Des sous, des hommes et Lucien Favre

L'histoire du jour L'Equipe publie les salaires de la Ligue 1. Le Vaudois est sur la deuxième marche du podium des entraîneurs.

A Nice, Lucien Favre ne récolte pas que des lauriers bien mérités.

A Nice, Lucien Favre ne récolte pas que des lauriers bien mérités. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’agent fait le bonheur si l’on en croit l’enquête Football Leaks. L'argent rend-il pour autant ses protagonistes heureux? Une question en forme de ritournelle. L’Equipe de vendredi n’y répond pas. Mais le journal dévoile les salaires de la Ligue 1. Parce qu’il est convenu de juger les uns et les autres à cette aune. Les chiffres et le blé font toujours recette. Ils génèrent le rêve ou provoquent une curiosité malsaine. C’est selon. En vingt-deux pages (!), vous saurez tout, tout, tout, tout, sur les gains, les gros qui rendent vert de jalousie ou rouge de colère, les petits qui ne dépassent pas l’imagination. La mise à nu souligne les inégalités.

Dis-moi combien tu gagnes, je te dirai qu’elle équipe tu entraînes? Lucien Favre est le deuxième entraîneur le mieux payé de Ligue 1. Le Vaudois de l’OGC Nice touche un salaire brut de 200 000 euros (215 000 francs). Seul Unai Emery le devance. Du double. Son homologue espagnol du PSG perçoit la bagatelle de 420 000 euros. Pas sûr que le fait qu’Emery n’émarge qu’en dixième position au niveau continental console Patrick Collot. Le Lillois ferme la marche avec 15 000 euros.

Au classement des joueurs, ceux du PSG occupent, sans surprise, les six premiers rangs. La palme, si l’on peut dire, revient à Thiago Silva (1,1 million) suivi d’Angel Di Maria (900 000). Vincent Rüfli empoche 25 000 euros à Dijon. En avril 2011, la frappe du Servettien contre Schaffhouse (6-2), prise des 55 mètres, avait fait le tour du monde. Vue par 40 000 personnes sur YouTube, elle avait fait l’objet d’une reprise sur le site de Téléfoot.

Hasard du calendrier, Nice, bon premier, accueillera Dijon dimanche. Le beurre et l’argent du beurre pour Lulu? Qui, à l’époque en LNA, joua contre Rüfli, Christian de son prénom, père de qui vous devinez.

Créé: 16.12.2016, 15h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.