Froome: «Pendant un moment, j’ai stressé et j’ai douté»

CyclismeMalmené par l’équipe AG2R de Bardet, victime d’un incident mécanique, le maillot jaune a eu un gros coup de chaud.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Tour de France est devenu le tour des rebondissements et des suppositions. Jamais pourtant dans son histoire il n’avait été aussi serré. Quatre coureurs se tiennent en 29’’ après 15 étapes. Et dire que Dan Martin (5e à 1’12’’) a cédé 1’15’’ dans la chute qui a impliqué Richie Porte dans la descente du mont du Chat il y a huit jours… Le Tour roule dans un mouchoir de poche et c’est bien ainsi.

Samedi, le team Sky a piégé Fabio Aru et Chris Froome a dévêtu l’Italien de son habit de lumière. «Un nouveau Tour va commencer», assurait à Rodez Romain Bardet, bon 3e à 23 secondes. Après l’affaire Festina en 1998, il n’y avait que le mot «Tour du renouveau» dans les bouches. Vingt ans plus tard, on ne parle plus que de nouveau cyclisme. Parce que ce sport a évolué et progressé dans le domaine de la préparation, au niveau tactique et au plan technologique. Pour preuve, les vélos font l’objet de tous les contrôles de la part de l’UCI. Dimanche, 81 machines ont encore été testées contre la fraude technologique.

Sur les routes sinueuses et montueuses menant au Puy-en-Velay, que Romain Bardet connaît par cœur, AG2R a tenté d’infléchir le cours des événements, lançant dans la descente précédant l’ascension inédite sur le Tour du col de Peyra Taillade une attaque de grande envergure. «Je voulais mettre en difficulté mes adversaires», soufflait Bardet. Le Français n’a pas traduit les efforts des siens par un gain en secondes mais par un regain de popularité. A l’instar de Warren Barguil. A l’inverse, le public a conspué Froome.

Encore un incident

Quand la formation française embraya, Chris Froome fut – encore une fois – victime d’un incident mécanique à un moment ô combien important de la course. En l’occurrence, il cassa un ou des rayons à sa roue arrière. Un frisson parcourut l’échine de la caravane. «Arrête-toi, file-moi ta roue», siffla le Britannique à son coéquipier Kwiatkowski. Plus de peur que de mal au final pour le maillot jaune. Qui s’échina à recoller au peloton des favoris. «Dans la dernière montée, Landa m’a attendu et j’ai pu opérer la jonction. Pendant un bon moment, j’ai stressé et j’ai un peu douté. J’ai pensé que je ne parviendrais peut-être pas à revenir sur la tête. Sur le Tour, il n’y a jamais de journée tranquille.»

Vincent Lavenu, manager d’AG2R, justifiait le forcing de ses protégés: «Le coup était préparé. Cela faisait 5 km qu’on roulait lorsque Froome a eu son incident. On ne pouvait pas l’attendre.» Froome se gardait de tomber sur le terrain de la polémique: «La course était lancée. Je n’ai pas de problème avec cette attaque.» Celle-ci a causé la perte de Nairo Quintana. Relégué à la 46e place à 10’19’’ du vainqueur Bauke Mollema, le Colombien n’émarge plus dans le top ten.

Physiquement, Froome – toujours à la poursuite d’un succès en 2017 – répondra-t-il aux attentes, à ses attentes? «J’ai vécu des moments chaotiques. Mais mentalement, je suis prêt pour les Alpes.» A vérifier mercredi et jeudi. Warren Barguil, le maillot à pois, a déjà avancé l’idée de prêter main-forte à Bardet. «Il faudra mettre Froome à l’épreuve et pas seulement en descente», suggère Thierry Bourguignon, ancien pro et désormais consultant pour RMC. «Avec son pédalage atypique, on ne sait jamais où il en est.» S’il ne boude pas son plaisir sur ce Tour, «Bourgui» s’inquiète: «J’ai l’impression que certains coureurs sont déjà préoccupés par une place sur le podium ou dans les dix.» Et Rigoberto Uran, toujours là, 4e, de quoi est-il vraiment capable?

Mollema, une première

La Sky se retrouve dans une position défensive, de gestion et de contrôle de la course qu’elle affectionne. «Les adversaires de Chris devront lever le cul de leur selle s’ils veulent gagner», prévient Kwiatkowski. Ancien champion du monde, le Polonais est mieux qu’un simple comparse. Mikel Landa aussi. Dimanche l’Espagnol a rempli son rôle de «gregario» sans rechigner. En 2018, il évoluera sous d’autres cieux. Directeur sportif de la Sky, Nicolas Portal coupe court: «S’il part, il part. Ce ne serait pas la première fois qu’on perdrait un coureur. C’est la loi du marché et des transferts.»

Homme de grands tours, Bauke Mollema (30 ans), lui, a puisé dans ses réserves sa première victoire sur le Tour. «J’avais bien étudié les 6 derniers kilomètres sur Google Map.» Vu de la sorte, ça paraît simple. (24 heures)

Créé: 16.07.2017, 21h07

Danilo Wyss: «Pas de regrets à avoir»

Danilo Wyss a crevé l’écran pendant 140 km lors de la 14e étape du Tour de France, samedi. L’Urbigène a accompli un gros travail pour favoriser la victoire de Greg van Avermaet et ainsi offrir à BMC un premier succès d’étape sur cette 104e édition de la Grande Boucle. Mais, à Rodez, l’Australien Michael Matthews s’est montré le plus rapide au terme d’un sprint pour puncheurs.

«Van Avermaet était un candidat à la victoire. Il s’était imposé ici il y a deux ans(ndlr: devant Peter Sagan). Tout le monde a bien bossé, Greg s’est incliné devant plus fort que lui, expliquait Danilo Wyss. C’est dommage, mais on n’a pas de regrets à avoir. On a fait une bonne course.» Cent quatrième de l’étape, Wyss pointe au 78e rang du classement général. En 2015, après avoir cueilli son bouquet, Greg van Avermaet s’était retiré du Tour de France, avec l’aval de BMC, pour rejoindre son épouse qui venait de donner naissance à une petite «Fleur».

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...