Passer au contenu principal

Jasmine Flury a été plus forte que les blessures

La Grisonne de 24 ans a remporté sa première victoire en Coupe du monde, samedi à Saint-Moritz. Renaissance d’un talent trop longtemps freiné.

La Grisonne Jasmine Flury était la première surprise de sa victoire lors du super-G de Saint-Moritz.
La Grisonne Jasmine Flury était la première surprise de sa victoire lors du super-G de Saint-Moritz.
Keystone

Épargnée par le brouillard, Jasmine Flury a laissé libre cours à son talent lors du super-G de Saint-Moritz. La Grisonne a fait oublier son hésitation du départ pour terminer en trombe et chasser sa coéquipière Michelle Gisin du fauteuil de leader. Samedi, la skieuse de 24 ans a réussi la course de sa vie devant ses amis et sa famille.

Championne de Suisse à 17 ans

«Je n’ai pas beaucoup dormi, confiait-elle au lendemain de son succès surprise. J’ai eu beaucoup de peine à m’endormir. Plein de pensées me traversaient la tête. Ce n’était pas facile de gérer toutes ces émotions.» Il faut dire que Jasmine Flury revient de loin. Elle aurait pu être un énième espoir fauché par les blessures. C’était compter sans sa force de résilience.

Talent brut, la skieuse de Serneus est sacrée championne suisse de super-G à 17 ans à peine, en 2011, profitant des absences de certaines favorites. Elle décroche dans la foulée deux podiums en vitesse sur la Coupe d’Europe, antichambre de la Coupe du monde. Elle toque déjà à la porte des grandes mais la machine s’enraye alors.

Jasmine Flury souffre de graves problèmes à une hanche. Certains spécialistes lui conseillent de se faire opérer pour sauver au moins sa santé, à défaut de sa carrière sportive. «Cela n’a pas été une situation facile, se remémore-t-elle. Je suis allée de médecin en médecin. Le staff médical de l’équipe de Suisse m’a beaucoup soutenue. Il a cru en moi et m’a permis de ne rien lâcher.»

Réapprendre à marcher

L’athlète a dû repartir de zéro, réapprendre à marcher, à vivre et à utiliser sa musculature autrement afin de ménager sa hanche fragile. Le calvaire a duré presque un an. À force de travail, la jeune femme est remontée sur ses skis. Elle retrouve les sommets en Coupe d’Europe en 2015, terminant troisième du classement général grâce à ses six podiums (dont trois victoires).

Enfin arrivée en Coupe du monde, Jasmine Flury (re)chute à l’entraînement. Verdict: commotion cérébrale. Retour à la case infirmerie. «À ce moment-là, c’était vraiment dur de ne pas abandonner. Mais je me suis accrochée, j’ai toujours cru que j’allais y arriver. Je me devais de continuer.»

Rapide sur la piste olympique

Le déclic se produit en décembre dernier à Val d’Isère. La descendeuse obtient ses premiers points en vitesse. Dès lors, sa progression est irrésistible. Elle franchit les paliers un à un, jusqu’à samedi et sa victoire inattendue. Il faudra désormais compter sur elle pour les Jeux olympiques dans deux mois, sur une neige qui pourrait convenir à son style agressif.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.