mfuyi, Tavares; Perrier, Laugeois (72e Oussou); Le Pogam (46e Dalvand), Gazzetta (58e Gaillard), Parapar (67e Amdouni); Lahiouel. Entraîneur: Andrea Binotto.

Grasshopper: Salvi; Arigoni, Cvetkovic, Souare, Wittwer; Salatic; Cabral, Morandi (85e Rustemoski), Buff, Pusic (78e Diani); Ben Khalifa (89e Momoh). Entraîneur: Uli Forte.

Avertissements: Perrier (28e, jeu dur), Tavares (52e, antijeu), Danner (62e, jeu dur), Gaillard (70e, jeu dur).

Créé: 02.12.2019, 09h58

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.