Passer au contenu principal

Increvable, Timea Bacsinszky a traversé en un jour toutes les saisons

La Vaudoise a maîtrisé une journée perturbée. Victorieuse de Kristina Mladenovic, elle se retrouve en demi-finale, comme en 2015.

La Vaudoise fut la plus affûtée, la plus solide, la plus complète dans son tennis. De quoi mériter les demi-finales.
La Vaudoise fut la plus affûtée, la plus solide, la plus complète dans son tennis. De quoi mériter les demi-finales.

Le soleil, le vent, la pluie ou la quasi obscurité, Timea Bacsinszky s’adapte décidément à toutes les conditions. Engagée mardi dans un match compliqué à tous points de vue, la Vaudoise s’est montrée increvable devant Kristina Mladenovic (14e WTA), qu’elle a battue en deux sets (6-4 6-4) et autant d’interruptions du jeu. Commencée à 14 heures, la rencontre s’est en effet terminée à 19 h 45. «On a eu toutes les saisons aujourd’hui. Il a fallu faire le on/off en permanence. C’est pour moi une grande victoire. J’ai réussi à rester lucide face à l’une des meilleures joueuses du moment.»

C’est très émue que la Vaudoise a quitté le Central de Roland-Garros. Elle atteint donc les demi-finales, comme en 2015 où elle s’était inclinée devant Serena Williams en trois manches. Cette fois-ci, elle trouvera sur sa route la Lettone Jelena Ostapenko (19 ans, 47e WTA), qui a causé une surprise en éliminant Caroline Wozniacki.

Au milieu des intempéries, Timea Bacsinszky a donné une nouvelle preuve de sa vaillance, mais aussi de sa très belle forme du moment. Le match a débuté sous les assauts d’un vent tourbillonnant qui rendait la tâche des deux joueuses particulièrement délicate, notamment au service. Il s’agissait donc de s’adapter. Et tant pis pour la qualité d’une rencontre qui a eu de la peine à vraiment démarrer.

Ce n’est qu’à la fin du premier set que la bataille annoncée s’est dessinée, hélas très vite interrompue une première fois par les orages. Bacsinszky regagnait les vestiaires avec le premier set en poche, conclu sur un ace.

On ne sait jamais très bien à qui profite ce genre de scénario et selon quels critères. Capacité de rester dans sa bulle, de trouver les ressources physiques et morales pour se relancer au mieux et au plus vite? L’affaire est sans doute plus compliquée qu’il n’y paraît. Toujours est-il que, vers 18 h 30, Mladenovic a fait les premiers points pour mener 3-1 dans la deuxième manche. Timea a pourtant très vite réagi pour prendre les trois jeux suivants. On jouait depuis vingt minutes… nouveau coup d’arrêt. Une petite demi-heure. On bâche, on débâche, on rebâche, ce match prenait une drôle de tournure. Vivement un toit sur le Central! Il devrait être opérationnel en 2020.

Un double anniversaire

Une petite demi-heure plus tard, Bacsinszky donnait rapidement l’impression d’être plus affûtée, plus solide, plus complète aussi dans son tennis, confirmant ainsi qu’elle était la meilleure des deux, comme elle l’avait été en février dernier à Genève, à l’occasion d’une rencontre de Fed Cup déjà très animée. Elle emportait donc la mise sur sa première balle de match.

Jeudi sera une fois encore une journée très spéciale puisque tant Bacsinszky que Ostapenko fêteront sur le court leur anniversaire: 28 ans pour la Vaudoise et 20 ans pour la Lettone. «Je me souviens que lors de mon premier match pro, déjà disputé un jour d’anniversaire, je m’étais fait un double claquage et j’avais dû abandonner», note Timea en riant.

Plus sérieusement: «Je connais Ostapenko pour avoir joué en double avec elle. Et j’ai adoré cela. Elle fait preuve d’une fougue absolument fantastique. Elle a des frappes solides et un supertiming. Elle sert très bien. C’est une joueuse complète. Surtout, j’ai l’impression qu’elle ne ressent pas la pression.»

A cette jeunesse insouciante, Timea Bacsinszky opposera tout son savoir et sa science du jeu. A cet égard, la demi-finale perdue en 2015 devrait lui servir. «Sûrement, admet-elle. Je me suis beaucoup remise en question après ce match. Je me suis interrogée sur le fait de mieux gérer certaines tensions. Jeudi, je laisserai tout mon cœur, toute mon âme sur le terrain.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.