Craig MacTavish et le LHC ont du pain sur la planche

Hockey sur glaceLes Lions sont qualifiés pour les play-off. Mais ils sont encore apparus en difficulté, vendredi à Genève (4-1).

Craig MacTavish n'a pas vécu la première qu'il escomptait, vendredi soir à Genève.

Craig MacTavish n'a pas vécu la première qu'il escomptait, vendredi soir à Genève. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Arrivé jeudi en fin de journée à Lausanne, Craig MacTavish n’avait bénéficié que d’une séance d’entraînement pour prendre ses marques à la tête du LHC avant le derby lémanique de vendredi à Genève. «Impossible de révolutionner quoi que ce soit dans un laps de temps aussi court, nous a-t-il confié. On peut travailler sur quelques détails, de l’ordre de l’état d’esprit par exemple, mais rien de transcendant.»

Quelques détails? Notamment la tentative d’insuffler un air frais à travers un alignement totalement remanié, derrière comme devant, avec Christoph Bertschy en position de centre en l’absence de Cody Almond (blessé). De quoi surfer sur l’électrochoc provoqué par le licenciement de Ville Peltonen et de Jan Alston, jeudi. Et se mettre en conformité avec le nouveau départ voulu par le conseil d’administration. «John (Fust) et Sacha (Weibel) m’ont aidé à faire ce line-up», a poursuivi le coach canadien, qui n’a pas pu compter sur Tommi Niemelä, l’un des ex-adjoints de Peltonen, invité à rester en place mais absent vendredi.

Le hic? Vraisemblablement en manque de repères dans cette configuration, peut-être davantage perturbés que les Aigles par le huis clos imposé, en tout cas en dedans, les Lions ont raté leur entame de match. 2-0 après 15 minutes de jeu et cette sensation que rien n’a changé, power play compris... Derrière, il y a cependant eu réaction, sur laquelle Vadim Pereskokov a capitalisé pour inscrire son premier but avec le LHC (24e 2-1). Mais il y a aussi eu pas mal de nervosité. A l’image de la charge - revancharde? - de Dustin Jeffrey de la 40e, qui pourrait bien finir chez le juge unique. Et, globalement, d’une certaine indiscipline (6x2’), que Lausanne a payé à la 51e (3-1).

Agressivité et pression

Les Lions peuvent toutefois remercier FR Gottéron, qui a tenu tête au CP Berne dans le temps réglementaire et qui les a ainsi envoyés en play-off avant l’ultime journée de la saison régulière, samedi à la Vaudoise aréna, face aux Ours justement. Encore clairement malade, Lausanne a du pain sur la planche en vue de l’acte I des séries éliminatoires, pour le moment agendé au samedi 7 mars. «En une semaine, on va pouvoir agir sur beaucoup plus de choses qu’en un jour, a lancé Craig MacTavish. On va pouvoir imposer un style. Comment est le style que j’affectionne? Il est agressif, fait de fore-checking. Je veux passer le plus de temps possible en zone offensive. C’est ce qu’on va s’attacher à mettre en place.»

Une chose est sûre: le potentiel report du début des play-off au 17 mars, qui pourrait être décidé lundi (lire ci-dessous), serait loin d’être une mauvaise nouvelle pour le LHC et Craig MacTavish.


Il y avait comme un vide dans les Vernets

«Fils de chien!» Les matches à huis clos ont peu d’avantages. Mais ils permettent au moins d’entendre ce qui se passe sur la glace. Pour le meilleur et pour le pire. Lorsque ce joueur* a été pénalisé, il n’a pas hésité à invectiver son adversaire en allant au cachot. Au cœur d’une triste soirée, cette scène a eu le mérite de donner le sourire aux rares privilégiés présents (une cinquantaine à la louche).

Cette curieuse rencontre de championnat n’a eu de derby que le nom. Sur la glace, c’est comme s’il manquait continuellement quelque chose. Point de supporters pour mettre la pression sur les arbitres. Point d’encouragements. Bref, les ingrédients d’un match entre les deux clubs lémaniques n’étaient tout simplement pas présents.

Le premier tir du match, celui de Jonathan Mercier, a d’ailleurs fait un bruit strident. À l’instar du «fils de chien» de notre poète, l’envoi du défenseur a ricoché sur le poteau d’un «ping» perçant avant de terminer au fond du filet. Même au moment de célébrer ce premier but de la soirée, le cœur n’y était pas tout à fait.

Cette situation exceptionnelle est-elle amenée à se prolonger? Selon nos informations, les clubs souhaitent à tout prix éviter de disputer les play-off à huis clos. Comment? Lundi, une réunion se tiendra à Ittigen entre les douze équipes de National League. La tendance qui se dessinait vendredi était claire: la volonté est de repousser le début des séries éliminatoires au 17mars, soit deux jours après la fin de l’interdiction de manifester. Ce report de dix jours permettrait aux formations de l’élite de minimiser la perte financière. Une rencontre comme celle de ce vendredi représente un trou à six chiffres dans les caisses du GSHC.

Les gérants du pub adjacent ont par contre eu de quoi avoir le sourire. Les tables et les écrans ont été pris d’assaut par plusieurs centaines de fans. Il y avait 700places à disposition et un dispositif de sécurité était présent pour faire respecter la norme légale. Au moins là-bas, il y a eu de l’ambiance… Pas sûr que les partisans auraient envie de troquer les gradins des Vernets pour les sièges du restaurant, si confortables soient-ils. Et pourtant, ils pourraient bien y être contraints. Grégory Beaud

* Nom connu de la rédaction

Créé: 28.02.2020, 22h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.