Jean-François Collet: «Une Coupe de Suisse pour 1200 clubs»

Présidence de l’ASFA 51 ans, le vice-président de la Swiss Football League est persuadé que le football peut mieux se vendre. Interview.

Jean-François Collet, 51 ans, Swiss Football League

Jean-François Collet, 51 ans, Swiss Football League Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le 5 juin lors du Congrès de la FIFA, voteriez-vous pour la réélection de Gianni Infantino à la présidence?
Ce n’est pas le président de l’ASF qui décide si un candidat à la présidence de la FIFA doit être soutenu ou pas. Cette décision revient au comité central qu’il préside. De plus le mandat du nouveau président débutera le 1er juillet, donc après l’élection du président de la FIFA. Et pour l’instant il n’y a que Gianni Infantino comme candidat officiel, donc le choix est relativement limité!

Êtes-vous favorable à un élargissement de la Coupe du monde de 32 à 48 équipes dès 2022?
Comme souvent il y a des avantages et des désavantages dans les deux formules proposées. Au niveau qualitatif, le niveau sportif du tournoi va probablement baisser en cas d’augmentation du nombre de participants. Cependant au niveau de l’attractivité, l’arrivée de nations supplémentaires va certainement avoir un impact positif sur l’intérêt médiatique de la compétition. Une telle évolution serait également positive pour les fans de ces pays. Je suis donc sur le principe favorable à un élargissement.

Êtes-vous favorable à une Coupe du monde des clubs et à sa gestion par un organisme privé?
La Coupe du monde des clubs existe déjà aujourd’hui, cependant dans un format qui ne génère pas beaucoup d’intérêt pour le grand public et les médias. Nous pouvons donc comprendre que la FIFA cherche une nouvelle manière pour promouvoir cette compétition. La FIFA a la compétence pour mettre en place une telle compétition, il ne me semble de ce fait pas nécessaire d’externaliser l’organisation.

Êtes-vous favorable à la réforme du format des Coupes d’Europe?
Le projet des compétitions UEFA dès 2024 présenté par l'instance européenne est très problématique pour la Suisse. En cas de mise en place de ce projet, l’UEFA Champions League deviendrait quasi inatteignable pour les clubs suisses. Cela ne me semble pas correct. La Ligue des champions ne doit pas devenir une compétition qui ne concerne que les plus grands clubs européens. Elle doit rester un objectif potentiel pour les meilleurs clubs de toutes les nations. Je ne suis donc pas favorable à cette réforme.

Êtes-vous favorable à une réforme du règlement des agents par la FIFA?
Cette thématique est très complexe et amène des discussions très controversées. Je suis très satisfait que la FIFA prenne ce sujet en main et qu’elle le considère comme un projet prioritaire.

Pour les clubs du football amateur, la Coupe de Suisse n’est qu’un mirage. Pensez-vous qu’il faudrait revoir la formule?
Mon objectif est de revoir la formule de la compétition de manière à organiser une vraie Coupe de Suisse pour les footballeurs de toutes les ligues. Avec mon projet au lieu de 64 équipes comme actuellement, la compétition permettrait à plus de 1200 clubs d’y prendre part. De ce fait, elle deviendrait plus attractive pour les sponsors, le public et les médias. Cela nous permettrait à la fois d’éviter qu’elle continue à être un projet déficitaire pour l’ASF et d'augmenter de manière importante les primes versées aux clubs participants, y compris aux clubs amateurs. Pour plus d’information à ce sujet vous pouvez aller sur mon site web: JeffCollet.ch

La situation actuelle avec 10 clubs de Super League, 10 de Challenge League et 16 de Promotion League est souvent discutée/décriée. Pensez-vous qu’une réforme soit nécessaire?
L’analyse menée par la SFL, il y a un peu plus d’une année, a démontré que nous avons en Suisse un potentiel pour douze clubs en Super League. La problématique se situe au niveau de la mise en place d’un concept de compétition satisfaisant. Lors de la dernière discussion à ce sujet, le LS que je représente auprès de la SFL était déjà favorable à une augmentation du nombre d’équipes en Super League. Je reste toujours persuadé qu’une solution existe et je suis bien évidemment favorable à la réouverture de ce dossier qui me tient à cœur.

La FIFA indique dans son rapport annuel la rémunération de son président et de son secrétaire général. Savez-vous combien gagne le président de l’ASF? Seriez-vous prêt à introduire plus de transparence et favorable à sa publication?
L’argent ne doit pas être la motivation principale d’un président de l’ASF. Je ne suis pas au courant des émoluments du président, mais je suis persuadé qu’ils sont corrects. Je suis persuadé que la transparence est une nécessité dans toute fonction politique/publique. Je n’aurais donc aucun souci à publier mon salaire dans le cas où je devais être élu.


Lire aussi: Dominique Blanc : «Je serais prêt à publier mon salaire»


Par ses participations aux tournois européens et mondiaux, l’ASF a reçu des primes de participations importantes. Savez-vous comment cet argent a été réparti entre les différentes entités de l’ASF?
En tant que vice-président de la SFL, j’ai été informé sur le niveau des primes et sur leur répartition entre les sections de l'ASF. Ce partage a été discuté entre les différents responsables des différentes sections et validé par ces derniers, je pars donc du point de vue que le partage a été effectué de manière équitable.

En deux phrases, quelle serait votre priorité absolue de président?
Je désire être le président de tous les footballeurs et footballeuses de toutes les ligues et soulager les clubs aussi bien financièrement qu’administrativement. Pour cela je m’engage à faire le nécessaire pour générer davantage de revenus et moderniser les structures de fonctionnement de l’ASF de manière à améliorer les services fournis aux clubs et aux associations régionales.


Lire aussi: Patron du foot suisse: trois candidats pour un vrai défi


Créé: 17.05.2019, 12h01

Articles en relation

Patron du foot suisse: trois candidats pour un vrai défi

Présidence de l’ASF Dominique Blanc et Jean-François Collet, deux Vaudois, briguent samedi la présidence de l’ASF. Kurt Zuppinger, le troisième candidat, pourrait profiter de son origine alémanique. Plus...

Dominique Blanc: «Je serais prêt à publier mon salaire»

Présidence de l’ASF Le patron de la Ligue amateur, 69 ans, a pour lui une vraie et longue expérience de direction dans le monde associatif. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.