Vers un procès au rabais pour corruption à la FIFA

FootballLe Qatari Nasser al-Khelaïfi, patron du PSG, doit être jugé en Suisse en compagnie de l'ancien secrétaire général de la FIFA. Mais il échappe à la plus grave accusation.

Jérôme Valcke (à gauche) et Nasser al-Khelaïfi.

Jérôme Valcke (à gauche) et Nasser al-Khelaïfi. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est une étape majeure dans l’une des plus importantes enquêtes visant la corruption dans le football mondial. La justice suisse vient de mettre en accusation l’ancien numéro deux de la FIFA, Jérôme Valcke, avec le Qatari Nasser al-Khelaïfi, patron du club Paris Saint Germain et de la chaîne BeIn Sports, ainsi qu’un homme d’affaires grec qui n’est pas nommé dans le communiqué officiel.


Lire aussi: Le ballon se dégonfle une nouvelle fois


Si le Tribunal pénal fédéral accepte l’acte d’accusation, le procès des trois hommes pourrait se tenir au plus tôt à l’automne 2020. Mais ce dossier ultrasensible s’est passablement dégonflé à la suite d’un mystérieux accord privé conclu entre la FIFA et le puissant Nasser Al-Khelaïfi, figure clé de la candidature du Qatar pour la coupe du monde 2022.

L’enquête avait été ouverte il y a près de trois ans par le Ministère Public de la Confédération (MPC), chargé en Suisse de poursuivre les crimes de corruption complexe. Aujourd'hui, les procureurs fédéraux estiment avoir fait la preuve que Jérôme Valcke a «obtenu de avantages indus» de ses coaccusés, à l’époque où il était secrétaire général de la FIFA, selon le communiqué diffusé jeudi par le MPC.

De Nasser al-Khelaifi, l’ancien journaliste français de 59 ans a notamment reçu la jouissance d’une villa valant plus de 5 millions d’euros en Sardaigne, comme nous le révélions l’automne dernier.

«Valcke a ainsi obtenu le remboursement d’un acompte d’environ EUR 500'000 qu’il avait versé à des tiers pour une villa en Sardaigne, écrit le Ministère public dans son communiqué, ce après l’achat de la villa par Al-Khelaïfi, via une société, à la place de Valcke. Valcke a ensuite obtenu d’Al-Khelaïfi le droit de jouissance exclusif de la villa pour une période de 18 mois au total», sans payer le loyer correspondant, estimé entre 900'000 et 1,8 million d’euros.

La villa Bianca achetée par Nasser al-Khelaïfi pour Jérôme Valcke.

A l’origine, la FIFA avait porté plainte pour «corruption privée» contre son ancien secrétaire général et contre Nasser al-Khelaïfi pour l’affaire de la villa. Mais cette accusation est aujourd’hui abandonnée. Le Ministère public indique en effet que la FIFA aurait trouvé un «accord amiable» avec le Qatari. Le contenu de cet accord reste mystérieux. Ni la FIFA, ni l’avocat de Nasser al-Khelaïfi, Grégoire Mangeat, n’ont fait de commentaires sur ce point.

Résultat: dans l’affaire de la villa, Jérôme Valcke n’est plus accusé que de «gestion déloyale multiple et qualifiée» au détriment de la FIFA. Selon le MPC, il s’est enrichi de façon illégale et aurait violé ses devoirs en n’informant pas l’organisation qui l’employait du cadeau reçu en Sardaigne.

Quant à Nasser al-Khelaïfi, il reste uniquement accusé d’«instigation à la gestion déloyale qualifiée». Le Qatari s’épargne ainsi l’embarras d’être jugé en Suisse pour corruption, alors que la coupe 2022 dans son pays approche.

Echanges accablants

Les enquêteurs suisses ont longtemps soupçonné que la mise à disposition de la villa pour Jérôme Valcke était liée à l’attribution de droits télévisés à BeInSports pour les Coupes du monde 2026 et 2030. Ils disposaient d’échanges accablants entre Jérôme Valcke et Nasser al-Khelaïfi, détaillés par de récents articles de Mediapart et du Spiegel. Durant deux ans, de 2014 à 2015, le Français a harcelé le Qatari pour lui faire payer les factures de la villa sarde qu’il occupait sans la payer, alors qu’elle ne lui appartenait pas.

Jérôme Valcke reste accusé de corruption dans un autre volet de l'affaire. Selon le Ministère public de la Confédération (MPC), il a reçu 1,25 million d’euros d’un homme d’affaires grec pour des droits télévisés en Italie et en Grèce. De source proche du dossier, on précise que ce troisième accusé, lui aussi renvoyé en jugement, est un ami de longue date de Jérôme Valcke. Il avait été identifié par Le Parisien comme le patron d’une société maltaise de paris sportifs, Doms Holding.

Menace de prescription

Contactés, les avocat de Jérôme Valcke, Patrick Hunziker et Elisa Bianchetti, précisent que leur client «conteste les chefs d’accusation. Il n’a jamais reçu le moindre avantage en échange de l’exercice d’une quelconque influence.» Les contrats entre la FIFA et BeIn Sports, notamment, ont été validés par l’organisation et celle-ci n’aurait subi aucun préjudice, selon les avocats.

Patrick Hunziker et Elisa Bianchetti notent aussi que l’accusation initiale d’escroquerie a été abandonnée, et s’étonnent des procédés des enquêteurs suisses: «En février, mars, avril, juin, août, septembre, octobre et novembre 2019, le MPC a annoncé 11 fois des audiences qu’il annulera à chaque fois sans aucune explication», précisent-ils.

Mais au final, les procureurs fédéraux n’ont eu d’autre choix que de clore leur enquête, certains faits anciens étant menacés de prescription.

Créé: 20.02.2020, 16h15

Les dates-clé de l'affaire

Automne 2013 : Le secrétaire général de la FIFA Jérôme Valcke veut s’offrir une villa en Sardaigne. L’achat doit être financé par Nasser al-Khelaïfi, membre du comité d’organisation de la coupe du monde 2022 au Qatar.

Mars 2014 : La FIFA attribue les droits télévisés des coupes du monde 2026 et 2030 pour le Moyen-Orient à la société BeIn Sports de Nasser al-Khelaïfi.

Septembre 2015 : Jérôme Valcke est licencié par la FIFA, pour trafic de billets et frais de voyage exorbitants en jet privé.

Décembre 2016 : La FIFA dépose plainte contre Jérôme Valcke, Nasser al-Khelaïfi et un homme d’affaires grec pour corruption privée.

Mars 2017 : le Ministère public de la Confédération ouvre une enquête contre les trois hommes.

Janvier-Février 2020 : La FIFA informe le Ministère public qu’elle a conclu un accord avec Nasser al-Khelaïfi. Fin de l’enquête et dépôt de l’acte d’accusation contre ce dernier, Jérôme Valcke et l’homme d’affaires grec.

Articles en relation

Le cadeau gênant du Qatar à l'ancien numéro 2 de la FIFA

Football Des documents inédits révèlent comment le patron du groupe qatari BeIn Sports a financé l’achat d’une villa de luxe utilisée par Jérôme Valcke, l’ancien bras droit de Sepp Blatter. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.