Mondial: un festival pour les anti-inflammatoires

FootballSelon une étude de la FIFA, 69% des joueurs de foot ont pris un traitement médical entre 2002 et 2014, lors des Coupes du monde.

Les médicaments font partie d'un Mondial, selon la FIFA.

Les médicaments font partie d'un Mondial, selon la FIFA. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des études de la FIFA montrent que les anti-inflammatoires sont très utilisés durant les Coupes du monde: un phénomène connu au-delà du football, du monde amateur jusqu'au haut niveau, mais pas anodin pour la santé des sportifs.

Selon l'une des études du centre de recherches médicales de la FIFA (F-MARC) parue en 2015 dans le British Journal of Sports Medicine, 69% des joueurs adultes masculins ont pris un traitement médical durant les Coupes du monde entre 2002 et 2014, dont des anti-inflammatoires non-stéroïdiens pour la moitié d'entre eux. Et plus d'un tiers des joueurs a consommé ces anti-inflammatoires avant chaque match, relève l'étude. Il peut s'agir par exemple de diclofénac, le composant du Voltarène, ou de l'ibuprophène.

«Ce qui nous a marqué, c'est que nous n'avons pas trouvé de corrélation entre la prise du médicament et le fait de jouer ou d'être sur le banc. Les joueurs blessés n'en recevaient pas plus que les non blessés», et «on n'en a pas plus à la fin plutôt qu'au début du tournoi», explique à l'AFP l'auteur principal de l'étude, le Dr Philippe Tscholl, médecin du sport et chef de clinique aux Hôpitaux universitaires de Genève.

«Pas pour les courbatures»

Interrogé par l'AFP, le directeur médical de la FFF, Emmanuel Orhant énumère les cas où c'est utile: les hématomes liés à un coup, une lésion à un ligament ou un tendon. «Une réaction inflammatoire se créé pour nettoyer une zone malade ou abimée. Et cette inflammation déclenche des phénomènes hormonaux et neurologiques créant une douleur», expose-t-il.

«L'organisme, pour éviter d'aggraver les choses, met des seuils en disant il ne faut pas forcer dessus puisqu'on est en train de réparer . L'anti-inflammatoire va permettre de nettoyer un peu mieux la lésion», ajoute-t-il. «Mais pour calmer les douleurs musculaires comme des courbatures, ce n'est pas indiqué», prévient Emmanuel Orhant.

Pour Philippe Tscholl, des prescriptions à de telles fréquences trahissent quelque chose de plus que les traitements, plutôt «une habitude» et «une solution de facilité». Dans le cas d'une équipe, lors de l'édition de 2002, tous les joueurs de l'effectif en ont consommé du début à la fin de l'édition, relève-t-il. «Leur utilisation est si fortement ancrée dans les vestiaires à l'heure actuelle que pour la plupart des joueurs, il s'agit d'un geste aussi machinal que de lacer leurs chaussures avant le match», s'inquiétait déjà la FIFA lors d'une opération de prévention en 2012.

«Effets secondaires»

Or, les effets secondaires ne sont pas absents. D'abord sur le système gastrique. Mais pour Philippe Tscholl, il y a aussi un effet potentiel sur les blessures récurrentes et les rechutes. «Avec les AINS, on diminue le système de réparation et d'adaptation musculaire ou tendineux», résume-t-il.

Ancien médecin de club, le Dr Orhant ne perçoit pas une surconsommation sur les terrains français. «Mais il y a des pays qui sont très anti-inflammatoires et il y a des pays qui sont très corticoïdes», le niveau au-dessus chez les antidouleurs, ajoute-t-il, disant l'avoir constaté en club avec des internationaux revenant de leur sélection à l'étranger.

Bannissement pur et simple

Certains militent pour un bannissement pur et simple de ces antidouleurs en compétition. «Il y a d'abord une raison éthique. On ne prend pas un médicament pour faire du sport», plaide Pierre Sallet, président de l'association Athletes for Transparency. Ce spécialiste en physiologie du sport et en dopage estime aussi que s'il y a une telle habitude avec les anti-inflammatoires, c'est qu'ils jouent un rôle dans l'amélioration de la performance, l'un des critères pour être classé comme produit dopant. Enfin, il souligne les potentiels effets néfastes sur les reins, notamment en situation de déshydratation.

Mais le monde du sport fait de la douleur une composante du haut niveau. Le code médical du Comité international olympique (CIO) encadre d'ailleurs le droit des athlètes à être «soulagés de la douleur» et à recevoir des «traitements ayant un effet analgésique», s'ils ne présentent pas de risque pour la santé. (si/nxp)

Créé: 09.06.2018, 10h22

Pas de Russes

La Fifa garantit qu'aucun Russe ne sera impliqué dans le programme antidopage lors de la Coupe du monde, conséquence du scandale de dopage institutionnel qui a frappé le pays depuis 2015.

«Aucun Russe ne sera impliqué dans le programme antidopage et toutes les analyses d'échantillons se feront dans des laboratoires accrédités par l'AMA hors de Russie», a assuré plusieurs fois l'instance mondiale du football ces derniers mois.

Galerie photo

La Nati prépare son Mondial en Russie

La Nati prépare son Mondial en Russie L'équipe de Suisse a pris ses quartiers à Lugano pour préparer au mieux la prochaine Coupe du monde.

Articles en relation

Coupe du monde: Djourou en grand perdant

Football Dans le camp de la Nati, le Genevois Johan Djourou sera sur le banc face au Brésil, le 17 juin. Plus...

Johan Djourou écarté du onze de base

Football Johan Djourou n'est plus titulaire en équipe de Suisse! Le Genevois ne figure pas dans l'équipe appelée à affronter l'Espagne ce dimanche en amical à 21 heures à Villarreal. Plus...

Mondial: Poutine souhaite la «bienvenue»

Football «A tous les fans de football et aux meilleures équipes de la planète, bienvenue!», a lancé le président russe, lors d'un discours retransmis à la télévision. Plus...

Le Mondial, une période à risques pour les fans

Football Plusieurs études ont relevé une hausse de la mortalité durant les grands événements sportifs. Le coeur est généralement mis à rude épreuve. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.