Ce cinquième étranger si désiré qui n’est jamais vraiment arrivé

Samedi, Lausanne a ramené deux points d’Ambri (2-3 ap), mais a surtout dû faire face à un nouveau coup dur.

Ville Peltonen a de quoi être soucieux.

Ville Peltonen a de quoi être soucieux. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis samedi et l’annonce de la fin de saison de Philip Holm (fracture du péroné), Ville Peltonen sait qu’il ne pourra compter que sur quatre joueurs étrangers pour les play-off: les anciens Petteri Lindbohm, Dustin Jeffrey ainsi que les nouveaux venus Alexandre Grenier et Vadim Pereskokov. Là où toutes les formations de l’élite comptent cinq mercenaires, les Lausannois pourraient embarquer légers dans la bataille.

C’était la promesse de Jan Alston au terme de l’exercice 2018-2019. Pour la saison suivante, l’entraîneur Ville Peltonen aurait cinq étrangers à disposition afin de faire face au calendrier démentiel qui attendait un Lausanne HC engagé sur tous les fronts. Après des mois d’attente et de tergiversations – officiellement, on «sonde le marché» –, le directeur sportif avait enfin tenu parole. Outre Alexandre Grenier amené à remplacer l’infortuné Cory Emmerton, le club de la Vaudoise aréna avait mis sous contrat Vadim Pereskokov. Deux défenseurs et trois attaquants étaient donc sous contrat pour terminer la saison.

Tuile supplémentaire

Cette situation idéale n’a duré que… 24 heures, soit entre l’annonce de l’arrivée du Russe jeudi soir et la blessure de Philip Holm le lendemain. Le défenseur suédois s’est fracturé le péroné droit en bloquant un shoot et a dû mettre un terme à sa saison. Problème? Le LHC n’avait plus moyen de se retourner puisqu’il avait déjà grillé ses huit licences. Et il n’y a pas là que malchance et coup du sort. On songe au cas Max Wärn qui a patiné durant un mois en ayant absolument aucun impact. On songe également à la gestion du «cas» Jonas Junland. À la suite d’une longue et pénible situation inextricable, le défenseur suédois a quitté la Vaudoise aréna pour retourner en Suède.

Ainsi Ville Peltonen a entamé la dernière phase de la saison régulière dans la configuration qui sera la sienne en play-off également: 1 défenseur et 3 attaquants étrangers. «Je ne peux rien y faire, a-t-il regretté. La situation n’est pas idéale, mais «Pere» (ndlr: le surnom de Pereskokov) nous apporte un boost en termes de jeu offensif. C’est un point positif.»

«Pere», justement, a effectué ses débuts samedi à Ambri. «Je suis là pour amener mon sens du but et mon énergie, nous explique-t-il grâce à l’aide de la traduction de Ronalds Kenins. Je suis satisfait de ma première apparition.» De manière totalement logique, le Russe a joué à l’aile de la troisième ligne à la place du décevant Tyler Moy. «Ce n’est pas une décision contre Tyler, a précisé Ville Peltonen. Nous comptons beaucoup sur lui et espérons qu’il puisse nous apporter beaucoup de satisfaction jusqu’en fin de saison.» Mais il est vrai que le coach finlandais, qui ne changerait pas ses deux premiers trios même sous la menace, n’allait pas scinder la satisfaisante ligne Kenins-Jooris-Bertschy. Et comme l’adaptation d’Alexandre Grenier est loin d’être acquise, le coach finlandais n’avait finalement qu’un seul choix pour aligner son nouveau joueur. De manière surprenante, ce n’était d’ailleurs que la première fois de la saison qu’il pouvait faire évoluer trois attaquants étrangers simultanément.

Une question va inévitablement découler de cette nouvelle réalité. Lausanne a-t-il une défense suffisamment solide pour tenir le choc en play-off? Toujours est-il que ce week-end, Lausanne a certes arraché deux points en Léventine, mais a surtout perdu de nombreuses options tactiques. Pas sûr que les Vaudois aient gagné au change.

Créé: 16.02.2020, 22h14

Un truc qui change tout

Samedi à Ambri, Lausanne s’est sorti d’une situation bien compliquée lors de la prolongation. Après quelques secondes, Josh Jooris a trompé Benjamin Conz et offert le point de bonus aux Vaudois. Mais rembobinons. Au moment de l’engagement, Ville Peltonen avait envoyé Jooris, Petteri Lindbohm et Joel Genazzi sur la glace, soit un attaquant et deux défenseurs. Frilosité? Pas vraiment. Sitôt le puck en possession des Lions, l’arrière finlandais a sprinté en direction du banc pour faire entrer Christoph Bertschy. C’est le Fribourgeois du LHC qui a été à l’origine du déboulé victorieux pour le but de Jooris. Souvent fustigé (à juste titre) pour son attentisme, le LHC semble aussi capable de se montrer très opportuniste à l’image de ce petit ajustement tactique pour le moins intéressant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.