Passer au contenu principal

Pour Gian Gilli, presque tout serait prêt pour 2021

Le directeur du comité d’organisation des championnats du monde 2020 estime que presque tout est déjà en place pour organiser le tournoi dans un an en Suisse.

Gian Gilli, le patron du comité d'organisation des championnats du monde 2020 qui viennent d'être annulés, aimerait terminer le travail effectué depuis quatre ans.
Gian Gilli, le patron du comité d'organisation des championnats du monde 2020 qui viennent d'être annulés, aimerait terminer le travail effectué depuis quatre ans.
Keystone

Gian Gilli, directeur du comité d’organisation des championnats du monde 2020, milite lui-aussi pour une date de remplacement en 2021. «Un report d’une année serait la solution idéale, explique le Grison de 62 ans. «Cela nous permettrait de terminer le projet que nous avons commencé. Nous avons travaillé durant quatre ans pour le préparer. Emotionnellement, ce serait dur d’échouer si près du but. Près de 300 collaborateurs ont été impliqués, sans oublier les 1200 bénévoles qui auraient œuvré durant le tournoi. En tant qu’organisateur, nous espérons que le tournoi aura lieu en 2021 en Suisse mais la décision sera prise par l’IIHF qui devra négocier avec les autres pays qui ont déjà des championnats du monde attribués pour les prochaines années.»

Décision dans les prochaines semaines

Le comité exécutif de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF), avec à sa tête le président René Fasel, va trancher au cours des prochaines semaines. Le dirigeant fribourgeois devra notamment faire preuve de diplomatie pour convaincre la Lettonie et la Biélorussie de passer leur tour en 2021 et les autres nations d’éventuellement modifier les dates d’attribution initialement prévues. «Si on décale le tournoi d’une année, nous estimons que de nombreux projets pourraient être exploités tels quels en 2021, assure Gilli. De la logistique aux transports en passant par la billetterie, les concepts d’organisation et les bénévoles. Il reste toutefois de nombreux points à clarifier et tout cela prendra encore quelques semaines.»

Pas de plan B

Reste surtout à savoir si les infrastructures, tant à Zurich qu’à Lausanne, seront toujours disponibles et à quelles conditions dans un peu plus de douze mois. Si tel devrait bien être le cas concernant le Hallenstadion selon le Grison, il reste encore des points à éclaircir du côté du site secondaire, à Lausanne. Il n’est par exemple pas encore acquis que les installations seront mises gratuitement à disposition comme ce fut le cas cette année, d’autant plus que les dates d’un éventuel tournoi l’an prochain pourraient être décalées de quelques semaines.

Existe-t-il à ce stade un plan B? Fribourg, par exemple, disposera d’ici là d’une patinoire homologuée aux normes de l’IIHF et pourrait servir de site secondaire. «Non, un plan B n’a pas été abordé, explique Gilli. Si nous pouvons organiser le tournoi en 2021, cela devra se faire à Zurich et Lausanne, notamment en raison de la billetterie puisque 300'000 billets ont déjà été attribués en fonction du plan des places spécifique aux patinoires de ces deux sites. Jouer ailleurs serait difficilement envisageable.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.