Vevey United: l'armada est parée

FootballLes Veveysans ont profité de l'hiver pour monter une très jolie équipe. Suffisant, cette fois, pour atteindre les finales?

Stevo Gasic et les Veveysans ont des finales à aller chercher.

Stevo Gasic et les Veveysans ont des finales à aller chercher. Image: Jean-Luc Auboeuf

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce Vevey United possède décidément deux identités bien distinctes et, au bout du compte, plutôt bien assorties. D'un côté, le VU s'appuie sur cette accroche régionale qu'il aime tant mettre en avant. On peut le comprendre: la formation fonctionne très bien sur la Riviera, la pyramide du club avec ses quatre équipes actives (1re, 2e, 3e et 5e ligues) fait la part belle aux jeunes qui en sont issus et, ce n'est pas un chiffre balancé dans le vent par les dirigeants du club, la moitié de l'effectif de la première équipe est constitué d'anciens juniors du club ou du Team Vaud. Vevey est le club phare de sa région et il veut en être digne.

L'autre moitié du contingent? C'est là qu'entre en ligne de compte le côté «superpuissance» du club de Copet. Parce que oui, Vevey United est une destination très prisée des footballeurs semi-professionnels. L'équipe est ambitieuse, les salaires plus qu'intéressants et les conditions de travail idéales. Si bien que la concurrence se bouscule au portillon veveysan à chaque mercato. Cet hiver encore, les dossiers n'ont pas manqué de s’empiler sur le bureau du président. Une bonne nouvelle? Assurément, même s'il est arrivé au VU de se tromper et de miser sur l'un ou l'autre nom ronflant en perte de vitesse et cherchant à profiter des conditions avantageuses offertes par le club. Les risques du métier.

Des gros clients

La campagne de transferts menée par Vevey durant les dernières semaines traduit une fois de plus à merveille cette dualité. D'un côté, l'actuel 7e de 1re ligue engage le prometteur ailier Ryan Lucas, qui monte en puissance en Suisse depuis son arrivé à Terre Sainte en 2014. De l'autre, il s'attache les services de Skander Agrebi, encore professionnel à l'US Monastir, en 1re division tunisienne, en début d'année civile. Il va sans dire que le VU attend beaucoup de son nouveau demi défensif, qui découvre tout juste la Suisse grâce à l’opportunité professionnelle rencontrée par sa femme, qui s'est installée... à Uri.

Un autre exemple? Mattia Lovato est de retour à Copet, lui le défenseur central passé par le Team Vaud et qui a déjà évolué entre 2014 et 2018 sous les couleurs veveysannes. Pour équilibrer la balance, le Sénégalais au CV bien étoffé Elhadji Ciss a également signé. Sur la liste des clubs qu'il a connus figurent notamment Sion et le FC Le Mont, avec qui il compte 16 apparitions en Challenge League. Joli profil.

Une étape à franchir

Vevey s'est ainsi une nouvelle fois bâti une sacrée armada, rejointe également par le gardien Eren Sahingöz il y a quelques jours, pour affronter la nouvelle année. «Mais nos concurrents ne manqueront pas de faire pareil», souligne le président William von Stockalper, qui n'entend pas mettre de pression superflue sur les épaules de ses hommes. Reste que les Veveysans vont bel et bien devoir se montrer dignes de leur standing. Le VU vit sa quatrième saison en 1re ligue et, si ses deux derniers échecs pour atteindre les finales n'ont pas été vécus comme des drames, il ne pourra pas chaque saison se contenter des places d'honneur. Ou du moins, cela représenterait un sacré gâchis compte tenu des capacités du club à tous les niveaux.

«On n'y est pas, mais on n'est jamais loin non plus», reprend William von Stockalper. La saison dernière, il a manqué sept points à Vevey pour faire partie du trio de finalistes. Neuf l'année d'avant. «Cela s'est parfois joué à une petite semaine mal négociée», grince le boss veveysan. Avec 22 points en 14 matches et cinq longueurs de retard sur la barre, les Copétans se trouvent assez précisément sur leurs bases habituelles. En embuscade, bien placés, mais éjectés des places «qui comptent».

Le vrai rendez-vous, c'est fin mars

Reste qu'à l'horizon pointe une très jolie occasion de forcer le destin. Un mois après avoir repris le championnat, le 29 février à Chavannes contre Azzurri Lausanne, une folle semaine anglaise à domicile attendra aux Veveysans. Dans l'ordre, ils auront l'occasion de se qualifier pour le tableau final de la prochaine Coupe de Suisse le 21 mars lors de la venue de Thalwil (lanterne rouge du groupe 3). Quatre jours plus tard en 1re ligue, c'est La Chaux-de-Fonds qui se présentera à Copet, avant la réception de l'actuel 2e, Naters, le 28. Le VU possède l'un des publics les plus passionnés du canton? En voilà une belle opportunité pour lui de faire pencher la balance et de permettre à son équipe de franchir une étape.

Créé: 18.02.2020, 18h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.