Passer au contenu principal

«Le jugement suisse, je peux le jeter à la poubelle»

Theo Zwanziger, ex-dirigeant de la Fédération allemande de football, a fustigé l'enquête de la justice helvétique le concernant.

Theo Zwanziger est soupçonné d'escroquerie, de gestion déloyale, de blanchiment d'argent ainsi que d'abus de confiance.
Theo Zwanziger est soupçonné d'escroquerie, de gestion déloyale, de blanchiment d'argent ainsi que d'abus de confiance.
Keystone

L'ancien président de la Fédération allemande de football (DFB) Theo Zwanziger a durement critiqué la justice suisse, trois semaines avant un procès dans le cadre de l'affaire FIFA devant le Tribunal pénal fédéral. Il dénonce arrogance et négligence, dans un entretien avec le journal alémanique «Schweiz am Wochenende» publié samedi.

«Le jugement suisse, je peux le jeter à la poubelle», a dit Theo Zwanziger à propos de la décision de Bellinzone qui tombera le 9 mars. En Allemagne, le jugement serait inapplicable, car l'escroquerie et la gestion déloyale y seraient prescrites.

«Le procureur fédéral dépense des centaines de milliers de francs pour la procédure, qu'il ne récupérera jamais. Il s'agit d'une arrogance sans nom», a poursuivi Theo Zwanziger. Le véritable motif du paiement de dix millions de francs à un fonctionnaire de la FIFA Mohammed bin Hammam n'a jusqu'à présent pas encore été clarifié. «La justice suisse a échoué sur un point central.»

Le procureur fédéral a enquêté pendant quatre ans sur des activités, qui ont eu lieu en Allemagne et qui y sont depuis longtemps prescrites, souligne encore Theo Zwanziger. «Et qu'en est-il résulté? De l'incurie. Pourquoi devrais-je m'incliner respectueusement devant des personnes coupables de négligence?» Selon Theo Zwanziger, le tribunal aurait dû rejeter l'accusation du procureur fédéral.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) a ouvert, le 6 novembre 2015, une enquête contre quatre membres de la présidence du comité d'organisation de la Coupe du monde de football en Allemagne en 2006, dont Theo Zwanziger. Elle porte concrètement sur des soupçons d'escroquerie, de gestion déloyale, de blanchiment d'argent ainsi que d'abus de confiance dans le cadre de l'attribution de ce championnat.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.