«J’ai détruit mon portable à Rome, rien de mieux pouvait m’arriver»

TennisComme pour Sascha Zverev ce printemps, le monde extérieur est parfois le pire ennemi du joueur de tennis. Comment s’en protéger?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’avertissement est venu d’un homme apaisé. «Derrière chaque joueur de tennis se cache une foule de questionnements.» Grigor Dimitrov a lâché cette phrase dimanche dans un sourire, à la manière d’une maxime à méditer. Tout le contraire d’Alexander «Sascha» Zverev qui, quelques heures plus tard, disait à peu près la même chose mais sans le recul des années. «J’ai complètement détruit mon portable à Rome. Et dans ma situation, c’est la meilleure chose qui pouvait m’arriver. Je ne vais rien changer d’ici à Paris, c’est mieux pour mon tennis.»

Ce mardi soir, le public du Banque Eric Sturdza Geneva Open découvrira donc un Sascha Zverev coupé de ce monde extérieur qui lui fait des misères. En vrac, l’Allemand a passé son début de printemps à pleurer un amour, s’inquiéter pour la santé de son père et se déchirer par plaintes interposées avec son ex-manager Patricio Apey. «À Madrid, tout semblait rentrer dans l’ordre. Mais à Rome, j’ai recommencé à devoir être avocat, manager et mille autres choses. Voilà pourquoi j’ai si mal joué.» Voyager sans téléphone pour chasser les ondes négatives, est-ce la solution?

Le travail comme refuge

«J’observe de l’extérieur ce qu’il lui arrive et j’ai un peu l’impression que Sascha est entré dans le vif du sujet, observe Stan Wawrinka. Il découvre la vie d’un tennisman adulte, de haut niveau, qui doit gérer beaucoup de choses hors du court. J’ai aussi connu des moments délicats et il faut savoir qu’une carrière est remplie de distractions. C’est assez extrême de se priver de téléphone. Sur la longueur, il lui faudra surtout trouver un équilibre et s’entourer de personnes capables de le soulager sur ces questions.»

Pour l’instant, le dernier vainqueur du Masters se recroqueville dans son cocon familial. Il double les rations d’entraînement avec son frère Mischa, ajoute quelques séances «au panier» avec papa et se réjouissait de retrouver ce lundi son chien Lövig, «le plus fidèle des soutiens». Le travail comme refuge, une approche salvatrice? «Je n’ai pas de conseil à lui donner, sourit Stan Wawrinka. Mais à un moment, tu dois accepter qu’une carrière soit faite de périodes difficiles. Tu ne peux pas toujours gagner. Cela dit, quand je vois son attitude, son investissement, je me dis qu’il va vite remonter la pente.»

Des éléments toxiques

Même s’il ne veut pas jouer les «grands frères», le double vainqueur de l’épreuve serait l’interlocuteur idéal au moins sur un sujet. Après tout, Stan Wawrinka vient tout juste de se séparer de Donna Vekic; une épreuve intime qui n’a pas impacté son niveau de jeu ces dernières semaines. «Je gère mieux les événements qu’il y a dix ans, c’est vrai. Mais il est plus facile de faire la part des choses avec l’âge. La clé, c’est de «switcher» dès que tu mets le pied sur le terrain. Cet endroit doit être dédié au jeu, rien qu’au jeu. Si les éléments toxiques y pénètrent, ton tennis coule. Parce que le plus dur dans notre sport, c’est de vivre le moment, de jouer chaque balle en oubliant tout le reste.» Alexander Zverev y parviendra-t-il ce soir face au tennis décousu d’Ernests Gulbis? Il faudra guetter ses regards et ses soupirs entre les points, tous ces signaux qui témoignent d’une invasion du monde extérieur. Si Sascha s’en protège, il pourrait bien redevenir injouable. Il repoussera alors l’achat d’un nouveau portable.

(24 heures)

Créé: 20.05.2019, 22h28

Deux «Maîtres» pour un «Super Mardi»

Comme à Rome il y a six jours, la pluie aura séparé, lundi, les fans de tennis en deux catégories: les frustrés et les chanceux. La première catégorie a arpenté tous les recoins du TC Genève à la recherche d’un abri. Elle aura espéré longtemps Grigor Dimitrov (en vain), se sera consolée avec la victoire de Janko Tipsarevic face à un Peter Gojowczyk en perdition (7e premier tour en 2019) et aura quand même assisté à un grand match: les deux tie-breaks enlevés par Radu Albot (44e, tête de série No 5) face au talentueux Italien Lorenzo Sonego. La seconde catégorie regroupe tous les possesseurs de billets pour ce mardi. Sur le central, elle pourra en effet admirer Grigor Dimitrov (face à Delbonis, vers 14 h), Feliciano Lopez (face à Dzumhur, 16 h) puis le choc entre la tête de série No 1, Alexander Zverev (ATP 5), et l’incontrôlable Ernests Gulbis (18 h). Un ancien top 15 entre les deux derniers vainqueurs du Masters, mardi, le parc des Eaux-Vives enfilera son costume du «Super Tuesday». M.A.

Au programme ce mardi

Sur le central. Dès midi:
Sousa (POR) - Mayer (ARG), suivi de Dimitrov (BUL) - Delbonis (ARG), suivi de Lopez (ESP) - Dzumhur (BIH)
Pas avant 18 h:
Alexander Zverev (GER/1) - Gulbis (LAT), suivi de Tipsarevic (SRB) - Dellien (BOL).

Articles en relation

Le bourreau de Wawrinka fait exploser Zverev en vol

Tennis Le No 4 mondial, chef de file de la nouvelle génération et prétendant au titre, a été éliminé dès les 8es de finale de l'Open d'Australie par le Canadien Milos Raonic, lundi à Melbourne. Plus...

Alexander Zverev brise le plafond de verre sur le court parisien

Tennis Enfin qualifié pour un quart de finale d’un majeur, le No 3 ATP a changé de dimension ce printemps. Une mue impressionnante. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.