L'identité sexuelle de Caster Semenya sur le tapis

JO 2016Le 800 m féminin pourrait faire ressurgir le débat sur l'hyperandrogénie. Avec notamment l'athlète sud-africaine qui partira favorite la semaine prochaine.

Caster Semenya, lors des championnats d’Afrique d’athlétisme à Durban, le 26 juin 2016

Caster Semenya, lors des championnats d’Afrique d’athlétisme à Durban, le 26 juin 2016 Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'athlète intersexuée sud-africaine Caster Semenya, qui avait fait fureur avec son titre mondial à Berlin en 2009 avant de rentrer quelque peu dans le rang, partira largement favorite la semaine prochaine, avec peut-être dans son sillage d'autres athlètes particulièrement performantes, puissantes.

La mèche a été rallumée récemment par la demi-fondeuse américaine de classe mondiale Brenda Martinez: «Il est mieux pour moi que je ne puisse pas disputer le 800 m à Rio», a-t-elle dit après son élimination au 2e tour des sélections américaines en juillet, à Eugene. «Car il y aura Caster (Semenya), Francine (Niyonsaba) et Margaret (Wambui).»

Après son sacre de Berlin, Semenya avait été interdite de compétition pendant près d'un an, le temps de vérifier sa féminité. Car son chrono canon - 1'55''45, avec une vingtaine de mètres d'avance sur les suivantes - ainsi que son apparence masculine avaient déclenché une tempête médiatique. Quelques semaines auparavant déjà, son taux de testostérone avait été estimé à près de trois fois supérieur à la moyenne féminine. Un cas d'hyperandrogénie.

La Fédération internationale (IAAF) avait alors diligenté des tests et autorisé la Sud-Africaine à recourir seulement onze mois plus tard, après s'être conformée à un taux limite de testostérone nouvellement instauré. Semenya, à partir de là, a vu ses performances reculer progressivement, même si elle a encore obtenu l'argent aux Mondiaux 2011 et aux JO 2012. En 2014 en revanche, elle ne passait plus sous les 2', et le milieu s'est mis à estimer que c'était dû au traitement supposément suivi pour faire baisser son taux de testostérone. L'intéressée, humiliée, a toujours démenti, expliquant ses problèmes par une blessure au genou.

Vision nuancée

Ses performances sont remontées en flèche dès l'été 2015, après un verdict du Tribunal arbitral du sport (TAS) concernant la sprinteuse indienne Dutee Chand, une autre athlète androgyne qui avait saisi la Cour pour obtenir le droit de courir. Le TAS lui a donné raison et a suspendu pour deux ans le règlement de l'IAAF sur l'hyperandrogénie et la limitation du taux de testostérone. Sans que l'on sache si c'est une coïncidence ou pas, Semenya, depuis lors, se montre à nouveau irrésistible. Elle a notamment signé un triplé historique sur 400, 800 et 1500 m aux Championnats d'Afrique du Sud et a couru en 1'55''33 le double tour de piste récemment à Monaco.

Elle a emmené dans sa foulée la Burundaise Francine Niyonsaba (1'56''24), championne du monde indoor en début d'année. La Kényane Margaret Wambui (1'57''52) est également très bien placée dans les bilans annuels (5e). Au vu de l'apparence physique de ces athlètes, «La Gazzetta dello Sport» a évoqué récemment une «bombe à retardement», se faisant l'écho des remarques de Brenda Martinez mais aussi de l'ex-marathonienne Paula Radcliffe.

Selina Büchel se veut apaisante

En aucun cas, il n'y a tricherie, mais la question de l'hyperandrogénie, et donc de l'équité des compétitions, peut se poser pour le grand public. Le TAS, lui, a exprimé clairement son avis: «Le sexe des être humains ne peut pas être défini de façon binaire», a-t-il estimé.

Selina Büchel de son côté se veut apaisante: «C'est un sujet extrêmement complexe», estime la St-Galloise. «Le sport a besoin de règles et de limites claires. Dans ce cas, il est de toute évidence très difficile et délicat de déterminer une limite. Je suis contente que ce ne soit pas à moi de décider.» Avant d'ajouter: «Les sportives concernées s'en tiennent au règlement. Je les respecte en tant qu'adversaires, comme toutes les autres rivales.» (si/nxp)

Créé: 10.08.2016, 14h38

Galerie photo

Redécouvrez les JO de Rio en images

Redécouvrez les JO de Rio en images De la sueur, des émotions, des larmes, de la joie! Revivez en images les grands moments des joutes olympiques de Rio (5 août - 21 août 2016)

(Image: AFP )

Articles en relation

Aviron annulé mercredi en raison de la météo

JO 2016 Aucune régate n'aura lieu dans le bassin de Lagoa mercredi. Les conditions météorologiques empêchent les compétitions de se dérouler normalement. Plus...

Retrouvez les grands moments du mardi 9 août

JO 2016 Les Suisses étaient sur tous les fronts en ce mardi. Au Tir au pistolet, Heidi Diethelm Gerber a obtenu la première médaille suisse. Elle a décroché le bronze. Plus...

Cancellara pour un dernier exploit

JO 2016 Pour sa dernière ligne droite olympique, le Bernois peut espérer une médaille à Rio et finir en beauté. Plus...

Bacsinszky et Hingis face aux sœurs Chan

JO 2016 Mercredi, Timea Bacsinszky et Martina Hingis affronteront les sœurs Chan Hao-Ching et Chan Yung-Jan, en quart de finale de l'épreuve de double. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...