Passer au contenu principal

Et Lausanne s’est arrêté de jouer

Après une bonne entame, le LS a perdu ses repères et permis à Bienne d’accrocher le nul. L’entraîneur s’interroge.

Le Biennois Ivo Zangger, à gauche, lutte contre le Lausannois Romain Dessarzin pour la ballon durant le match de Challenge league entre le Lausanne-Sport et le FC Bienne au Stade Olympique de la Pontaise à Lausanne, samedi 18 avril.
Le Biennois Ivo Zangger, à gauche, lutte contre le Lausannois Romain Dessarzin pour la ballon durant le match de Challenge league entre le Lausanne-Sport et le FC Bienne au Stade Olympique de la Pontaise à Lausanne, samedi 18 avril.
Keystone

Fabio Celestini reste perplexe. Samedi, il est rentré chez lui avec suffisamment de questions pour alimenter largement sa semaine de travail. «On a joué les trente premières minutes comme on voulait. Tout avait l’air de rouler, souligne l’entraîneur du LS. Ensuite, on a vu une heure de... comment dire? Je ne sais pas. Il n’y a plus eu de foot. On a souffert devant, derrière, partout. Finalement, on peut être content de s’en sortir avec un nul». Sous la petite bise de la Pontaise, les Lausannois ont plu durant une demi-heure. Il y avait alors de la vie, du mouvement, de la qualité aussi, tout cela concrétisé par un but. Ont-ils pensé alors que l’affaire serait classée aisément? Se sont-ils vus un peu trop beaux? Toujours est-il qu’ils ont abandonné tout ce qui faisait l’intérêt de leur performance: cette envie de jouer ensemble, de se faire des passes, d’aller vers l’avant, pour laisser la place au désordre et à l’approximation.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.