Les frondeurs auront-ils raison de la fusion Lausanne-Pully?

BasketballCertains membres pulliérans ne veulent pas d’une réunification. Le président Serge Vittoz, lui, se bat pour les convaincre.

Les opposants au projet initial de fusion souhaitent que le nouveau club évolue exclusivement à Arnold-Reymond.

Les opposants au projet initial de fusion souhaitent que le nouveau club évolue exclusivement à Arnold-Reymond. Image: OLIVIER ALLENSPACH

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le flou règne toujours autour de la potentielle fusion entre le BBC Lausanne, pensionnaire de Ligue nationale A, et Pully Basket, qui milite à l’étage en dessous. Le projet de réunification des deux clubs aurait pu être discuté, voire adopté, par l’assemblée générale pulliérane si celle-ci avait pu se tenir comme prévu le 2 mai dernier. Or, l’un de ses membres, Jean-Denis Briod, a fait une autre proposition – dûment argumentée – au comité. Dans les grandes lignes, la nouvelle entité ne s’appellerait pas Lausanne-Pully Basket mais BBC Pully-Lausanne. Et ses formations phares (LNA et LNB U23) évolueraient exclusivement à Arnold-Reymond, et non pas une fois sur deux à la Vallée de la Jeunesse. Vous avez dit guerre des clocher?

Pris de court, le comité de Pully Basket, acquis à l’unanimité de ses 7 membres au projet initial, a décidé de reporter l’assemblée générale à une date ultérieure (entre le 20 et le 30 mai) pour mesurer les conséquences que ce plan B entraînerait. Pour les deux sources de financement du BBC Lausanne (et du futur club) que sont la Ville de Lausanne ainsi que le mystérieux mécène qui s’est jusqu’ici proposé, la donne ne serait en tout cas plus du tout la même. Une réunion entre tous les intervenants de ce dossier devrait d’ailleurs se tenir la semaine prochaine.

Ancien dirigeant de Pully Basket (1998-2006), Jean-Denis Briod ne veut toutefois pas passer pour un mouton noir. «Je ne suis pas seul à penser qu’il y a encore beaucoup de chemin à faire avant d’acter une fusion avec le BBC Lausanne, précise-t-il. Je ne veux pas créer de polémique, mais il y a des raisons objectives qui me poussent à douter du bien-fondé de ce projet tel qu’il nous est présenté. Voilà pourquoi j’ai proposé une autre vision.»

«Pas la même histoire»

L’homme estime notamment que Pully Basket n’a pas vocation à évoluer absolument en LNA. «Ce n’est pas une fin en soi, poursuit-il. Je sais de quoi je parle. J’ai vécu quatre saisons en LNA et quatre autres en LNB. Ç’est quelque chose qui va et qui vient. Les deux clubs n’ont pas la même histoire non plus. Pully Basket, c’est 66 ans d’existence, dont plus de 50 passées en LNA ou LNB. C’est aussi 4 titres de champion de Suisse et 5 Coupes entre 1986 et 1992. Le BBC Lausanne ne peut pas en dire autant.»

Le fait de disputer les rencontres en alternance à la Vallée de la Jeunesse et à Arnold-Reymond ne tient pas davantage debout pour lui. «D’abord parce que le cas n’existe nulle part ailleurs. Lausanne Morges Basket a bien tenté le coup à son époque, mais l’échec a été cinglant. A Arnold-Reymond, nous avons trois lignes de bus, deux de train et trois parkings. A la Vallée de la Jeunesse, la question des places de parc est récurrente, souligne Jean-Denis Briod. Je ne ferme la porte à rien, je ne suis pas opposé au principe d’une fusion, mais le chemin à trouver doit être plus large.»

Plus radical, l’ancien entraîneur de Pully Basket Milan Mrkonjic ne voit pas pourquoi un club formateur comme le sien s’associerait à un voisin qui l’est nettement moins. «Cela nous couperait les ailes», assure-t-il.

«Construire, pas détruire»

L’avis n’est absolument pas partagé par le président pulliéran, Serge Vittoz, fervent défenseur du projet initial. «La seule chose qui m’intéresse, c’est le développement du basket régional, soutient l’avocat. Ensemble, nous serons plus forts. Le but est de donner un maximum de compétences aux jeunes des deux clubs existants (ndlr: 260 pour Pully Basket et 80 pour le BBC Lausanne). Nous aurions toute la pyramide depuis l’âge de cinq ans. On donnerait l’espoir aux juniors de jouer en LNA… Il faut arrêter avec ces histoires! Plus jamais, peut-être, nous n’aurons un tel alignement de bonnes volontés pour aller dans le bon sens. La Ville de Lausanne, celle de Pully, le Fonds du Sport vaudois, ainsi que le conseiller d’Etat Philippe Leuba sont à fond derrière nous. Il faut que les gens comprennent que nous ne sommes pas là pour détruire quoi que ce soit, mais pour construire quelque chose de pérenne et d’enthousiasmant. La question de la salle est secondaire. Si un grand club voit le jour, le problème se résoudra de lui-même. Le projet est magnifique. On s’adaptera.»

Serge Vittoz est le premier à se rendre compte du travail qu’il reste à accomplir pour qu’un grand club naisse enfin sur le bord du Léman. Il doit néanmoins convaincre une bonne partie des 160 membres du Pully Basket qui seront appelés à se prononcer sur une triple question (plan A, plan B ou statu quo) avant la fin du mois. Ceux du BBC Lausanne ont déjà voté la dissolution de l'entité en cas de fusion. Si celle-ci ne se concrétise pas, le club pourrait disparaître. (24 heures)

Créé: 09.05.2017, 18h12

Articles en relation

BBC Lausanne: fin de saison ou fin d’aventure?

Basketball Le club vaudois a été sorti par la grande porte samedi en quart de finale des play-offs. Son avenir est très flou. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.