Passer au contenu principal

Des JO dans le vent

Depuis le début des Jeux, la météo chamboule les compétitions en Corée du sud.

La finale du slopestyle féminin en snowboard a tourné à la (mauvaise) blague à cause de vents violents. La Japonaise Asami Hirono fait face aux éléments.
La finale du slopestyle féminin en snowboard a tourné à la (mauvaise) blague à cause de vents violents. La Japonaise Asami Hirono fait face aux éléments.
Sergei Ilnitsky/EPA
La Grisonne Sina Candrian n'a pu faire mieux que 7e. «Dans ces conditions, je suis déjà contente de ne pas m'être blessée», a-t-elle lâchée, aigrie, dans l'aire d'arrivée.
La Grisonne Sina Candrian n'a pu faire mieux que 7e. «Dans ces conditions, je suis déjà contente de ne pas m'être blessée», a-t-elle lâchée, aigrie, dans l'aire d'arrivée.
Sergei Ilnitsky/EPA
Pour l'instant, les compétitions de curling n'ont pas été impactées par ces conditions météorologiques dantesques.
Pour l'instant, les compétitions de curling n'ont pas été impactées par ces conditions météorologiques dantesques.
Aaron Favila/AP
1 / 9

Les skieurs alpins se prennent vent sur vent depuis la cérémonie d'ouverture des JO de PyeongChang. Dimanche, la descente masculine - l'épreuve reine - devait lancer en grandes pompes les joutes olympiques. Le vent en a décidé autrement.

Ce lundi matin, le géant féminin a connu le même sort. Même si la vitesse est moins importante dans cette discipline technique, les rafales atteignant les 100 km/h mettaient réellement en danger la santé des skieuses.

Les deux épreuves alpines annulées ont d'ores et déjà été reprogrammées ce jeudi, premier jour de réserve à disposition des organisateurs. Le combiné, prévu mardi, est également menacé.

Éole n'a pourtant pas empêché les organisateurs d'envoyer les snowboardeuses au casse-pipe lors de l'épreuve de slopestyle lundi. Les athlètes, à l'instar de la Grisonne Sina Candrian (7e), n'ont pas caché leur colère à l'arrivée.

Vent sibérien

C'est un vent venu de Sibérie qui déjoue le programme. Cet aspect météorologique porte à sourire. La Russie joue ainsi un rôle majeur dans ces JO, alors qu'une partie de ses athlètes a été bannie suite au scandale de dopage généralisé.

Les explications détaillées de «Monsieur météo», Philippe Jeanneret.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.